Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risques industriels et environnementaux

Alkern fait campagne pour la sécurité de ses salariés

Le fabricant de produits préfabriqués en béton s'emploie à motiver ses salariés afin d'atteindre son objectif 0 accident du travail avec arrêt.

Rester vigilant dans tous les instants pour se prémunir et protéger les autres, tel pourrait être le slogan d’Alkern, un fabricant franco-belge de produits préfabriqués en béton. Présent sur une quarantaine de sites, majoritairement en France, l’industriel mène tambour battant une campagne interne pour renforcer la sécurité de ses 750 salariés (152 millions de chiffres d’affaires en 2012). « Cette sensibilisation est placée sous le thème de la « Tolérance 0 » envers la violation des règles d’or de sécurité, les comportements à risque et les risques pour les autres », résume Sébastien Husse, un des deux responsables sécurité du groupe. Ces messages destinés aux employés et intérimaires se déclinent sur des Tee-shirt, affiches, badges et autocollants. Par cette campagne, le fabricant renouvelle ses objectifs qui visent à atteindre durablement le 0 accident avec arrêt de travail. « Cette décision a été prise il y a une dizaine d’années après un accident grave », se souvient le responsable sécurité.
  

  Animations vidéo et Quizz.  Pour éviter qu’une telle tragédie ne se reproduise, le groupe a institué plusieurs principes. Entre autres, tout salarié doit intervenir auprès d’un collègue si ce dernier est en situation de risque. En outre, chacun a le droit de ne pas effectuer une tâche s’il pense qu’elle va le mettre en danger. Surtout, chaque salarié doit connaître dès sa première journée de travail les 10 règles d’or fondamentales de la sécurité. Idem pour les intérimaires qui sont aussi initiés aux attitudes à avoir lorsqu’ils travaillent en hauteur, sur une machine, etc. « La présentation de ces 10 règles est effectuée à l’aide de supports Powerpoint et d’animations vidéo et se termine par un Quizz », explique Emmanuel Bataille, le deuxième responsable sécurité d’Alkern. Le tandem audite une fois par an la quarantaine de sites en interrogeant leurs responsables ainsi qu’un échantillon de salariés.
« Signe que la sécurité est l’affaire de tous, notre PDG effectue un certain nombre de visites dans le cadre de ses objectifs annuels », ajoute de son côté Eric Stievenard, le directeur marketing. Les efforts de chacun sont d’ailleurs récompensés. A titre d’exemple, les membres du comité directeur ont dans leur prime annuelle une part liée à la sécurité. Quant aux salariés, ils bénéficient de primes dès lors que leurs sites n’ont pas connu d’accident avec arrêt durant six mois. La récompense est portée à 300 euros lorsque rien n’est à déplorer pendant un an. Parallèlement, dans le cadre de son challenge annuel sécurité-environnement, le fabricant accorde des récompenses qui vont de 80 euros à 30 euros par salariés. « Cette année, 70% des salariés ont ainsi été récompensés », sourit Sébastien Husse.  

 
 

  Des primes jusqu’à 300 €. Ces actions se révèlent efficaces. En une dizaine d’années, le fabricant a divisé par 10 son taux de fréquence des accidents. « Notre taux de fréquence des accidents avec arrêt est passée de 50 il y a une dizaine d’années à 7 aujourd’hui », explique Eric Stievenard. Cette performance est à comparer avec le taux de fréquence du secteur qui s’élève à 44 en 2012. Pour améliorer son score, Alkern va s’employer à modifier le comportement des salariés qui est source d’accidents (rupture du tibia ou entorse à la cheville, etc). En cause, la mauvaise analyse des tâches à effectuer, l’absence de prudence quand ils descendent notamment d’un chariot élévateur, etc. «Toutes les classes d’âge sont concernées », constate Sébastien Husse, « Mais on dénote un peu plus d’accidents avec les intérimaires ou les jeunes salariés qui n’ont pas encore acquis les bonnes méthodes de travail ».


Eliane Kan

Commentez

Participez à la discussion