Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risques industriels et environnementaux

Matignon lance un nouveau plan de prévention de la délinquance

François Fillon a présidé, le 2 octobre dernier, à Villeneuve-la-Garenne (92), le Comité interministériel de prévention de la délinquance. A l'issue de ce comité, un plan national de prévention de la délinquance, d'une durée de 3 ans et applicable dès le 1er janvier 2010 a été présenté par le Premier ministre aux côtés des ministres les plus concernés...

François Fillon a présidé, le 2 octobre dernier, à Villeneuve-la-Garenne (92), le Comité interministériel de prévention de la délinquance. A l’issue duquel un plan national de prévention de la délinquance, d’une durée de 3 ans et applicable dès le 1er janvier 2010, a été présenté par le Premier ministre aux côtés des ministres les plus concernés : Michèle Alliot-Marie, Brice Hortefeux, Xavier Darcos, Luc Chatel, Fadela Amara, Rama Yade, Nadine Morano.

Dans ce plan, le Gouvernement définit les moyens nécessaires à l’application efficace de la loi du 5 mars 2007, relative à la prévention de la délinquance.

 

> Le plan national de prévention de la délinquance vise principalement cinq objectifs :

– prévenir plus efficacement les actes de malveillance dans les lieux de la vie quotidienne ;

– consolider les partenariats locaux dans le cadre de la loi du 5 mars 2007 relative à la prévention de la délinquance ;

– mieux prévenir la délinquance des mineurs ;

– renforcer l’aide aux victimes ;

– sanctuariser les établissements scolaires et leurs abords.

 

> Pour y répondre, le plan met notamment en œuvre quatre moyens :

– Le recours en priorité à la vidéoprotection afin de réaliser des diagnostics précis sur les différentes formes de malveillance ;

– la coordination des acteurs locaux de la prévention autour du maire, qui est un acteur clé dans la définition des actions de lutte contre l’insécurité ;

– la prévention de la délinquance des mineurs les plus exposés au risque de la délinquance ou de la récidive ;

– le renforcement de la protection des victimes et l’amélioration de la prévention des violences familiales.

 

Au niveau national, la coordination et le suivi du plan seront assurés par le secrétariat général du Comité interministériel de prévention de la délinquance. Une mission veillera à l’évaluation du plan en collaboration avec l’Association des maires de France.

Quelques-unes des 21 mesures du plan national de prévention de la délinquance

 

>  Prendre en compte la sécurité dans l’urbanisme et développer la vidéoprotection

– Le développement de la vidéoprotection sera poursuivi et accéléré. Le montant consacré par l’Etat sera porté à 20 millions d’euros en 2010 contre 10 à 12 millions d’euros les années précédentes.
– Pour faciliter la mise en place de la vidéoprotection par les communes, la Loppsi (loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure) comportera des dispositions facilitant la mutualisation entre communes du coût des centres de supervision.
– Des systèmes de vidéoprotection partagés permettront une mutualisation, entre bailleurs sociaux, des coûts et de la gestion de ces systèmes.

 

> Sanctuariser les établissements scolaires et les mettre à l’abri de toute forme de violence
– Les diagnostics de sécurité seront étendus aux 8 000 collèges et lycées (1 881 ont déjà été réalisés) avant la fin 2010.
– Avant la fin de l’année 2009, une équipe mobile de sécurité sera mise en place dans chaque académie. Cette équipe de soutien, de protection et de sécurisation sera composée de 20 à 50 personnes susceptibles d’intervenir rapidement sous la responsabilité des chefs d’établissement.
– Les personnels de direction, d’éducation et d’inspection et les gestionnaires d’établissements seront formés à la sécurité et à la gestion de crise.

> Pour en savoir plus

Commentez

Participez à la discussion