Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Santé et qualité de vie au travail

Mohammed Errafi (Gravipack) « Nous innovons avec un exosquelette embarqué dans nos sacs à dos »

Interview de Mohammed Errafi, président et fondateur de la startup Gravipack. Créée en 2018, elle conçoit et développe des sacs à dos qui intègrent un exosquelette. Ce dispositif se présente sous la forme d'inserts intégrés dans les bretelles. L'exosquelette allège de 92 % le poids de la charge sur les épaules et le dos du porteur. De quoi prévenir les douleurs et les problèmes de lombalgies.

mohammed-errafi-president-et-fondateur-de-la-startup-gravipack

Mohammed Errafi, président et fondateur de la startup Gravipack.

Vous intégrez dans votre sac à dos Gravipack un exosquelette. Ce qui vous a valu de recevoir plusieurs récompenses depuis son lancement. Dont des médailles décernées par le concours Lépine, l’Armée de terre et le ministère de la Défense. Quelle est l’origine de votre innovation et comment préserve-t-elle le dos vos utilisateurs ?

En 2013, j’ai conçu le premier prototype du Gravipack car, en tant que ferronnier d’art, je devais porter un sac d’outillage lourd qui me faisait souffrir. Pour résoudre ce problème, j’ai eu l’idée d’équiper les sacs à dos d’un exosquelette. Il s’agit plus précisément d’inserts insérés dans les bretelles. Grâce à cet exosquelette que j’ai breveté, le sac à dos se trouve en apesanteur sur les épaules. Du coup, le porteur a la sensation qu’il ne porte pas de poids. Autre avantage de cet exosquelette, il corrige et redresse le dos et la posture anatomique du porteur.

Votre sac Gravipack se décline en différentes versions, pour le grand public et à destination des professionnels. Quels en sont usages ?

Effectivement, nous fournissons différentes solutions pour les professionnels. A titre d’exemple, la SNCF nous a commandé des sacs destinés à ses collaborateurs en charge de la maintenance des voies. Ces professionnels doivent parcourir 20 kilomètres par jour avec des sacs allant de 10 à 19 kilos. Ce qui générait beaucoup d’arrêts maladie. J’ai donc conçu une version à la SNCF. Laquelle se distingue par une épaisseur minimale du sac-à-dos de manière à ce que les porteurs puissent se plaquer contre un mur en cas de passage d’un train. Par ailleurs, nous fournissons à des entreprises comme In Exenso, ou Bouygues des Gravipack pour équiper leurs collaborateurs travaillant en flex-office. Comme ces sacs peuvent accueillir un cadenas, ils y rangent leur ordinateur et leurs fichiers confidentiels. Plus récemment, nous avons lancé un nouveau sac à destination des reporters vidéo et des photographes. A l’instar de nos autres produits, ils ont été testés au préalable par des utilisateurs avant d’être commercialisés.

gravipack-integre-des-inserts-dans-les-bretelles-de-son-sac-a-dos

Gravipack intègre des inserts dans les bretelles de son sac à dos. © Gravipack

Vous faites partie des finalistes des trophées de l’Institut national de la propriété industrielle (INPI) pour 2022. En quoi cette culture des brevets vous confère-t-elle un avantage concurrentiel ?

Depuis 2015, nous avons déposé  plus de 10 brevets en France et à l’international. Trois autres sont en cours de dépôt. L’innovation Gravipack représente un atout majeur pour garder une avance technologique sur nos concurrents. Ces brevets nous permettent aussi de louer et de créer des licences d’exploitation de marque et de brevet.

Propos recueillis par Eliane Kan

Commentez

Participez à la discussion


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.