Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Santé et qualité de vie au travail

Un agent de la fonction publique sur trois victime de harcèlement

Une enquête de Qualisocial révèle l’étendue des dégâts en matière de harcèlement dans la fonction publique. Détails.

Remarques désobligeantes, blagues misogynes, mises au placard, critiques injustifiées… Le harcèlement au travail est un sujet qui concerne toutes les entreprises, tous secteurs confondus. Or, d’après une étude de Qualisocial, c’est le secteur de la fonction publique territoriale qui s’avère le plus touché. Interrogeant 2 000 salariés dont 482 dans le secteur public, cet acteur de la santé au travail dévoile les résultats concernant les travailleurs de la fonction publique d’Etat, territoriale, hospitalière et entreprise publique.

80%-des-agents-publics-temoins-de-harcelement-au-travail

80% des agents du secteur public témoignent de harcèlement au travail. © Arlington Research / Unsplash

Un focus sur la fonction publique

Cette enquête découle d’une vaste étude réalisée avec l’institut de sondage Ipsos sur le harcèlement au travail. Il s’agit d’un focus sur les salariés de la fonction publique présenté à l’occasion du Salon des maires et des collectivités locales qui s’est tenu à Paris du 22 au 24 novembre. 

Un secteur fortement impacté

« Le secteur public est largement touché par le harcèlement. Et comme dans le privé, les agents ne savent pas identifier clairement les situations de harcèlement. Il y a urgence à mettre en place de vraies stratégies de sensibilisation et d’éducation de tous les niveaux de fonctionnaires », analyse Camy Puech, PDG de Qualisocial.

Un tiers des sondés victimes de harcèlement

Premier constat, 80 % des agents du secteur public indiquent que le harcèlement est fréquent dans leur secteur. Plus précisément, un agent sur trois du secteur public (32 %) dit avoir été victime de situations de harcèlement au travail. C’est le cas de 40 % des sondés dans la fonction publique territoriale et de 35 % dans les entreprises publiques. Cela concerne également 28 % des agents de la fonction publique d’Etat et 27 % des agents de la fonction publique hospitalière. 

propos-desobligeants-envers-les-femmes-parmi-les-situation-de-harcelement

Par manque d’information, les sondés n’identifient pas les propos désobligeants envers les femmes comme une situation de harcèlement. © Christina @ wocintechchat.com / Unsplash

Des propos humiliants

Parmi les types de harcèlement auxquels sont le plus confrontés les agents du secteur public, 70 % ont trait au harcèlement moral (propos humiliants, mise au placard, critiques incessantes etc). 

Un manque d’information

Autre point important, l’étude dénonce un manque d’information sur la législation : seuls 13 % des agents du secteur public déclarent être bien informés sur le harcèlement au travail et 7 % déclarent bien connaître la législation en la matière.

Des difficultés à identifier le harcèlement

En conséquence, les sondés éprouvent des difficultés à identifier clairement une situation de harcèlement au travail. Ainsi, l’étude a testé la perspicacité des sondés en leur présentant des situations où ils n’ont pas su interpréter les signes de harcèlement. Il s’agit par exemple de salariés appelant leur collègue« ma petite » ou « ma mignonne », ou encore évoquant « la charge mentale des femmes ».

Un manque de législation

Malgré tout, les sondés s’accordent à penser que la législation actuelle ne s’avère pas suffisante en matière de harcèlement. Ainsi, 60 % des agents du secteur public considèrent que la législation ne va pas assez loin. De même, 65 % des agents du secteur public jugent que le gouvernement actuel n’est pas impliqué sur la question. 

Ségolène Kahn

Commentez

Participez à la discussion