Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risques industriels et environnementaux

Messer France met plein gaz sur la sécurité

Le fabricant de gaz industriels vient de décrocher la certification Ohsas 18001 qui reconnaît la qualité de son système de management de la santé et sécurité au travail. Un thème moteur pour sa maison-mère qui vient de lancer une campagne « sécurité » sur les cinq continents.

Le 13 septembre 2013 restera gravé dans la mémoire des salariés de Messer, un producteur de gaz industriels qui emploie sur les cinq continents plus de 5 000 collaborateurs répartis sur 120 sites. A 11 heures du matin, ces derniers ont dû, toute affaire cessante, se rendre à la présentation d’une campagne de prévention à la sécurité. Titrée It was not planned (en français, Ce n’était pas prévu), cette action, exceptionnelle de par son ampleur, vise à faire entendre à chaque salarié que tout geste risqué, même anodin en apparence peut avoir des conséquences dramatiques. « C’était une première pour nous », se souvient Vincent Teneze, en charge de la sécurité chez Messer France. 

Sur l’Hexagone, cette entreprise emploie 300 personnes qui se répartissent entre le siège social, une dizaine d’unités de production et de conditionnement ainsi que des agences commerciales et logistiques. L’industriel produit des gaz industriels dont certains comme l’hydrogène ou l’acétylène sont explosifs et réclament une attention de tous les instants. 

Oshas 18001:2007. Cette vigilance trouve cette année son point d’orgue avec la diminution du taux d’accident du travail avec arrêt qui passe de 9 à 2012 à 5,72 en 2013. Mais aussi avec l’obtention de la certification Ohsas 18001:2007 (Occupational Health Safety Assesment Series version 2007 : en français : Système de gestion de la santé et de la sécurité au travail) élaborée par le British Standards Institute. Ce label couronne plusieurs années d’efforts en matière de sécurité et santé au travail. Outre la réalisation du DU (Document unique) et des étude de dangers, des formations à la prévention et des audits de sécurité, l’entreprise produit aussi des tableaux de bord de suivi des événements liés à la sécurité. 

Audit à blanc. « Il nous est apparu nécessaire d’intégrer ces actions dans un système qui atteste de notre maîtrise et de notre gestion en matière de sécurité et de santé au travail », résume le chargé de sécurité qui a travaillé avec le responsable QSE (Qualité, Sécurité et Environnement) et une collègue chargée de qualité. Sans oublier les salariés et les responsables des sites qui ont été impliqués pour vérifier le potentiel de conformité de l’entreprise à la norme Ohsas 18001 et proposer des actions correctives. « Ensuite, nous avons réalisé un audit à blanc avec le cabinet Axiquale. Ce qui nous a permis de repérer les points à corriger », poursuit Vincent Teneze. 

Bien que familier des questions de sécurité, le trio a dû surmonter certaines difficultés liées, pour l’essentiel, à la mise en œuvre des procédures écrites, parfois fastidieuses et complexes. Par exemple, il lui a fallu créer une veille réglementaire relative à son activité et aux questions de santé et sécurité au travail. « Ce travail consiste à identifier tous les arrêtés et toutes les normes qui concernent l’entreprise, à vérifier sa conformité et à réaliser le cas échéant des actions correctives », rapporte Vincent Teneze. Loin de concerner le seul domaine de la santé et de la sécurité au travail, cette certification a aussi un impact sur le service commercial. En effet, elle peut être exigée par certains grands donneurs d’ordres dans leurs appels d’offres. De quoi afficher un avantage concurrentiel décisif. 

Eliane Kan

Commentez

Participez à la discussion