Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Sûreté et sécurité

Pros-Consulte publie son 3ème baromètre sur la souffrance au travail

Cet opérateur répond depuis neuf ans aux appels des salariés en souffrance au travail. Depuis trois ans, il publie un baromètre mettant en exergue les motifs de stress professionnel. Principales causes, l’organisation du travail, ses contraintes et ses modifications.

Un homme au travail au bureau semble en situation de souffrance

Les conflits et relation de travail restent un des facteurs les plus générateurs de stress avec 43 % des appels. © Pïxabay

Pros-Consulte, la plateforme d’écoute et de conseil spécialisée dans la prise en charge du stress au travail et la gestion des risques psychosociaux, rend public son troisième baromètre annuel de la souffrance au travail. Rappelons que cet opérateur exerce depuis neuf ans. Il a pour clients des entreprises privées et des organismes public rassemblant de 100 à 230 000 salariés. Ceux qui sont en souffrance peuvent prendre contact sur le net ou par téléphone 24h/24 et 7 jours/7 avec les 65 psychologues de la plateforme. Pour établir son baromètre, Pros-Consulte s’est appuyé sur une grille de l’Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail (Anact) afin d’analyser les 12 800 appels de 5 minutes dont plus de 11 000 ont donné lieu à une consultation. Par ailleurs, notons que 71 % des appels étaient dus à un motif professionnel tandis que 29 % des appelants étaient liés à un motif personnel, principalement familial.

Les cadres sont de plus en plus nombreux à appeler

L’analyse des 12 800 appels montre que le stress au travail a pour principale cause (soit 51%) l’organisation du travail, les contraintes et les changements organisationnels. Les conflits et relation de travail restent un des facteurs les plus générateurs de stress avec 43 % des appels. Toutefois, ce motif est en baisse de 3%. Principale raison, la diminution des appels pour conflits avec la hiérarchie (23 % en 2019 contre 25 % en 2018). Autre tendance baissière, la réduction des appels pour cause d’agression et incivilité. Toutefois, les appels pour cause de ressenti de discrimination sont en nette augmentation. En 2019, ils représentaient 0,75 % des appels contre 0,1 % en 2018. Les appelants sont plus jeunes. Alors que l’âge moyen se situait à 46,2 ans en 2018, il descend à 44,4 ans en 2019. Par ailleurs, si les femmes représentent toujours la plus forte proportion d’appelants, Pros-Consulte observe une progression continue depuis quatre ans des appels passés par les hommes (22,5 % en 2016 ; 24,1 % en 2017 ;  26,2 % en 2018 ; et enfin 27,8 % en 2019). Enfin, alors que les techniciens et agents restent les fonctions les plus touchées par le stress professionnel, leur nombre est désormais en baisse avec 53,7 % en 2019 contre 55,7 % en 2018. En contre-partie, les appels provenant des cadres poursuit sa courbe ascendante. Principales raisons, le manque de formation, le contexte de réorganisation pesant ou difficile à gérer ainsi que le besoin de réassurance.

Eliane Kan

Commentez

Participez à la discussion