Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Sûreté et sécurité

Marché de la sécurité : belle année 2019, sombres projections pour 2020

Avec près de 30 milliards d’euros de chiffre d’affaires global, les ventes du secteur de la sécurité progressent en 2019 de 3,8 % contre 1,1 % pour le PIB tricolore. Avec la crise sanitaire, 46 % des patrons d’entreprises de sécurité s’attendent à une baisse de leurs ventes cette année.

Chaque année, le Panorama économique de la sécurité en France constitue un événement dans le secteur. Édité par notre confrère En toute sécurité, cet Atlas recueille ses informations auprès de 1 500 sociétés. Et la toute récente édition 2020, portant sur l’année 2019, nous réserve son lot de surprises. Tout d’abord, les ventes s’élèvent à 29,95 milliards d’euros avec une progression de 3,8 % par rapport à 2018. « 2019 est donc plutôt une bonne année malgré la faible croissance du PIB de la France à 1,1 % », reconnaît Patrick Haas, directeur de la rédaction d’En toute sécurité.

patrick-haas-(en-toute-securite)-:-«-notre-theorie-selon-laquelle-le-secteur-de-la-securite-performe-plus-que-le-pib-se-revele-encore-juste. »

Patrick Haas (En toute sécurité) : « Notre théorie selon laquelle le secteur de la sécurité performe plus que le PIB se révèle encore juste. » © En toute sécurité

Les secteurs qui se portent bien

Parmi les secteurs les mieux portants, citons la télésurveillance résidentielle. Son taux de progression affiche une santé insolente à 12,4 % pour 548,3 millions d’euros de ventes. Vient ensuite le poids lourd de la cybersécurité qui voit ses recettes croître de 9,4 % à 4,2 milliards d’euros. De leur côté, les ventes du segment ingénierie de sécurité (1,09 milliard d’euros) augmentent de 6,6 %. Talonnées par celles du contrôle d’accès qui accélèrent de 6,5 % pour 1,8 milliard d’euros de recettes. Quant à la vidéosurveillance, elle affiche une belle progression de 5,1 % dans un marché de 1,55 milliard d’euros.

Les secteurs qui souffrent

Avec une progression de 10,6 % pour 95,1 millions d’euros de recettes, les drones de surveillance accusent le coup. « En effet, leur taux de croissance était de 16,9 % en 2018 et de 43 % en 2017. Les signatures de contrat se raréfient. Les donneurs d’ordres attendent une stabilité des produits ainsi qu’une pérennité des entreprises », analyse Patrick Haas. Également à la peine, le transport de fonds connaît une baisse de 3 % (à 678,8 millions). Principale raison : la désaffection structurelle du public pour le cash depuis 10 ans.

« Très fluctuante au gré des attentats, la sécurité intérieure pâtit également. Les grands donneurs d’ordre avaient réalisé de très gros investissements ces dernières années », reprend Patrick Haas. Autres secteurs en souffrance, la télésurveillance professionnelle augmente ses ventes d’à peine 0,7 % (350 millions d’euros). De même, les recettes de la sécurité incendie stagnent à 0,3 % dans un énorme volume de 3,516 milliards d’euros.

les-ventes-en-videosurveillance-progressent-de-5,1-%-sur-un-marche-de-1,55-milliard-d-euros-en-2019.

Les ventes en vidéosurveillance progressent de 5,1 % sur un marché de 1,55 milliard d’euros en 2019.
© Photomix / Pixabay

Augmentation de la rentabilité des entreprises

Bonne nouvelle : la rentabilité des entreprises s’améliore nettement en 2019. Pour preuve, le taux d’entreprises rentables est passé de 64,5 % en 2018 à 69 % en 2019. Bien sûr, avec des disparités. Parmi les champions de la rentabilité, le segment du contrôle d’accès arrive en tête à 86 %. Suivi par la cybersécurité, l’alarme-sécurité et la télésurveillance résidentielle à 85 %. Pour sa part, le segment de la vidéosurveillance compte 81 % d’entreprises rentables. Ces résultats sont-ils le fruit d’une nouvelle culture managériale ? « Peut-être. Mais dès lors qu’il y a croissance, le contexte est très favorable », remarque Patrick Haas.

Perspectives 2020 des directeurs de la sécurité

Entre mai et août de cette année, l’équipe d’En toute sécurité a réalisé un sondage auprès des directeurs sécurité-sûreté (DSS). Premier enseignement, la crise a conduit 65 % des DSS à modifier leurs chantiers. Dans le détail, 25 % des DSS ont accéléré la rénovation de la sécurité des sites. 20 % des DSS ont réorganisé leurs missions de sécurité. 18 % d’entre eux ont vu leur direction générale les solliciter davantage.

15 % des DSS ont dû abandonner certains projets de sécurité. 13 % ont renforcé la sécurité des salariés à l’étranger. Et 6 % des DSS ont accéléré la formation des salariés à distance sur la sécurité. À noter : rien n’a changé pour 30 % des DSS. Lesquels admettent que la coopération avec les autorités publiques fut bonne (58 %), voire excellente (17 %). Au final, 93 % pensent que la crise sanitaire aura encore des conséquences sur leurs missions en 2021.

Perspectives 2020 des PDG d’entreprises de sécurité

De leur côté, 46 % des patrons d’entreprises de sécurité anticipent une baisse de leur chiffre d’affaires pour 2020. 24 % sont dans l’incertitude la plus totale. Seulement 15 % des patrons s’attendent à une croissance de leurs ventes et autant pensent que leur chiffre d’affaires sera stable. Inquiétant, 47 % des chefs d’entreprise redoutent que les donneurs relancent une guerre. Au plan global, l’enquête d’En toute sécurité estime à 7 % la baisse générale des ventes du secteur de la sécurité. Contre 10 % pour l’ensemble de l’économie française. « C’est la première fois, indique Patrick Hass, que l’on s’attend à une talle baisse. » La crise sanitaire est vraiment profonde.

Erick Haehnsen

Commentez

Participez à la discussion