Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Santé et qualité de vie au travail

Suicides à la police : le ministère de l’Intérieur ouvre un numéro vert

Alors que la liste des suicides s’allonge à 49 policiers, Christophe Castaner, ministre de l'Intérieur, vient d’annoncer un partenariat avec la plateforme d’écoute psychologique Pros-Consulte afin de mettre en place un numéro d’urgence anonyme. Objectif : venir en aide à ces policiers qui sont à bout.

Un policier se tient devant une voiture.

Les policiers en crise vont désormais bénéficier d’une plateforme d’écoute et de prise en charge psychologique dispensée par Pros-Consulte.
© Police Nationale

Enquêtes bâclées, politique du chiffre, logiciels vétustes, hiérarchie indifférente, confrontation à des événements traumatisants, impopularité… la profession de policier est en crise. Ce mardi 16 septembre encore, un policier en poste à la direction centrale de la sécurité publique (DDSP) du Havre a mis fin à ses jours. Un passage à l’acte qui vient s’ajouter à une longue liste macabre de 49 suicides depuis début janvier. Alors que l’année 2019 est ouvertement considérée comme une année noire dans la profession, le ministère de l’Intérieur vient de mettre en place un numéro d’écoute. 

Une année noire

« La police nationale est la profession qui connaît le plus haut taux de suicide en France », rappelle Vigi, le syndicat de policiers. En particulier cette année dont le nombre de passages à l’acte est bien plus élevé qu’en 2018, qui en comptait tout de même 35. A cet égard, le ministère de l’Intérieur rappelait récemment dans un communiqué qu’« en tenant compte des différences de structure socio-démographique par âge et par sexe (…) le taux de suicide dans la police est supérieur de 36 % à celui de la population générale. »

Briser les tabous

Pour expliquer ce phénomène terrible, Christophe Castaner estime qu’il y a un tabou à casser du côté des policiers qui considèrent la dépression comme un aveu de faiblesse. Or « il n’y a pas de honte à connaître une fragilité », rappelle le ministre de l’Intérieur. Au bout de 49 suicides, l’heure est donc à la prise de conscience à la Place Beauvau qui vient d’initier une campagne de communication intitulée « être fort, c’est aussi demander de l’aide ». 

Un numéro anonyme

Il s’agit de mettre à disposition des forces de la police nationale un accès « anonyme, confidentiel et gratuit, 24h/24 et 7 j/7 aux psychologues de la plateforme », selon la Direction générale de la police nationale (DGPN). Aux commandes, c’est la plateforme Pros-Consulte, spécialisée dans la prise en charge du stress au travail et la gestion des risques psychosociaux qui assurera l’accompagnement des agents et de leur famille. Un réseau de 70 psychologues assureront la prise en charge des policiers. En cas de situation cruciale, ils pourront les guider vers des psychologues, médecins généralistes ou psychiatres appartenant au réseau national du risque psychosocial (SPS). 

Ségolène Kahn

Commentez

Participez à la discussion

Suivez-nous