Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Santé et qualité de vie au travail

Rubix S&I invente un boîtier pour identifier les lieux à risque

Nettoyage, désinfection des surfaces, qualité de l’air, humidité… ce boîtier mesure de nombreuses données considérées comme vecteurs de propagation du Covid-19. En cas de dépassement des seuils d'insalubrité, une alerte se déclenche.

le-pod-sentinel-mesure-le-niveau-de-salubrite-d-un-lieu

Le POD Sentinel pourrait bien faire l’apparition dans les lieux recevant du public comme les supermarchés, les parkings, ou les aéroports. Ainsi saurait-on leur niveau de salubrité avant de s’y rendre. © Xavi Cabrera pour Unsplash

Comment savoir si l’on ne va pas attraper le coronavirus en allant faire les courses au supermarché ? Ou en allant travailler ? Une question que pourrait bien résoudre le spécialiste de l’analyse de l’atmosphère Rubix S&I. Cette start-up toulousaine a mis au point un boîtier capable de mesurer la salubrité des lieux. Baptisé POD Sentinel, l’appareil se base sur des marqueurs comme les odeurs, les particules ou encore le bruit. Il surveille également la fréquence et la qualité de nettoyage des locaux. Ou encore la qualité d’aération, les niveaux de particules fines et l’humidité de l’air.

Surveiller le respect des mesures sanitaires

« Conscients des enjeux sanitaires liés à la crise du Covid-19, nos experts ont mis au point une solution permettant de surveiller et de tracer la désinfection, le nettoyage et la bonne aération des locaux dans les espaces collectifs, déclare Jean-Christophe Mifsud, président fondateur de Rubix S&I. Le POD Sentinel poursuit plusieurs objectifs : informer et rassurer les clients, les collaborateurs, les citoyens… Et aussi limiter la propagation du virus en mettant en œuvre un suivi temps réel des actions correctives. »

Facile à déployer

En ligne de mire, la jeune pousse, qui a levé 7 millions d’euros en janvier dernier, vise les établissements recevant du public (ERP). Entreprises, collectivités, grandes surfaces ou encore aéroports… les applications possibles abondent.  « La force du POD Sentinel est d’être déployable très simplement et à coûts maîtrisés », précise Jean-Christophe Mifsud.

Collecter des données en temps réel

Pour fonctionner, l’appareil embarque tout un arsenal de capteurs. Lesquels collectent l’ensemble des données susceptibles d’indiquer le taux de salubrité d’un lieu. Ensuite, ces informations remontent par réseaux cellulaires ou réseaux bas débit, comme LoRa. De quoi alimenter une plateforme et des tableaux de bord de pilotage.

Une alerte automatique

Durant la collecte, ces données font l’objet d’un suivi en temps réel. Une fois traitées, elles permettent de réaliser une cartographie des zones saines. En cas de dépassement de seuil d’insalubrité, une alerte se déclenche automatiquement pour prévenir les services de nettoyage.

Les facteurs de propagation du virus

Parmi les critères retenus pour ces mesures, le dispositif cible les facteurs qui limitent la propagation du virus. Comme la qualité de nettoyage et de désinfection des locaux et leur aération. Il note également la concentration en particules fines dans l’atmosphère. Sachant qu’il suffit d’une « très faible augmentation du taux d’exposition aux particules de 1μg/m3 pour entraîner une augmentation de 15% du taux de mortalité », affirme l’entreprise dans un communiqué.

L’humidité et la pollution 

De même, le boîtier porte une attention particulière à la pollution de l’air. Considérée comme un facteur aggravant de la mortalité par le Covid-19. Il mesure également le taux d’humidité de l’atmosphère ambiante, terreau idéal pour la propagation du virus.

Ségolène Kahn

Commentez

Participez à la discussion