Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risques industriels et environnementaux

« Nous avons choisi des chasubles HV de couleur orange plutôt que jaune car cette couleur attire les insectes »

Interview de Philippe Simon, chargé de la sécurité au sein du département santé sécurité qualité des lieux chez RTE.

Info.expoprotection.com – En 2013, les salariés de RTE porteront de nouveaux vêtements de travail. Quelles seront les grandes nouveautés ?
Philippe Simon – 
« Tout d’abord, nous allons changer les bleus de travail en coton pour des modèles de même couleur mais en aramide. Cette fibre est plus souple et plus légère que le coton tout en étant aussi respirante. Un effort a été fait sur l’ergonomie et le confort tout en respectant les normes de sécurité nécessaires : la coupe est nouvelle, les coudes et les genoux sont préformés, ces parties seront aussi renforcées par des bandes de protection en aramide pour limiter l’effet abrasif des sols et des cornières, une collerette pour la protection des reins est ajoutée dans la ceinture. Enfin, nous avons introduit une ligne féminisée de vêtements de travail dont la coupe respecte la morphologie naturelle de nos collaboratrices pour qu’elles se sentent moins à l’étroit au niveau des hanches et de la poitrine. Nous supprimons les modèles de polos à manches courtes en raison des risques mécaniques ou de projection de métaux. Dans ce contexte, les nouveaux polos seront proposés en deux versions : l’une en tissu léger avec des aérations supplémentaires sous les aisselles et l’autre en tissu plus lourd pour la mi-saison. »

Info.expoprotection.com – Qu’en est-il de la protection des salariés soumis au risque routier ?

Philippe Simon – « Parmi nos collaborateurs, ce risque touche entre 4 000 et 5 000 collaborateurs qui travaillent notamment sur ou à proximité des lignes haute tension aériennes ou souterraines. Pour être vus des automobilistes ou conducteurs d’engins, ils devront porter des vêtements haute visibilité conformes à la norme EN 471 tout en restant protéger contre les effets thermiques d’un arc. Nous avons donc opté pour un gilet orange normé contre la diffusion de la chaleur. L’hiver, nos salariés porteront une parka haute visibilité normée CEI61482-2, EN 111612 et EN 14116. L’été, les tissus qui répondent à la norme 61482 n’étant pas confortables en orange (couleur qui n’attire pas les insectes), ils seront habillés de leur bleu de travail sur lequel ils porteront une chasuble orange haute visibilité normée pour la protection contre la chaleur et la flamme. »

 

Info.expoprotection.com – Comment les vêtements de travail ont-ils été sélectionnés ? 

Philippe Simon – « Nous avons lancé un appel d’offres sur trois lots. Les cahiers des charges ont tenu compte des doléances de nos collaborateurs sur le marché existant. Nous avons constitué un jury composé de sept personnes représentant nos sept régions et tous les métiers de RTE pour examiner les offres techniques des fournisseurs. Nous nous sommes appuyés sur l’expertise et le bon sens des membres du jury. »

Info.expoprotection.com – Quel budget annuel consacrez-vous par salarié ?

Philippe Simon – « Le budget individuel oscille entre 700 et 800 euros pour équiper un salarié en vêtements de travail, chaussures de sécurité et casque. Notre politique de dotation prévoit un renouvellement du bleu de travail tous les ans, tous les trois à quatre ans pour les parkas et deux paires de chaussures par an en moyenne. Le choix des chaussants se fait sur un catalogue en ligne édité par notre distributeur d’EPI qui propose également les gants, lunettes, etc. Le rayon chaussures contient une quarantaine de modèles sélectionnés selon plusieurs critères : les risques professionnels, l’ergonomie, le confort et le design. A titre d’exemple, nous avons 14 modèles de chaussures polyvalentes, six modèles pour les femmes et 10 pour les lignards. A cet égard, sur les conseils de guides de haute montagne, nous avons privilégié la coque et la semelle en composite pour limiter les risques thermiques. »

Info.expoprotection.com – Comment vos salariés choisissent-ils leurs EPI ?

Philippe Simon – « Le choix se fait sur la base de notre référentiel EPI. Nous avons conçu au niveau du département santé sécurité nationale un référentiel qui sera diffusé par nos préventeurs présents dans les unités régionales. Ce référentiel précise les conditions de mise à disposition et d’utilisation des protections individuelles. Il s’agit d’un tableau qui répertorie les activités, les risques et les conséquences potentielles qui y sont liées, les EPI prescrits et les normes à respecter. »

© Propos recueillis par Eliane Kan/TCA-Innov24.

Commentez

Participez à la discussion