Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Santé et qualité de vie au travail

Reprise des chantiers : l’OPPBTP publie son guide de sécurité

Pour rendre possible le redémarrage de l’activité du BTP, ce guide répertorie les mesures sanitaires à respecter sur le chantier.

artisans-sur-un-chantier-de-construction-dans-le-soleil-couchant-

Le gouvernement considère les activités du BTP comme essentielles au maintien de la vie économique.
© The Milon pour Unsplash

Ce guide était très attendu par les entreprises du BTP : l’OPPBTP* vient de publier ses bonnes pratiques à adopter sur le chantier pour limiter la contagion par le Covid-19. En toile de fond les enjeux sont cruciaux. En effet, le gouvernement veut encourager les artisans à reprendre une activité partielle pour maintenir l’économie française à flot. 

L’artisanat essentiel à l’économie

Après validation du gouvernement, l’OPPBTP a donc publié sur son site un guide pour la reprise partielle des chantiers. Cette publication a été motivée par un contexte bien particulier. De fait, depuis l’instauration du confinement, le ministère du Travail exhorte les entreprises du BTP à maintenir coûte que coûte leur activité. Jugées « essentielles à la vie économique du pays et à son fonctionnement », ces entreprises « contribuent à garantir les besoins du quotidien des populations, comme le logement, l’eau, l’énergie, la gestion des déchets, les transports et les télécommunications », publiait le ministère ce vendredi 3 avril.

Une décision contradictoire

De quoi faire grincer des dents les fédérations du BTP comme la Capeb**, la FFB*** et la FNTP****. Pour ces dernières, cette décision entre en contradiction avec les mesures de confinement pour protéger les Français de la pandémie. Sans compter la difficulté d’y répondre correctement. En effet, comment protéger ses salariés sur le chantier sans s’exposer à des menaces juridiques ? 

Un guide pour concilier les parties

En conséquence, les fédérations avaient donc appelé les artisans à suspendre les chantiers les moins urgents, une fois ces derniers sécurisés. Face à cette polémique, des discussions entre le gouvernement et les fédérations ont abouti à un accord le 21 mars : la reprise partielle pourra se réaliser à la condition que l’OPPBTP édite un guide. A valider par la FFB, la Capeb, la FNTP ainsi que par les ministères du Travail et de la Santé. 

Respecter les mesures d’hygiène

Diffusé « dans toutes les entreprises de toutes tailles du bâtiment et des travaux publics », ce guide rassemble l’ensemble des mesures sanitaires à suivre sur le chantier. Pour la plupart, elles en appellent au bon sens. Comme se laver les mains toutes les deux heures si l’employé ne dispose pas de gants. Il s’agit également de vérifier la température de chacun. Ou encore de respecter au possible une distance de sécurité de moins d’un mètre. Pour ce faire, le guide recommande notamment de réaliser un plan de déplacement sur le lieu de travail. 

Un référent Covid-19

Entre autres, la désignation d’un référent Covid-19 demeure essentielle à l’application des mesures citées par l’OPPBTP. Ce dernier devra s’assurer de la désinfection des outils, des engins de chantier et des surfaces de contact. Il faudra également qu’il organise un point d’eau avec du savon ou un distributeur de gel hydroalcoolique en extérieur. Et surtout il devra vérifier la disponibilité des équipements sanitaires. 

Pas d’obligation du port de masque

Du côté des masques de protection, pas d’obligation d’en porter. En raison de la pénurie subie par le personnel médical, il est naturellement impossible de les imposer au reste des professionnels. Toutefois, dans le cas d’une visite à un particulier pour une intervention, mieux vaut en porter. De même, si une personne tombe malade, le masque devient obligatoire.  

 Vers une reprise au cas par cas

Quoi qu’il en soit, le gouvernement laisse la possibilité à chaque entreprise de reprendre ou non son activité. Bien sûr, selon sa capacité à respecter ces consignes sanitaires. Ce qui signifie que la reprise de l’activité ne pourra se faire qu’au cas par cas. Si l’entreprise s’en estime incapable, elle pourra alors recourir au chômage partiel pour ses employés. 

Les syndicats peu convaincus

Si de nombreux acteurs du secteur se sont entendus sur la validation de ce guide, les syndicats ne partagent pas cette position. Refusant de valider cet ouvrage, ils s’interrogent sur la possibilité de relancer l’activité dans ces conditions. Parmi les sceptiques, figurent la Confédération générale du travail (CGT Construction), la Force ouvrière (FO) Construction, le Syndicat de l’encadrement du BTP CFE-CGC BTP ainsi que la Confédération française des travailleurs chrétiens (CFTC).

« Un risque sanitaire majeur »

Dans un communiqué publié vendredi 3 avril 2020, ils affirment que « les conditions de survie » au redémarrage des chantiers ne sont pas réunies. « Le gouvernement veut obliger les salariés du BTP à prendre un risque sanitaire majeur et à risquer leur vie face à un mal invisible, le Covid-19. Alors même que nos métiers sont déjà fortement accidentogènes », déplorent les syndicats signataires. De fait, ils souhaiteraient que les mesures s’appliquent d’abord aux travaux d’urgence. Avec un second guide pour les travaux de l’après-confinement.

Ségolène Kahn

* Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics
** Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment
*** Fédération française du bâtiment
**** Fédération nationale des travaux publics

Commentez

Participez à la discussion