Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Sûreté et sécurité

Sécurité-sûreté : ce que proposent les huit principaux candidats à la présidentielle

Thème majeur de la présidentielle 2022, la sécurité-sûreté fait l’objet, dans les programmes des candidats, d’une stratégie plus ou moins profonde et de mesures plus ou moins détaillées. Tour d'horizon.

Thème régalien par excellence, la sécurité-sûreté suscite un classique clivage gauche-droite qui bat son plein durant la (courte) campagne pour l’élection présidentielle des dimanches 10 et 24 avril 2022. Voici, dans l’ordre alphabétique (afin de ne pas respecter les opinions de chacun), le panorama des propositions que portent les huit principaux candidats : Anne Hidalgo (PS), Yannick Jadot (EELV), Marine Le Pen (RN), Emmanuel Macron (En Marche), Jean-Luc Mélenchon (LFI), Valérie Pécresse (LR), Fabien Roussel (PCF) et Eric Zemmour. Parmi les thèmes prépondérants, le grand retour de la police de proximité, la complémentarité entre police nationale et police municipale, l’embauche de milliers de policiers et gendarmes, la lutte contre les violences faites aux femmes.

Anne Hidalgo : embauches, formations soutenues et meilleures conditions de travail pour policiers et gendarmes

En sécurité-sûreté, les priorités de l’actuelle maire de Paris sont « la tranquillité des Français et la lutte contre le terrorisme ainsi que la criminalité organisée. » Pour y parvenir, la candidate du Parti Socialiste (PS) veut renforcer la présence des policiers et des gendarmes sur le terrain grâce à de nouveaux recrutements. « Ils bénéficieront de formations adaptées permettant d’améliorer le lien avec les habitants et de mieux prévenir toutes les formes de discrimination. Ils seront mieux répartis dans les quartiers et aux heures où les habitants ont le plus besoin d’eux. Ils seront mieux encadrés et plus disponibles pour résoudre les infractions du quotidien, détaille-t-elle. Par ailleurs, « tout recrutement s’accompagnera d’un budget d’équipement et en immobilier pour améliorer les conditions de vie et de travail des policiers et gendarmes. »

Anne Hidalgo plaide également pour une complémentarité entre police municipale police nationale « dans une logique de service public ». Prônant une réforme concertée des cycles de travail, la candidate s’engage à mieux former les policiers, nationaux comme municipaux, « pour contribuer à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme, l’homophobie, le harcèlement de rue. » Sur le volet de la menace terroriste, Anne Hidalgo veut conforter les moyens des services de renseignement tant humains que technologiques. Elle indique également vouloir mobiliser « les services de renseignement pour intensifier la lutte contre les organisations criminelles et la grande délinquance financière. Le contrôle de l’action des forces de sécurité intérieure sera exercé par une autorité indépendante spécialisée. »

Autre priorité : la lutte contre les violences faites aux femmes avec la création d’un ministère des droits des Femmes ainsi qu’un budget d’un milliard d’euros. Au menu : formation des policiers, gendarmes et magistrats ; présence d’assistantes sociales dans les commissariats et les gendarmeries ; sanctions pénales aggravées ; éloignement des conjoints violents ; accompagnement social et psychologique des femmes et des enfants témoins de violences ; priorisation dans le parc social des victimes de violences conjugales.

Yannick Jadot mise sur la prévention et le respect des libertés

Pour les écologistes, les droits à la sûreté et aux libertés fondamentales sont trop souvent mis en danger par des politiques dites “sécuritaires” « qui encouragent des cycles de violence et ne résolvent pas les problèmes d’insécurité », souligne Yannick Jadot, candidat d’Europe Écologie les Verts (EELV) qui, à l’inverse, défend la lutte contre les causes profondes des inégalités et des violences. Au programme : la création de 20 000 postes d’éducateurs spécialisés, d’assistants sociaux et de psychologues pour prévenir, dans le cadre d’une nouvelle loi d’orientation et de programmation 2022-2027, la délinquance des mineurs. Dans la foulée, Yannick Jadot compte abroger « l’ensemble des mesures administratives de lutte contre le terrorisme. Nous limiterons les conditions de déclaration de l’état d’urgence et supprimerons la possibilité de recourir à des mesures coercitives individuelles dans ce cadre. Nous remplacerons l’état d’urgence sanitaire par un régime de prévention des épidémies plus protecteur des libertés et donc plus efficace. »

Autre grand thème : recréer le lien entre la police et la population par une police de proximité. À cet égard, le candidat EELV veut organiser, dès les premiers mois du mandat présidentiel, une Conférence de respect et de confiance entre la police et les citoyens. Il s’en suivra « une loi de programmation pour doter les forces de l’ordre des moyens nécessaires à leur action, repenser son organisation administrative ainsi que des doctrines de maintien de l’ordre dans le respect des exigences républicaines de protection des droits. » Sans préjuger des conclusions de la Conférence, cette loi de programmation devrait redéployer une police de proximité privilégiant la médiation, la prévention et la désescalade à l’usage de la force. « Elle désarmera la police municipale pour améliorer sa formation et son équipement indispensable », poursuit Yannick Jadot. Bref, ce serait la fin de la politique du chiffre qui « pressurise les agents de police et alimente les tensions. » Le récépissé pour les contrôles d’identité serait ainsi instauré afin de lutter contre les contrôles au faciès.

Autre mesure : « Les enquêtes pénales impliquant un fonctionnaire de police ne seront plus confiées à l’IGPN et l’IGGN mais à un service indépendant de l’institution policière. » De même, le candidat EELV veut interdire les LBD (lanceur de balles de défense), encadrer l’usage des armes « de force intermédiaire » (gaz lacrymogènes, grenades de désencerclement), de « mettre un terme à la technique de nasse et aux formes illégales d’interpellation, et de limiter les contrôles d’identité et les fouilles en expérimentant le récépissé de contrôle d’identité. » Dans la foulée, Yannick Jadot veut abroger plusieurs lois récentes portant atteinte aux libertés fondamentales : loi de 2018 sur la protection du secret des affaires, projet de loi sur la sécurité globale, loi encadrant les manifestations de novembre 2019, décrets du 2 décembre 2020 sur les fichiers de police.

Marine Le Pen veut embaucher 7 000 policiers en gendarmes

Au Rassemblement national (RN), la question de l’insécurité est indissociable de celle de l’immigration. D’ailleurs, la première des 22 mesures de son programme s’intitule : « Arrêter l’immigration incontrôlée en donnant la parole aux Français par référendum ». Il s’agit de « mettre fin à l’immigration de peuplement et au regroupement familial, traiter les demandes de droit d’asile uniquement à l’étranger, réserver les aides sociales aux Français, conditionner à 5 années de travail en France l’accès aux prestations de solidarité, assurer la priorité nationale d’accès au logement social et à l’emploi. » La candidate du Rassemblement national (RN) veut aussi « supprimer l’autorisation de séjour pour tout étranger n’ayant pas travaillé depuis un an en France, expulser systématiquement les clandestins, délinquants et criminels étrangers ; supprimer le droit du sol et limiter l’accès à la nationalité à la seule naturalisation sur des critères de mérite et d’assimilation. » Dans cette même logique, Marine Le Pen veut « éradiquer les idéologies islamistes et l’ensemble de leurs réseaux du territoire national. »

Sur cette base, la sécurité est, pour Madame Le Pen, la priorité numéro 1 du quinquennat. Concernant les moyens alloués aux forces de l’ordre, le RN planifie un budget de 1,5 milliard d’euros par an tout au long du quinquennat (7,7 milliards d’euros sur cinq ans), avec l’embauche de 7 000 policiers et gendarmes.

Prochainement dévoilé, le programme sécurité-sûreté définitif du RN devrait néanmoins s’inspirer de son livre blanc de 2020. Parmi les mesures phare, citons l’armement de la police municipale, l’introduction d’une légitime défense des biens, la création de prisons à sécurité allégée pour les courtes peines ou encore l’inscription des harceleurs de rue au fichier des délinquants sexuels. Afin d’appliquer des idées qui contreviendraient aux textes de l’Union européenne (UE), Marine Le Pen rappelle qu’elle proposera une réforme constitutionnelle par référendum afin d’établir la primauté du droit français sur celui de l’UE.

Emmanuel Macron veut recruter 10 000 policiers et gendarmes

« Vivre dans la peur, c’est vivre sans être libre », lance le président-candidat Emmanuel Macron, tardivement déclaré alors qu’il assure la Présidence française de l’Union européenne (PFUE) et qu’il gère la diplomatie à l’égard de la guerre russo-ukrainienne. Point saillant de son programme sécurité-sûreté, le patron d’En Marche annonce vouloir recruter 10 000 policiers et gendarmes supplémentaires qui « renforceront notamment notre dispositif de renseignement contre le terrorisme » et créer – lui aussi – une police de sécurité quotidienne. « Au plus près des Français, elle développera une connaissance approfondie des lieux et des habitants qu’elle sera chargée de protéger et d’entendre », précise le candidat d’En Marche.

« Nous donnerons aux policiers et aux gendarmes un nouveau pouvoir : sous le contrôle du juge, ils pourront interdire à une personne délinquante de fréquenter le quartier où elle a commis ses délits. » Il compte aussi réprimer par des amendes immédiates et dissuasives les incivilités. Toujours sur le volet de la répression, le candidat d’En Marche veut construire 15 000 nouvelles places de prison.

Le volet cyber n’est pas en reste : « Nous confirmerons la cyberdéfense et la cybersécurité comme priorités de notre sécurité nationale, reprend Emmanuel Macron. Nous créerons un état-major permanent des opérations de sécurité intérieure, de renseignement et de lutte contre le terrorisme. » Directement rattaché au président de la République, celui-ci associera les services et États-majors des ministères de l’Intérieur et de la Défense, avec la participation des ministères des Transports, de la Santé et de l’Industrie. Enfin, Emmanuel Macron plaide pour la création d’une force de 5 000 garde-frontières européens chargés de surveiller et protéger les frontières extérieures de l’Union européenne.

Jean Luc MELENCHON in the European Parliament in Strasbourg

Jean-Luc Mélenchon veut refonder le service public de la police

Pour le candidat de La France Insoumise (LFI), « l’affolement sécuritaire est inefficace et liberticide ». Son objectif est alors de remettre sur pied une police de proximité, véritable « socle de l’activité policière gardienne de l’application de la loi ». À l’inverse de l’idée de police de projection et de réaction, il propose une police en interaction avec les citoyens. Point important, il prône de démanteler les brigades anti-criminalité (BAC) et « leur doctrine brutale de harcèlement […] en faveur de la police de proximité » qui saura abattre le mur de la méfiance réciproque entre population et police.

Jean-Luc Mélenchon veut structurer la police de proximité sous l’autorité fonctionnelle du maire pour organiser l’activité quotidienne, et sous l’autorité hiérarchique du préfet pour la gestion de la carrière, la paie, les mutations, etc. « Les objectifs politiques seront fixés par les comités locaux de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD) qui verront leurs moyens renforcés. Ils bénéficieront régulièrement d’un diagnostic local de sécurité pris en charge par l’État », décrit le candidat de LFI. De plus, il prévoit d’affecter les policiers à des aires géographiques à taille humaine, de passer des conventions avec les bailleurs afin de leur faciliter l’accès à un hébergement proche de leur affectation. « Les policiers de proximité auront pour objectif la tranquillité publique et utiliseront tous les outils de désescalade à leur disposition […]. L’essentiel des effectifs n’aura plus d’arme létale à terme, et les techniques dangereuses de pliage, de plaquage ventral et de clé d’étranglement seront interdites. »

Par ailleurs, le contrôle citoyen sera renforcé en permettant la présence de tout habitant qui le souhaite à au moins une réunion annuelle du CLSPD. Y seront présents les policiers de proximité ainsi que les services de la préfecture, du parquet, et tous les autres partenaires publics et privés habituels. « La Police nationale de proximité sera composée de 40 000 femmes et hommes portant l’uniforme, indique le candidat de LFI. La Direction centrale de la sécurité publique sera transformée en Direction centrale de la police de proximité. » Jean-Luc Mélenchon compte aussi intégrer les polices municipales à la police nationale, soit environ 24 000 policières et policiers municipaux. Autre précision : la police de proximité n’aura pas vocation à réaliser des enquêtes judiciaires, sauf pour les gardes champêtres qui deviendront des gardes environnementaux.

Valérie Pécresse : 5 milliards d’euros pour soutenir la police

Remettre de l’ordre dans la rue, impunité zéro pour les voyous et les délinquants… tels sont les buts de Valérie Pécresse. La candidate Les Républicains (LR), qui veut « ressortir le Kärcher de la cave » pour « nettoyer les quartiers » entend soumettre à la nation son projet de loi constitutionnelle dès l’automne 2022. Parmi ses mesures phares, elle veut apporter aux forces de l’ordre un appui financier de 5 milliards d’euros « afin de reconquérir les territoires abandonnés de la République », créer une police municipale armée dans les villes de plus de 5 000 habitants et doter les forces de sécurité, y compris la police municipale, de nouveaux pouvoirs. Comme le contrôle d’identité, l’ouverture des sacs, la fouille des véhicules. Sur le terrain, elle souhaite moderniser l’équipement des policiers en vidéoprotection, caméras piétons ou embarquées, drones, intelligence artificielle. Valérie Pécresse compte aussi « éradiquer les quartiers gangrenés par la délinquance grâce à des brigades « coup de poing » associant la police, la justice et le fisc pour reconquérir les territoires abandonnés aux réseaux mafieux. » En parallèle, la candidate LR cherchera à « simplifier et numériser la procédure pénale pour diviser par deux le temps de traitement des procédures et aller vers plus d’amendes forfaitaires délictuelles ».

Pour lutter contre le risque terroriste et l’islamisme radical, Valérie Pécresse veut instaurer « un délit pour consultation de sites terroristes, des mesures sûreté et de surveillance pour les terroristes à leur sortie de prison, afin de prévenir tout risque de récidive, faire de la radicalisation une cause réelle et sérieuse de licenciement dans les entreprises et les administrations. » Dans la foulée, elle a l’intention de « donner aux maires l’accès aux fichiers des radicalisés pour contrôler le recrutement de leurs employés communaux, reconnaître le terrorisme comme une forme d’intelligence avec l’ennemi, expulser pour menace à l’ordre public tous les étrangers dont le comportement participe de l’islamisme radical et qui sont inscrits dans les fichiers de l’antiterrorisme. » Enfin, la candidate LR veut aussi « utiliser la reconnaissance faciale à l’entrée des transports en commun en croisant les résultats avec les fichiers antiterroristes pour mieux repérer les personnes recherchées et généraliser les criblages au moment des changements d’affectation pour mieux détecter les phénomènes de radicalisation qui se produisent en cours de carrière. »

Fabien Roussel veut recruter 30 000 agents pour la police de proximité

À l’instar de Jean-Luc Mélenchon et d’Anne Hidalgo, Fabien Roussel ne veut pas laisser les questions de sécurité « aux mains d’incendiaires qui ne cessent de nourrir une très dangereuse instrumentalisation avec des surenchères liberticides. » Associant la sécurité à « un droit fondamental qui doit être garanti à tous nos concitoyens », il estime que ce service public « ne peut pas être vendu à des sociétés privées comme le prévoit la loi « sécurité globale » du gouvernement ». C’est dans cette logique qu’il propose de créer « une véritable police nationale de proximité, avec le recrutement de 30 000 agents, formés, bien encadrés, correctement rémunérés. » Préférant la prévention à la répression, le candidat du Parti communiste français (PCF) compte relier sa politique de sécurité à celle d’éducation, justice sociale, égalité réelle ainsi que d’insertion sociale et professionnelle.

Eric Zemmour : un programme très réduit en matière de sécurité-sûreté

De son côté Éric Zemmour dispose, à l’heure actuelle, d’un programme très réduit en matière de sécurité-sûreté. Cependant, le polémiste devrait prochainement dévoiler une nouvelle mouture. En attendant, il prône, pour soutenir la police, la notion de « défense excusable », permettant « aux forces de l’ordre et aux citoyens agressés de se défendre sans aller en prison ». Les deux autres mesures consistent à simplifier la procédure des enquêtes de police et à créer une police pénitentiaire pour rétablir l’ordre dans les prisons.

Erick Haehnsen

Commentez

Participez à la discussion