Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Santé et qualité de vie au travail

Remise des premiers labels « ticket sans bisphénol A »

Ce label a été créé afin d’encourager les secteurs de la distribution et de la banque à réduire l’exposition de leurs salariés et de leurs clients au risque chimique. Lidl est le premier acteur de la grande distribution à être certifié par l'Ineris.

Le distributeur Lidl et le fabricant de papier thermique Koehler viennent de recevoir les deux premiers labels « Ticket sans bisphénol » délivrés par l’Ineris. Cette certification apporte la garantie que les facturettes et les reçus de carte bancaire ne contiennent pas de bisphénol A (BPA). La suppression de cette substance dans les tickets de caisse et les reçus de carte bancaire constitue l’une des décisions annoncées lors de la présentation, en avril dernier, de la Stratégie nationale contre les perturbateurs endocriniens.
Dans l’attente d’une décision européenne de substituer le BPA dans les papiers thermiques, Ségolène Royal la ministre de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie a souhaité que les acteur de la grande distribution et du secteur bancaire s’engagent dès à présent, de façon volontaire, dans une démarche de suppression du BPA. A cet effet, l‘Institut national de l’environnement industriel et des risques (Ineris) a été chargé de concevoir une démarche de labellisation. L’obtention du label repose sur le respect des exigences posées par un référentiel public. Le référentiel  »ticket sans BPA » définit toutes les modalités de surveillance de la qualité du papier thermique, dans le but de vérifier que les tickets bénéficiant du label sont exempts de BPA – à une teneur résiduelle en accord avec la limite proposée par la France. Ce référentiel comprend notamment un protocole de mesure du BPA dans le papier, qui s’appuie sur des techniques d’analyse chimique éprouvées et pratiquées par de nombreux laboratoires publics comme privés.

L’Ineris a développé le label  »ticket sans BPA » en concertation avec les parties prenantes concernées. Les étapes de la démarche ont été discutées avec les pouvoirs publics, des représentants de la société (l’association Women in Europe for a Common Future) et les acteurs économiques : fabricants et transformateurs de papier thermique, filière papetière, utilisateurs (organisations professionnelles et entreprises de la distribution et du secteur bancaire).
Certaines de ces entreprises ont d’ailleurs anticipé la future interdiction du BPA proposée par la France dans le cadre du Règlement européen Reach, en appliquant d’ores et déjà une politique de substitution. Compte tenu des recommandations de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) et de l’analyse des données actuellement disponibles, et à la demande de la ministre, l’Ineris est d’ores et déjà en mesure de délivrer des labels garantissant l’absence d’autres bisphénols comme le bisphénol S et le bisphénol F. L’institut a également engagé des travaux pour étendre ce label à d’autres utilisations du papier thermique et à d’autres phénols, en fonction de l’avancée des connaissances dans ce domaine. L’Ineris s’appuiera ainsi sur l’expertise et les moyens analytiques du Centre technique du Papier (CTP). 

Eliane Kan

Commentez

Participez à la discussion