Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risques industriels et environnementaux

Traitement des déchets d’amiante : l’usine Inertam reprend du service

Alors que l’usine avait accumulé quelque 9 000 tonnes de déchets d’amiante à traiter durant sa fermeture en 2019, elle est en train de rattraper son retard depuis sa réouverture en juillet 2020. D’ici fin juin, elle aura traité 4 000 tonnes.

Grâce à un plan de relance, l’usine de traitement de déchets d’amiante Inertam entre en phase de maintenance et d’optimisation de quatre semaines. Elle devrait ainsi avoir traité plus de 4 000 tonnes de déchets d’amiante d’ici fin juin. Point fort, cette usine possède une technologie unique, à savoir la vitrification des déchets amiantés à la torche à plasma. Filiale du groupe Europlasma, Inertam a subi les affres de sa maison mère, placée en liquidation judiciaire en 2019 suite à des investissements hasardeux. Fermée durant un an, l’usine bénéficie désormais d’un plan de relance grâce à de nouveaux actionnaires. D’où sa réouverture en juillet 2020.

inertam-possede-une-technologie-unique-de-vitrification-par-torche-a-plasma

L’usine Inertam détient une technologie unique, la vitrification de déchets d’amiante par torche à plasma.
© Inertam

9 000 tonnes de déchets en attente de traitement

Durant sa fermeture, il faut savoir que le stock d’amiante accumulé – il dépassait les 9 000 tonnes, selon notre confrère L’Usine Nouvelle. Désormais en cours de traitement depuis l’été 2020, ce stock devrait baisser de quelques milliers de tonnes, pour arriver à 4 000 tonnes traitées fin juin. En attendant, les déchets d’amiante sont stockés dans des conteneurs sous des chapiteaux et même dans des tunnels à poule. Récemment, l’usine a programmé l’arrêt de sa ligne de production pour quatre semaines. Le but étant de réaliser des travaux de réfection du four et de préparer la seconde phase d’optimisation et de modernisation pour la préparation de charge de l’usine. 

Une nouvelle capacité de stockage tampon

Concrètement, cette deuxième phase devrait se traduire par la mise en place d’une nouvelle capacité de stockage tampon « pour permettre de dissocier l’alimentation du four de vitrification du fonctionnement du broyeur », indique l’entreprise. Selon l’usine, cette nouvelle configuration permettra de réduire « les indisponibilités de l’installation dues pour plus de 25% à des interventions sur le rééquilibrage du mix de composition du bain de fusion ». 

Un stock entièrement résorbé d’ici octobre 2022

En complément, Inertam va optimiser son installation pour accroître sa productivité mais aussi améliorer les conditions de travail et du contrôle des rejets. Avec cette deuxième phase de travaux, la société devrait confirmer ou dépasser ses objectifs de production. Ainsi, à l’approche du redémarrage de l’installation fin juin, le volume de déchets d’amiante traités (4 000 tonnes) a résorbé plus d’un tiers du stock historique. Quant au reste, il devrait être traité d’ici la fin octobre 2022.

Ségolène Kahn

Commentez

Participez à la discussion