Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risques industriels et environnementaux

Sécurité physique | Lutter contre l'intrusion fine

On le sait assez peu mais il est possible, pour certains « experts », de pénétrer dans un local clos en ouvrant une serrure sans laisser de traces et en faisant en sorte que la serrure fonctionne toujours après l’intrusion. Marc André est consultant-expert en intrusion fine discrète et malveillante. Il nous présente rapidement les diverses techniques employées.

Depuis de nombreuses années, et plus particulièrement, depuis la généralisation dans les entreprises de l’ordinateur, les dirigeants de celles-ci, et leurs cadres, ont été sensibilisés à la sécurité des données confidentielles stockées dans les systèmes informatiques. D’énormes progrès ont été faits pour sécuriser les systèmes informatiques.
Avoir un serveur hypersécurisé contre les attaques à distance ne suffit pas. Il faut aussi protéger les bâtiments où sont stockés les serveurs. La vidéo et les alarmes peuvent être deux éléments de réponse, qui ont malgré tout des failles importantes, surtout si le danger vient de l’intérieur, dans le cas d’informations sensibles hiérarchisées. Mais l’élément de sécurité principal reste la serrure. C’est elle qui protège les biens et les informations confidentielles. Pour que le vol de celles-ci soit le plus efficace, il faut qu’il soit invisible, ce qui exclut la destruction ou la semi-destruction des serrures.

Des failles inconnues ?

Les serruriers professionnels ne connaissent pas les failles des serrures pour ce qui concerne les ouvertures fines et discrètes, et les techniques utilisées pour celles-ci, car leur travail consiste à remplacer une serrure ou en installer une et, de temps en temps, faire une ouverture d’une porte claquée par la technique dite « de la radio ».
De même, le nombre d’étoiles d’une serrure n’est pas une indication très fiable en ce qui concerne l’ouverture fine et discrète. Certaines serrures, cependant, résistent encore aux tests d’intrusion fine. Mais leur coût est tel qu’il ne serait pas sérieux d’en équiper toutes les portes. C’est pourquoi une information plus adaptée à la réalité de l’entreprise est nécessaire, sous forme d’expertise ou de conférence, pour en apprendre beaucoup plus sur la sécurité qu’offrent les différentes marques et modèles de serrures et leur réelle résistance à l’ouverture fine et discrète.

Du hobby à l’expertise
Marc André, depuis de nombreuses années, s’intéresse aux failles des serrures, et plus particulièrement aux failles qui permettent à certains individus mal intentionnés de s’introduire dans des locaux sans laisser la moindre trace de leur passage (la serrure fonctionnant normalement après leur passage). De ce simple hobby, il a fait un métier puisqu’aujourd’hui, ce spécialiste participe à des conférences, fait des démonstrations et anime des formations pour les agences gouvernementales.

Cinq techniques principales

Présentation rapide de ces fameuses techniques qui peuvent être employées pour ouvrir et refermer une serrure très discrètement, rapidement et sans aucun dommage pour celle-ci.
La technique du crochetage
Elle utilise un simple crochet et un tendeur pour les serrures paracentriques ou radiales.
Le tendeur sert à imprimer une rotation au rotor et le crochet à appuyer sur les goupilles pour placer la césure du contrepiston et de la goupille à la ligne de césure du rotor et du stator Quand toutes les goupilles sont bien placées, les deux lignes de césure se confondent, laissant tourner le stator dans le rotor, ce qui ouvre la serrure.
La technique d’impression
Elle permet de fabriquer une clé en ayant uniquement la serrure. Prenez une ébauche vierge,
enserrez la tête de la clé avec une pince-étau pour avoir une bonne prise en main. Introduisez l’ébauche vierge dans la serrure, puis faites-lui faire des mouvements relativement appuyés de haut en bas et de rotation horaire et antihoraire. Ressortir l’ébauche, sur la tranche de celle-ci, là où on doit faire les entailles, apparaissent de très, très, très légères marques. Donnez deux à trois coups de lime sur les marques. Celles-ci auront disparu.
Recommencez le processus. Au bout d’un moment, vous aurez cinq entailles si c’est une serrure avec cinq goupilles. Continuez le processus ; à chaque fois, il y aura des marques où il faudra donner deux à trois coups de lime. En agissant de cette façon, chaque entaille se creusera plus ou moins profondément et, quand vous arriverez à la bonne profondeur de chaque entaille, la serrure s’ouvrira : vous aurez une clé pour ouvrir et fermer cette serrure. Cette technique demande d’avoir une bonne vue.
 
La technique de décodage
Elle permet de connaître la combinaison de la clé en ayant uniquement la serrure. 
La technique d’auto-impression
Elle très efficace selon la serrure et très facile à apprendre. Fonctionne avec des serrures très haute sécurité radiales.
La technique des bump keys
C’est une technique facile à maîtriser. Les bump keys sont en vente sur la toile à un prix plus que raisonnable. De plus, il est aussi très facile de s’en fabriquer une, surtout pour les paracentriques. Il existe des bump keys pour chaque modèle de serrures paracentriques et radiales, certaines sont des serrures de très haute sécurité telles que la Keso, la JPM SP, la Kaba, etc.
C’est une clé dont les entailles sont taillées au maximum, à savoir 999999 pour une paracentrique six goupilles telle la JPM SP. On introduit la clé dans la serrure en laissant 1 à 2 mm de recul, on tape sur la tête de la clé avec un manche de tournevis et on tourne la clé, si la synchronisation est bien faite, la serrure s’ouvre, si ce n’est pas le cas il faut recommencer en retirant la clé de 1 à 2 mm. Avec un peu d’entraînement, il est facile d’obtenir la bonne synchronisation.
D’autres techniques plus élaborées telles que refaire une clé à partir d’une photo de celle-ci, etc.
En conclusion, pour bien s’équiper et se protéger, il est indispensable de faire appel à un expert en intrusion fine discrète et malveillante afin qu’il analyse les failles de chaque serrure en fonction des risques potentiels et de déterminer si nécessaire le type de serrure le plus approprié.

Le dossier Vol de Moto Journal n°1936 de janvier 2011

Vidéos sur Youtube

Contacter Marc André

Un crochetage en cinq minutes devant la préfecture de Marseille
Marc André a été consultant pour le magazine Moto Journal n°1936 de janvier 2011, dans le cadre d’un dossier vol. Il a démontré au journaliste de ce magazine que l’antivol moto le plus réputé et le plus cher, la « Rolls Royce » des antivols motos : « L’Abus X Plus 59 – 180 HB 310 », qui jouit de toutes les homologations officielles en France : SRA, FFMC, NF, et en possède aussi plusieurs autres dans le monde entier, pouvait être ouvert finement et discrètement (l’opération se déroulant devant la préfecture de Marseille, sur la moto et l’antivol du journaliste) en moins de cinq minutes.

Commentez

Participez à la discussion