Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risques industriels et environnementaux

Stress : trouble professionnel le plus fréquent

près le stress et le burn-out (93%), les salariés citent la dépression et la souffrance psychologique (85%), puis les troubles musculo-squelettiques (80%) comme entrave au bien-être professionnel, selon une étude de l'IGS.

Les étudiants de l’Institut de gestion sociale ont mené une étude sur le bien-être et la santé au travail, auprès de 552 personnes : salariés, responsables RH, psychologues, médecins du travail. L’enquête révèle que les troubles professionnels les plus fréquemment évoqués concernent le stress et le burn-out (93%), la souffrance psychologique et la dépression (85%), et les troubles musculosquelettiques (80%). Selon les personnes interrogées, ces difficultés concernent directement le travail en lui-même (routine, charge de travail trop importante, objectifs exigeants et à réaliser dans un temps restreint, mauvaise organisation du travail) mais aussi le manque de reconnaissance.

L’enquête souligne que « les troubles induisent un grand nombre de conséquences qui nuisent toutes à la performance de l’entreprise. » Parmi elles, absentéisme, désinvestissement professionnel, diminution de la productivité, impact sur les relations de travail, turn-over accru, augmentation des accidents de travail, grèves, mouvements sociaux.

Bien-être des salariés = productivité de l’entreprise. « Dans une économie mondialisée où les entreprises sont de plus en plus exposées à la concurrence, l’innovation technologique ne suffit plus : l’organisation même de l’entreprise est devenue un élément essentiel de sa compétitivité, affirme Olivier Dusserre, directeur de l’école IGS Campus-Paris. L’enquête le prouve : si un salarié se sent bien dans son entreprise, il travaille plus efficacement et la productivité de l’entreprise s’en trouve donc améliorée. La fonction du responsable RH doit donc évoluer : il ne s’agit plus seulement de gérer les carrières mais aussi la vie quotidienne du collaborateur dans l’entreprise. » 

Deux critères interviennent dans la satisfaction au travail des salariés interrogés : un cadre de travail agréable (environnement de travail lumineux et mobilier ergonomique) et une vie professionnelle et personnelle équilibrée (télétravail, aménagement des horaires). L’étude dégage certaines pistes afin de proposer aux professionnels de la fonction RH des éléments de solutions. Ainsi, le besoin d’une prise de conscience collective est-il souligné. De même que l’importance à attribuer aux relations humaines et à l’ambiance de travail. L’individualisation du travail (horaires, responsabilité, autonomie, flexibilité…) est également avancée.

Caroline Albenois

Commentez

Participez à la discussion