Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Sûreté et sécurité

Travail en hauteur : quelle réglementation ?

Exécuter un travail en hauteur expose à des risques de chutes et de dénivellation. Il est ainsi essentiel de se renseigner au maximum sur les dangers et surtout les réglementations en vigueur afin de garantir la santé des salariés, mais aussi des personnes qui circulent aux alentours. L’employeur, via son directeur de sécurité, doit prendre les dispositions nécessaires pour se conformer à cette réglementation.

Qui est concerné par le travail en hauteur ?

 

reglementation-travail-hauteur

Le Code du travail prévoit des dispositions applicables au travail en hauteur. Toutefois, cette règlementation reste évasive sur la définition exacte de ce qu’est un travail en hauteur. L’employeur est toutefois tenu de recueillir le plus de données possibles pour mettre en contexte son activité et les travaux. Il existe également des règles spécifiques à certains métiers, dont le BTP en occurrence. Néanmoins, parmi les principaux concernés par cette règlementation, on peut citer entre autres les techniciens du spectacle, les agents des réseaux électriques, les artisans de maintenance, les géologues ou autres qui arpentent les falaises, etc.

Compte tenu de cette immense possibilité de métiers, la définition du travail en hauteur se révèle particulièrement difficile. Toute profession nécessitant une tâche exécutée en hauteur, quelle qu’elle soit, peut être amenée à suivre la règlementation. Le niveau de risques est toutefois différent.

Par ailleurs, il existe des travaux interdits à une catégorie de travailleurs, toujours selon cette règlementation. Les travaux en élévation ne doivent pas être confiés à des jeunes moins de 18 ans, sauf pour les étudiants et les apprentis en enseignement technologique ou professionnel.

Quelles sont les mesures sur le travail en hauteur ?

Le directeur de sécurité ou l’employeur détermine les dispositions qui concernent leur activité après une analyse approfondie des risques. La règlementation exige toutefois que les mesures comprennent la protection collective ou l’obligation des EPI le cas échéant.

Les mesures portant sur la protection collective sont nombreuses selon les travaux à réaliser. Toutefois, elles exigent entre autres l’utilisation de garde-corps, d’escaliers ou d’échelles fixes. Dans la conception des lieux de travail, il existe également des normes et des installations à respecter afin de prévenir les travaux de rénovation ou autres nécessitant un travail en hauteur. Ainsi, dès leur conception, les bâtiments doivent comporter des dispositions relatives aux travaux à effectuer en toitures, dans les passerelles et les plateformes en surélévation ainsi que sur les parties vitrées.

Dans le cas où la protection collective n’est pas entièrement assurée et que les risques sont possibles et inévitables. L’obligation des EPI doit être respectée. Les EPI (Equipements de Protection Individuelle) doivent faire l’objet de vérification régulière, par les personnes compétentes. Outre ce contrôle, la formation du personnel s’impose afin de garantir au maximum leur sécurité pendant l’exécution de leur travail.

 

En quoi consistent les formations du personnel qui travaille en hauteur ?

travail-en-hauteur

 

Le travail en hauteur exige des compétences particulières, notamment en matière de sécurité et de normes. C’est dans ce cadre que s’inscrit l’obligation de formations afin de prévenir les risques de chute. Il incombe à l’employeur, soit par son directeur de sécurité, d’informer le salarié sur les dangers liés aux interventions en hauteur. Toutes les informations portant sur le travail en soi, les risques ainsi que les équipements à utiliser doivent être communiquées. La formation peut également s’étendre sur la manipulation ou la conduction des engins. La règlementation stipule ainsi que des formations spécifiques soient données au personnel utilisant des équipements motorisés.
Les échafaudages comptent parmi les équipements où l’obligation de formations s’applique.

Le Code du travail prévoit un article précisant davantage le contenu de la formation à la sécurité liée à l’utilisation des échafaudages. Leur montage et démontage doivent être assignés à des personnes compétentes et formées. L’ensemble de la formation tourne autour des risques et des préventions avant, pendant et après le montage ou démontage. Il existe également des référentiels de compétences ainsi que des recommandations spécifiques applicables aux échafaudages.

 

Les réglementations concernant le travail en hauteur sont nombreuses, tant les possibilités sont infinies. Des échafaudages aux grues, en passant par les appareils de levage et les travaux sur cordes, les types d’interventions et d’équipements impliquent des dispositions spécifiques. L’employeur est tenu de prendre toutes les dispositions de sécurité et de prévention afin de limiter les risques de chute. Plusieurs étapes cruciales permettent de relever tous les dangers et de choisir les méthodes préventives nécessaires. L’employeur, par son directeur de sécurité, est chargé d’analyser les risques pour ensuite proposer des solutions afin de les combattre à la source. Les mesures liées à la protection collective sont prioritaires, mais le choix et la vérification des EPI (équipements de protection individuelle) sont importants en cas d’impossibilité de la protection collective. La formation est également utile afin de fournir tous les renseignements nécessaires aux travailleurs en hauteur.

Commentez

Participez à la discussion