Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Santé et qualité de vie au travail

MSA veut prévenir les ouvriers du BTP des méfaits de la canicule

Ce spécialiste des casques fabrique des tissus rafraîchissants qui abaissent la température de 6°C à 12°C au niveau de la tête. Le phénomène de rafraîchissement, breveté, s'obtient en trempant le tissu dans l'eau. Ensuite, l'humidité diffuse lentement dans le tissu couche par couche pendant 5h à 10 h.

Comme chaque année lors de la période estivale, les compagnons et ouvriers du BTP travaillant en extérieur risquent d’être confrontés à de fortes températures. D’ailleurs, nombre d’entre eux se souviennent des conditions de travail extrêmement pénibles qu’ils ont rencontrées à l’été 2015 lors de la canicule qui a duré quasiment 1 mois. Ces conditions de travail ont de nombreux effets néfastes pour les salariés et leur entreprise : une augmentation du stress ou encore un niveau de fatigue extrême qui réduit fortement la productivité. Par ailleurs, travailler lorsque la température extérieure est trop élevée réduit la concentration des travailleurs et, par conséquent, risque d’accroître la fréquence des accidents du travail. Les porteurs de casques sont particulièrement concernés car cet EPI renforce considérablement la perception de la chaleur.
La pénibilité due aux chaleurs extrêmes est désormais prise en compte au niveau réglementaire car la réforme sur les retraites a introduit des dispositions dans le Code du travail concernant la pénibilité au travail. Ce dispositif de prévention, de traçabilité et de compensation se base sur la prise en compte par les entreprises de certains facteurs de risque liés à des contraintes physiques marquées, à un environnement physique agressif ou à des rythmes de travail. Ce qui doit déboucher sur la mise en place d’actions spécifiques pour réduire la pénibilité. A compter du 1er juillet 2016, un des nouveaux facteurs de pénibilité au travail portera sur l’exposition à des températures extrêmes c’est-à-dire, en matière de chaleur, au-delà de 30°C.
De tels constats ont conduit MSA à développer des textiles réfrigérants destinés à être utilisés avec ses casques V-Gard. Une solution à laquelle les préventeurs qui souhaitent renforcer le confort des porteurs de casques en période estivale et diminuer les risques d’accidents du travail liés à la chaleur, pourraient être sensibles. En effet, ces textiles parviennent à rafraîchir la tête des utilisateurs d’environ 6°C à 12°C par rapport à la température extérieure. Et ce, pendant 5h à 10h environ. Cette prouesse s’appuie sur la technologie « HyperKewl », à savoir un tissu breveté qui absorbe l’eau et libère celle-ci à travers les différentes couches de textile de manière diffuse. Il suffit ainsi de plonger le produit dans l’eau pendant 1 minute pour permettre au tissu HyperKewl de se charger en eau puis d’essorer délicatement l’excédent d’eau et, enfin, d’installer le textile dans la coiffe du casque en un clin d’œil grâce aux fixations velcros intégrées.
Les textiles réfrigérants MSA V-Gard existent en 2 versions : un sommet de tête ou un sommet de tête avec saharienne – qui apporte également des performances de haute visibilité et une protection de la peau contre les effets nocifs des rayons solaires. Le fabricant a choisi la couleur orange fluo sur la partie externe de la saharienne car cette couleur assure une haute visibilité sans attirer les insectes, à la différence de la couleur jaune fluo. Par ailleurs, ces textiles peuvent être activés jusqu’à 100 fois. Qui plus est, l’industriel, qui fabrique en France bon nombre de ses produits, garantit de l’absence de produits chimiques dans ses textiles réfrigérants. Rappelons également, que ses casques figurent parmi les plus ventilés du marché.

Erick Haehnsen

Commentez

Participez à la discussion