TMS : l’OPPBTP lance une campagne nationale

L’OPPBTP (Organisme Professionnel de Prévention du Bâtiment et des Travaux Publics), en association avec SIST-BTP (Services interentreprises de santé au travail du BTP), lance une campagne nationale de sensibilisation pour informer les professionnels du BTP du danger et des coûts des troubles musculosquelettiques (TMS). L’Organisme s’inscrit ainsi dans la continuité des campagnes organisées par les Pouvoirs publics en soulignant spécifiquement les risques liés au secteur du BTP.

Cette initiative sera relayée en région par les conseillers de l’OPPBTP ainsi que par les 31 services de santé au travail du BTP. Leur mission sera d’informer et surtout de proposer des solutions adaptées aux entreprises.

 

> Cette campagne de communication s’appuiera sur :

–  Un site Internet, en ligne depuis mi-novembre, www.tmsbtp-attentionfragile.fr, qui informe sur les risques des TMS et les bonnes pratiques. Il permet aussi de tester son entreprise.

–  Depuis le 18 novembre dernier et durant cinq semaines, des encarts publicitaires insérés dans les suppléments TV de la presse quotidienne régionale.

– Des dépliants diffusés par les conseillers OPPBTP et les médecins du travail. Ces documents expliquent ce que sont les TMS et ce qu’ils coûtent aux entreprises. Un questionnaire simple et rapide permet aux dirigeants d’évaluer la situation de leur entreprise sur le sujet.

En France, les TMS sont un enjeu de santé publique

Les TMS constituent le premier problème de santé au travail en France. Ces pathologies représentent 85 % des maladies professionnelles reconnues et connaissent une croissance de 16 % par an, en moyenne, depuis 10 ans ».

Les demandes d’indemnisation pour TMS augmentent d’année en année. Ainsi en 2007, en France :

7,4 millions de journées de travail ont été perdues,

36 926 TMS ont été indemnisées sur 45 411 maladies professionnelles.

Source : CNAMTS

Le BTP, un secteur particulièrement touché

Cette campagne s’imposait car dans le BTP, près de 9 maladies professionnelles avec arrêt de travail sur 10 sont des TMS 1. Près d’un salarié de la construction sur deux est susceptible de rencontrer des conditions de travail favorisant l’apparition de TMS, par exemple des gestes répétitifs, l’utilisation d’engins et de matériels vibrants, une exposition aux intempéries, des situations de chantier parfois tendues …Pourtant, l’étude des situations de travail peut permettre d’identifier et de réduire les sollicitations répétitives des salariés, responsables de l’apparition des TMS.

 

> Concrètement, dans le BTP, les TMS représentent 89,2 % des maladies professionnelles avec arrêt.

– 75 % des maladies professionnelles avec incapacité permanente.

– 95,1 % du nombre de jours de travail perdus pour maladie professionnelle, soit 801 085 journées (10,4 % du nombre total de journées perdues en accidents/maladies professionnelles du BTP).

– 3 897 TMS parmi les 4 376 maladies professionnelles avec arrêt dans le BTP en 2007.

 

Les TMS fragilisent les entreprises car en plus du coût direct de la réparation et de l’impact sur le taux de cotisation de l’entreprise, il faut tenir compte du coût indirect, beaucoup plus important. On estime entre 100 et 500€ /an/salarié 2 les coûts directement imputables aux TMS et à leur gestion. Ils regroupent :

– Cotisations à l’assurance maladie

– Indemnités versées pour les salariés malades (absence, soins)

– Frais liés à la recherche et l’aménagement des postes de travail pour les personnes victimes

– Temps passé pour gérer les dossiers des salariés touchés

 

Les coûts indirects sont pour leur part de 2 à 7 fois supérieurs aux coûts directs 3. Ils sont liés aux dysfonctionnements induits par les TMS :

– Absentéisme et départs

– Perte de productivité (gestes ralentis, remplacement du salarié)

– Perte de la capacité de production (délai, capacité et qualité)

Les limites de capacité peuvent être sociales (risque de conflit ou d’épuisement), productives (augmentation des temps liés aux restrictions), économiques (impact du sureffectif induit par les TMS sur les prix et la compétitivité) ou encore éthiques (dégradation de l’image de l’entreprise pour ses clients ou pour son attractivité).

 

Notes :

1. Enquête SUMER 2003 – Surveillance Médicale des Expositions et des Risques/Ministère du Travail.

2. Source ANACT (Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail) sur une base annuelle, par salarié touché ou non par un TMS.

3. Estimation après étude menée par l’ANACT (Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail).

 

 

Les différentes pathologies

 

 

La plupart des pathologies sont reconnues comme maladie professionnelle selon 5 catégories :

1 –  Les affections périarticulaires provoquées par certains gestes et postures de travail.

Dans le BTP, ce sont les plus répandues avec près de 9 maladies sur 10. A l’origine d’environ 75 % des incapacités permanentes, elles sont toujours en progression alors que les autres TMS régressent ou stagnent (Source CNAMTS 2007). Dans le BTP, l’épaule est hyper sollicitée. Peintres, maçons, plâtriers, plombiers, électriciens… effectuent des gestes répétés les bras en l’air, soulèvent, maintiennent des charges lourdes à hauteur d’homme ou à un niveau élevé, portent et utilisent des outils pesants ou vibrants. Tous sont concernés par des pathologies affectant cette articulation et qui figurent dans le peloton de tête des TMS observés dans le bâtiment. Au premier rang des TMS de l’épaule, la tendinite de la coiffe des rotateurs. Les gestes les plus traumatisants sont ceux qui associent rotation interne du bras, abduction et sollicitation de la force musculaire. Une fois la tendinite installée, c’est le cercle vicieux qui se met en place s’il n’est pas brisé à temps : rupture d’un tendon, réduction des possibilités de mouvement de l’articulation, atrophie musculaire… nécessitant un arrêt de travail, et jusqu’à des situations remettant en question la poursuite de l’activité professionnelle. D’où l’importance de la prévention.

2 – Les affections chroniques du rachis lombaire dues au port de charges. Si elles représentent moins de 15 % du total des TMS, 70 % d’entre elles génèrent une incapacité de travail permanente.

3 – Les lésions chroniques du ménisque.

4 – Les affections chroniques du rachis lombaire dues aux vibrations.

5 – Les affections provoquées par les vibrations d’outils manuels.

 

 


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.