Surveillance humaine : éthique, technologies et juste prix

Michel Mathieu, pdg de Securitas France : « Ethique et technologie permettent de créer de la valeur ajoutée »

Le 1er janvier dernier, Securitas a entamé un nouveau cycle de croissance qui le mènera jusqu’en 2010. La nouvelle stratégie consiste à concentrer les compétences par la spécialisation chaque fois que cela est possible et cela commence dès le 1er janvier 2008 dans les secteurs de la distribution et des industries à hauts risques.
En effet, afin de mieux répondre aux attentes du marché, ce spécialiste de la sécurité privée par agents a pour objectif de mettre à la disposition de ses clients, en plus de son réseau d’agences régionales, des prestations spécifiques adaptées à leurs besoins.
Michel Mathieu, revient sur les raisons de la nouvelle organisation qu’il met en place et sur les spécificités du marché français de la surveillance humaine.
Alarmes, Protection, Sécurité : Dans le communiqué remis à la presse lors de l’annonce de la réorganisation de Securitas France, vous évoquez un nouveau cycle de croissance devant vous mener jusqu’en 2010. Hormis la spécialisation et le nouveau découpage régional, ce cycle prévoit-il des opérations de croissance externe vous permettant d’acquérir de nouvelles compétences ? De proposer des prestations spécifiques ?
Michel Mathieu :
« Notre position sur la croissance externe a évolué depuis 2 ans. Si nous sommes toujours ouverts à des opérations de ce type, nous privilégions actuellement le regroupement de nos compétences et la mise en place d’un nouveau découpage régional. Il n’en reste pas moins vrai que des acquisitions ayant un réel intérêt géographique ou qui nous permettraient – via le rachat de petites entreprises – d’acquérir une ou des compétences particulières, comme ce fut le cas lors du rachat de Protection Service en 2007, sont toujours possibles. Pour en revenir à ce nouveau découpage, hormis les entités dédiées aux marchés des industries à hauts risques et de la distribution, nous travaillons à la mise en place de structures équivalentes pour d’autres marchés qui se développent beaucoup et où les besoins en surveillance humaine sont importants. Je pense à la logistique en raison de la position géographique de la France qui en fait un véritable nœud pour le transport en Europe. On peut également citer les besoins en maîtres-chiens. Ce marché requiert des compétences qui sont loin d’être acquises par beaucoup. Il va nous falloir mettre en place une structure à même de proposer formations et certifications, tout en s’appuyant sur les métiers repères ».

> Retrouvez l’intégralité de cet entretrien sur expertsdurisque.com et dans le numéro 170 (avril 2007) de la revue APS.

Président d’Alpha System, spécialiste des solutions communicantes pour les agents de la sécurité privée, Guirchaume Abitbol veut faire de sa société un véritable partenaire des professionnels de la surveillance humaine. La technologie doit être mise au service de la qualité de la prestation et de la remontée d’infomartions.

Guirchaume Abitbol, président d’Alpha System : « La surveillance a un coût, et on en a pour son argent »

Alarmes, Protection, Sécurité : Votre société propose aux entreprises de sécurité privée des solutions communicantes pour les agents. En quoi se différencient-elles de l’offre de vos concurrents ?
Guirchaume Abitbol : « Notre solution GuardTek Active Guard propose sur un seul et même appareil un système de protection du travailleur isolé (PTI), un téléphone et un contrôle de ronde grâce à un lecteur RFID.. Le marché de la sécurité privée en France et, plus particulièrement, de la surveillance humaine, est un marché à deux vitesses. Il y a, d’une part, ceux pour lesquels la guerre des prix est une obsession. Parmi lesquels certains facturent les prestations de leurs agents à 11,50 euros de l’heure, contre 40 euros dans les pays scandinaves ! C’est en-dessous du coût salarial… Et, d’autre part, ceux qui ont compris que le prix ne pouvait être l’alpha et l’oméga d’une stratégie commerciale. Ils cherchent donc à proposer des services. C’est dans cette optique que se positionne notre offre : apporter du service aux prestataires et aux utilisateurs finaux. Il faut notamment leur donner à voir de l’information, en remonter ».
APS : Vous évoquiez la guerre des prix qui fait rage. Que faut-il faire pour en sortir ?
Guirchaume Abitbol : « En France, c’est l’anarchie en termes de prix. Chez certains les marges sont proches de zéro. Les pouvoirs publics doivent impérativement travailler sur la professionnalisation de la profession. Et les marchés publics doivent donner l’exemple. C’est loin d’être le cas alors contrairement aux Etats-Unis, par exemple, où les meilleurs marchés sont ceux du public ».
> Retrouvez l’intégralité de cet entretien sur expertsdurisque.com et dans le numéro 170 (avril 2007) de la revue APS.


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.