Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Santé et qualité de vie au travail

Santé et sécurité au travail : Leborgne décroche la certification BS OHSAS 18001

Peu répandue en France, cette norme d’origine britannique est un modèle en matière de système de management de la santé et de la sécurité au travail. Elle garantit que l’entreprise est soucieuse de prévenir les risques liés aux conditions de travail de ses salariés et de les protéger. Et ce, en identifiant les risques, en prévoyant les situations d’urgence et en améliorant le système de sécurité. De quoi favoriser le dialogue social et réduire l’impact financier d’un accident du travail.

Si l’on est au fait de la certification ISO 14001 qui définit les critères d’un système de management environnemental, désormais devenue incontournable, il n’en va pas de même de la norme British Standard Occupational Health and Safety Advisory Services BS OHSAS 18001 à laquelle nous sommes peu accoutumés en France. Et pourtant, cette dernière concerne, elle aussi, les préoccupations majeures que sont la santé et la sécurité au travail. Selon l’enquête de l’institut Think pour l’institut Great Place to Work publiée le 7 janvier 2015, près d’une personne sur deux serait confrontée à des situations de burn-out ou à des niveaux de stress très importants pour lui-même ou pour des proches. Ainsi, 17% des salariés se disent potentiellement en état d’épuisement professionnel, soit une hausse de 5% par rapport à 2012. Alors que les entreprises n’ont pas toujours les outils en main pour se structurer par rapport à ce sujet, l’OHSAS 18001 fournit des systèmes de management permettant de mieux évaluer les risques qui peuvent survenir au quotidien tels que les accidents du travail, matériel endommagé, pannes, congés maladies … En témoigne Leborgne, un fabricant français d’outillages pour le secteur du BTP, qui vient d’en obtenir la certification pour ses sites situés en Savoie.
Il faut savoir que la norme est inspirée du fameux concept en management de la roue de Deming, une méthode de gestion de la qualité que l’on appelle aussi Plan-Do-Check-Act (PDCA), ou Plan-Do-Study-Act (PDSA). Ce concept est un moyen mnémotechnique qui permet de repérer avec simplicité les étapes à suivre pour améliorer une organisation du travail. Avec quatre étapes, chacune entraînant l’autre, la méthode vise à établir un cercle vertueux d’évolution. Lequel améliorerait au fur et à mesure la qualité d’un produit, d’une œuvre, d’un service ou encore d’une organisation. Ainsi le premier précepte, Plan, apprend-il à préparer, planifier ce que l’on va réaliser. Le second, Do, à développer, réaliser, mettre en œuvre à partir d’une phase de test. Le troisième, Check, vise à contrôler, vérifier ce que l’on a fait. Enfin, Act ou Adjust signifie agir, ajuster, réagir.
En prenant en compte ces principes simples, cette norme permettra au patron d’élaborer de manière plus rigoureuse une politique en matière de Santé et de sécurité au travail (SST) et de diminuer les facteurs de pénibilité auprès de ses employés. Mais aussi d’élargir sa visibilité en mettant en place des objectifs à atteindre, des engagements en faveur de cette politique. En maîtrisant les risques liés à la sécurité du personnel, l’entreprise pourrait ainsi éviter bien des accidents. Par exemple en mettant à disposition des machines respectueuses de la morphologie de l’employé, en prenant en compte les risques de TMS dus à de mauvaises postures ou à la manutention de charges trop lourdes, ou encore en équipant les employés d’équipements individuels de protection (EPI) adéquats.
De quoi éviter que les collaborateurs ne s’usent à la tâche, tombent en dépression ou soient l’objet d’un burn-out et décrochent. En effet, il faut prendre en considération le fait que ces renoncements ne sont pas sans répercussion sur la santé même de l’entreprise puisque les accidents du travail et maladies professionnelles (AT/MP) et congés maladies entraînent des surcoûts très élevés et affaiblissent la productivité. Rappelons que le régime des AT/MP doit être financé à 97% par l’employeur et qu’il relève de sa responsabilité pénale. Cette démarche participe aussi à favoriser l’image de l’entreprise auprès des tiers (partenaires, donneurs d’ordres, clients, fournisseurs) en faisant preuve d’un engagement à créer un environnement de travail plus sûr. Du côté du fabricant qui a décroché la norme, le mérite revient avant tout à ses collaborateurs sur les sites de Savoie, qui par leurs démarches, ont su convaincre l’auditeur.
Pour le fabricant de matériel BTP, cette démarche s’inscrit notamment dans l’optique d’anticiper les nouvelles mesures qui seront prises en faveur du Compte personnel de prévention de la pénibilité (CPPP) en 2016. Il faut savoir que le BTP est un des secteurs qui impose les conditions de travail les plus rudes à ses salariés. Lesquels sont soumis au quotidien à des manipulations de charges lourdes, travail en hauteur et en extérieur, exposition à des produits chimiques, utilisation de machines à découpe dangereuses, etc. Dans ce contexte le CPPP vise à mettre en place des mesures pour réduire l’exposition des salariés aux facteurs de pénibilité. Aux salariés exposés à un travail répétitif, un travail de nuit ou en milieu hyperbare, par exemple, le CPPP permettrait d’anticiper leur départ à la retraite, de réduire leur temps de travail ou encore de bénéficier de formations professionnelles afin d’accéder à un poste moins exposé.

Ségolène Kahn

Commentez

Participez à la discussion