Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Sûreté et sécurité

Sécurité-sûreté : les tendances 2022

Analyse vidéo, IA, cybersécurité, surveillance de la chaîne d’approvisionnement, contrôle du taux d’occupation des locaux, Cloud hybride… l’éditeur canadien Genetec livre ses prévisions pour l’année prochaine.

À l’approche de la nouvelle année, Genetec, l’éditeur canadien de solutions de sécurité unifiée, nous fait part de sa vision sur les tendances en matière de sécurité-sûreté. Le contrôle des taux d’occupation dans les locaux bâtiments devrait devenir un outil de gestion opérationnelle. Quant à l’analyse vidéo par l’intelligence artificielle, elle a des chances de se développer davantage grâce à des analyses plus ponctuelles et plus ciblées. Ce qui ne doit pas conduire à relâcher les efforts en matière de cybersécurité ainsi que dans la surveillance d’approvisionnement. Enfin, le Cloud hybride va favoriser le développement des systèmes de sécurité unifiée aussi bien dans l’entreprise que chez ses prestataires. Suivez le guide pour découvrir ce qui risque de se passer en 2022.

les-applications-d-analyse-video-devraient-se-deployer-a-plus-grande-echelle-plus-facilement-et-pour-moins-cher.

Les applications d’analyse vidéo devraient se déployer à plus grande échelle, plus facilement et pour moins cher. © Genetec

Contrôler le taux d’occupation pour améliorer l’opérationnel

À commencer par le contrôle des taux d’occupation et de l’utilisation des espaces dans les bâtiments. En effet, quelques mois après le début de la pandémie, les entreprises déployaient différentes solutions pour suivre les niveaux d’occupation dans leurs locaux et pour contrôler la distanciation sociale. Près de deux ans plus tard, cette tendance se poursuit car les entreprises trouvent de la valeur dans les données recueillies. Au-delà de la sécurité-sûreté, les organisations utiliseront les données de cette analyse spatiale pour améliorer certaines opérations : réduire les temps d’attente, optimiser la planification du personnel, suivre les demandes de réservation de salles de réunion, modifier les plans d’étages, notamment en augmentant les options de bureaux partagés.

Analyse vidéo : vers des déploiements à grande échelle

Autre tendance forte pour 2022, la demande croissante en techniques d’analyse vidéo par intelligence artificielle (IA)- Machine Learning et Deep Learning. Cependant, l’analyse vidéo complexe nécessite encore des serveurs très puissants pour fournir des résultats dans un temps acceptable. Le déploiement de l’analyse dans toute l’entreprise n’est donc pas toujours réaliste. En 2022, « les applications d’analyse vidéo évolueront de manière à rendre leur déploiement à grande échelle plus facile et plus économique. Et ceci grâce à des fournisseurs qui se concentrent sur l’efficacité des ressources matérielles et offrent des contrôles plus granulaires pour exécuter les analyses à certains intervalles ou à certaines dates, plutôt qu’en continu », estiment les auteurs de l’étude de Genetec.

les-entreprises-devront-rester-agiles-et-reactives-face-a-l-evolution-des-cybermenaces.

les entreprises devront rester agiles et réactives face à l’évolution des cybermenaces. © Genetec

La cybercriminalité va inspirer des stratégies de sécurité en continu

Selon un rapport de Cybersecurity Ventures, le coût annuel de la cybercriminalité mondiale atteindra 10,5 milliards de dollars par an d’ici 2025, avec un taux de croissance de 15 %. Alors que de plus en plus de dispositifs sont mis en ligne et que le traitement des données devient un élément central des opérations, les entreprises devront rester agiles et réactives face à l’évolution des menaces. Leurs clients exigeront également une plus grande transparence sur la manière dont elles assurent la sécurité et la confidentialité des données. Tout cela débouchera sur un modèle de cybersécurité entièrement nouveau, fondé sur la vérification continue plutôt que sur le simple renforcement des réseaux et des systèmes. De fait, il ne suffira plus d’intégrer des couches de protection supplémentaires dans un écosystème de sécurité. Les responsables devront mettre en œuvre des stratégies de cybersécurité plus offensives et choisir des partenaires offrant des niveaux d’automatisation plus élevés pour rester à l’affût des menaces potentielles.

Supply Chain : un objet de plus grande attention

Les problèmes liés à la chaîne d’approvisionnement que de nombreux secteurs d’activité connaissent actuellement vont inciter les entreprises à être moins dépendantes vis-à-vis des solutions propriétaires issues d’une seule et même source. Les organisations tournées vers le futur rechercheront alors des solutions à architecture ouverte qui leur offriront davantage de choix et de flexibilité pour répondre à leurs besoins. Tout en tenant compte des disponibilités du moment. Néanmoins, les problèmes d’approvisionnement ne se limitent pas à la pénurie de biens et de matériaux. Face à des cybercriminels de plus en plus sophistiqués, la pression est encore plus forte pour les organisations qui doivent passer au crible les mesures, normes et certifications de cybersécurité de l’ensemble de leur écosystème de chaîne d’approvisionnement. Dans un monde sans cesse plus interconnecté, entreprises et agences gouvernementales vont élargir la portée de leurs politiques de cybersécurité afin d’établir des normes de sécurité de base pour les solutions qu’ils achètent et les fournisseurs avec lesquels ils s’associent.

Succès attendu pour le cloud hybride

Comme toujours plus d’entreprises se lancent et testent des applications cloud, celles-ci vont plus rapidement intégrer les avantages du cloud hybride, ce qui accélérera encore plus l’adoption des technologies cloud au cours de la nouvelle année. Il pourra s’agir de la mise en œuvre d’un système de gestion des preuves numériques pour renforcer la conformité en matière de confidentialité des données, du déploiement d’un système de gestion vidéo dans le cloud pour sécuriser un site distant à haut risque ou de l’installation d’un système PIAM (gestion des accès et des identités physiques) pour mieux suivre les foyers de Covid dans un bâtiment. Les organisations conserveront leurs systèmes sur site et les opérateurs vont gérer le tout à partir d’une interface unique dans le cloud.

Erick Haehnsen

Commentez

Participez à la discussion