Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risques industriels et environnementaux

Sécurité privée, des métiers qui assurent

Aujourd’hui, pour les métiers de la sécurité privée, l’offre d’emploi est deux fois plus importante que le nombre de candidats. C’est un marché qui recrute beaucoup et qui continue de se développer…

L’éventail des métiers de la sécurité privée est large. Il va de l’agent de sécurité qui prévient toute intrusion dans les sites industriels ou publics, à l’agent de sûreté portuaire qui travaille dans les aéroports, en passant par le convoyeur de fonds et l’agent cynophile, qui dresse les chiens pour un emploi particulier. Sans oublier les agents de télésurveillance. Aujourd’hui, pour ces métiers, l’offre d’emploi est deux fois plus importante que le nombre de candidats. C’est un marché qui recrute beaucoup et qui continue de se développer : l’ANPE Ile-de-France, par exemple, a enregistré 17000 offres d’emploi en 2006 pour les métiers de la sécurité privée. Ce chiffre a augmenté en 2007. Cette demande importante tend à revaloriser ces métiers. Depuis le 1er janvier 2008, un certificat de qualification professionnelle d’agent de sécurité (CQP) est devenu obligatoire. Il valide une formation de 70 heures qui a pour objectif de professionnaliser le secteur et d’organiser cette filière qui comptait bon nombre de personnes formées sur le tas. Les métiers, ainsi que les rémunérations proposées, seront mieux définis.
La réglementation a également durci les conditions pour exercer dans ce secteur. Il faut avoir un casier judiciaire vierge et ne pas faire l’objet d’une mention au fichier central de la police (fichier STIC).
Du point de vue personnel, ces métiers demandent une grande disponibilité, y compris le week-end. Mais ils offrent aussi de véritables opportunités de carrière et l’on peut évoluer vers des postes de chef d’équipe ou de responsable de service.
L’ANPE d’Ile-de-France signe des conventions de partenariat avec des grands groupes*, entreprises, enseignes ou fédérations dont les recrutements sont massifs, spécifiques ou difficiles à réaliser. L’intérêt pour l’entreprise réside dans l’engagement sur les modalités de mise en œuvre et la désignation d’agences locales « référentes » identifiées pour la région. Pour accompagner le recrutement dans le secteur de la sécurité, L’ANPE d’Ile-de-France a signé, en 2007, une convention qui concerne essentiellement le recrutement d’agents de sécurité. Les candidats sont évalués sur leurs capacités à travailler sous tension et de manière autonome, à respecter les consignes et à communiquer, à l’écrit comme à l’oral. Les profils retenus sont présentés aux entreprises. Certaines formations, financées par l’ANPE, comme l’aide à la formation préalable à l’embauche ou l’action préparatoire au recrutement permettent aux candidats ayant déjà une expérience dans les métiers de la sécurité de bénéficier du dispositif de la validation des acquis de l’expérience (VAE) et d’obtenir ainsi, par équivalence au certificat de qualification professionnelle, le titre d’agent de sûreté et de sécurité privée, certifié par le ministère du travail.
* Securitas, par exemple, a signé une convention avec l’ANPE pour trois ans. Le but étant d’anticiper les besoins de l’entreprise compte tenu de la progression de la demande sur le secteur et ainsi, de prévenir un possible manque de main-d’œuvre qualifiée. En Ile-de-France, Securitas c’est : un réseau de 16 agences, 4300 salariés, 15 métiers (agent de surveillance, agent de sécurité Incendie, agent cynophile, agent de sécurité mobile, etc.) et une moyenne de 800 embauches par an. > ANPE « référentes » de Securitas en Ile-de-France : Tremblay-en-France, Torcy, Viry-Châtillon, Choisy-le-Roi, Courbevoie, Paris-Bel-Air.

Commentez

Participez à la discussion