Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risques industriels et environnementaux

Nepal : Un partenariat public-privé pour accélérer la mise en oeuvre des secours

Les opérations sont encore en cours à Katmandou, au Népal, où un tremblement de terre de magnitude 7,8 survenu le 25 avril dernier a causé plus de 7.000 morts selon les dernières estimations. Le bilan ne cesse de s’alourdir alors que, aux cotés des organisations locales et internationales, plusieurs entreprises répondent à l’urgence humanitaire.

Subitement, le 25 avril dernier, la ville de Katmandou a été détruite à 95% suite à un tremblement de terre de 7,8 sur l’échelle de Richter. Pris de court, le gouvernement népalais a aussitôt lancé un appel de solidarité auquel les Nations unies et l’Union européenne ont répondu par l’acheminement aérien de biens de première nécessité. Équipements de survie, eau, nourriture…. Sur place, plus de 70 ONG internationales mettent la main à la pâte pour distribuer ces denrées à la population. Certaines, comme Solidarités International, organisent également le déploiement de cliniques mobiles, afin de prendre en charge les blessés. Toutefois un important problème logistique se pose : l’afflux soudain des biens de première nécessité à l’aéroport de Katmandou met à rude épreuve les capacités logistiques locales…Livrer à temps. Car l’aéroport international de Tribhuvan, lieu de réception des denrées, se révèle jour après jour aussi exigu qu’inadapté à la situation. Pour optimiser l’acheminement, la filiale allemande du transporteur expressiste DHL a dépêché sur place sa propre équipe. Nom de code : Disaster Response Team (DRT), une équipe qui s’était déjà illustrée en 2013 après le passage du typhon Haiyan (responsable de plus de 4.000 morts) aux Philippines. Forte de son expertise, l’équipe déployée sur le site aéroportuaire organise actuellement une partie de la distribution de l’aide humanitaire. Elle assure en outre, la livraison des denrées auprès de la population démunie. Dans un contexte logistique ô combien compliqué. « L’ampleur des destructions provoquées par le séisme au Népal a totalement paralysé les infrastructures, les routes et les aéroports locaux », souligne Frank Appel, PDG de DHL Allemagne.

Maintenir la communication. Autre problème : sur place, les télécommunications passent très mal. Et pour cause, la plupart des infrastructures de télécoms ont été détruites lors du séisme. Pas seulement les systèmes de communication filaires, mais aussi les dispositifs sans fil. « Les satellites sont désormais les seules infrastructures de communication capables de prendre le relais, particulièrement dans cette région montagneuse », explique Gerhard Bethscheider, directeur général de SES Techcom Services, un opérateur Télécom par satellite qui déploie ses satellites pour aider les secours. Concrètement, l’opérateur luxembourgeois prend part à un projet qui s’appelle « emergency.lu ». Il s’agit d’un partenariat public-privé lancé en 2011 par le Grand-Duché et dont l’objectif vise à déployer des systèmes mobiles de télécommunication au coeur de la zone sinistrée. Pour ce faire, des Kits prêt-à-l’emploi sont installés au sol puis connectés au réseau satellitaire de SES qui prend soin de fournir toute la bande passante nécessaire au bon déroulement des communications qui transitent.Par ailleurs, Hitec Luxembourg, un cabinet de conception, s’est associé au Programme alimentaire mondial (Pam) pour développer et tester sur le terrain une application mobile qui a pour but de tracer des personnes et des véhicules en plein chaos.

Guillaume Pierre

Commentez

Participez à la discussion