Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risque incendie

L'Open Source au secours des sapeurs-pompiers

Une collaboration de longue durée entre un SDIS et un éditeur de logiciels libres débouche sur une pépite : un système en ligne qui permet de gérer sur smartphone toute une chaîne de commandement lors d’une intervention.

xavier-pergaud-est-colonel-au-sdis-32

Xavier Pergaud est colonel au SDIS 32.
© SDIS 32

C’est une histoire d’hommes. Vers 2010, Xavier Pergaud cherchait une application smartphone bien spécifique pour les sapeurs-pompiers du SDIS 47 (1). En effet, il voulait informer et notifier les cadres de la chaîne de commandement d’une opération importante. Plutôt que de contacter chaque personne par téléphone. « Orange avait développé ce type d’application par SMS. Mais impossible de l’obtenir auprès de son antenne locale », se souvient Xavier Pergaud qui connaissait Christophe Nouguier. Lequel était, à l’époque, développeur dans l’industrie aérospatiale. Puis, ce dernier démissionne et crée la société Kalisio avec Luc Claustres, spécialisée dans les logiciels libres cartographiques. « Avec un groupe de collègues, nous avons alors rédigé le cahier des charges de l’application que nous souhaitions avoir », reprend le colonel. En 2015, l’application Open Source Akt’N’Map entre en fonction au SDIS 47.

Partager l’information avec toute la chaîne de commandement

Incendie de forêt, feu dans une maison individuelle ou dans un immeuble d’habitation, fuite de produits chimiques dans une usine, inondation… « L’application donne de l’information aux acteurs de la chaîne de commandement des sapeurs-pompiers dans le cadre d’une opération. Les cadres qui ont à en connaître sont prévenus via cette application, explique Xavier Pergaud, aujourd’hui colonel du SDIS 32. Auparavant, il fallait appeler les personnes une à une ou leur envoyer des SMS. » À présent, les cadres reçoivent sur leur smartphone une cartographie numérique géolocalisant l’événement, des données de description. Comme le type d’incendie, le type de bâtiment, les besoins en ressources (combien de camions ?). Autre avantage : les personnes partagent instantanément avec toute la chaîne de commandement les photos prises sur la zone d’intervention. « Sur certains incendies de forêt, on compte jusqu’à 400 camions et 1 000 pompiers », souligne Xavier Pergaud. On comprend le besoin d’organisation !

application-kalisio

Toutes les personnes disponibles peuvent confirmer qu’elles partent vers le site.
© Kalisio

Prendre rapidement les bonnes décisions

« En fait, Akt’N’Map permet de renseigner la structure de l’organisation ; d’enregistrer les membres et de les répartir dans des groupes ; de leur assigner des rôles, des compétences et des fonctions », détaille Luc Claustres cofondateur de Kalisio, basée à Castelnaudary (11). Avec cette application désormais préconfigurée en mode locatif sur Internet (SaaS), le SDIS géolocalise les équipes. En quelques secondes, il envoie les notifications pour mobiliser les équipes selon les compétences à réquisitionner. Puis il assure le processus de suivi des opérations. Ainsi le coordinateur de l’événement peut-il suivre en temps réel l’évolution des personnes sur l’intervention. « Cela aide à prendre rapidement les bonnes décisions », fait valoir Luc Claustres. « Cette mobilisation se fait en fonction de seuils décisionnels. En fonction de la difficulté d’une opération, on informe toute la chaîne de commandement », poursuit Xavier Pergaud. À l’autre bout de la chaîne, Akt’N’Map enclenche automatiquement le GPS de la personne notifiée qui accepte la mission. Jusqu’au site de l’intervention. « À 4 heures du mat, c’est vraiment confortable », renchérit le colonel du SDIS 32.

Un système pour alerter les volontaires

Par ailleurs, Akt’N’Map complète le système du SDIS 32 qui fait sonner les bips des personnels d’astreinte dans un rayon de 5 km. « Ce système ne fonctionne que pour les personnes qui se mettent en disponibilité via le système opérationnel du SDIS 32. Dans le cadre d’opération NOVI (nombreuses victimes), on a besoin d’elles. Car, dès le départ, il faut mobiliser une quarantaine de véhicules et une centaine de pompiers. Comme, par exemple, des membres du service santé (médecins, infirmiers). Or on ne pouvait les joindre que par téléphone, confie Xavier Pergaud. Avec l’application, en une minute, toutes les personnes disponibles peuvent confirmer qu’elles partent vers le site. On envoie les instructions du plan NOVI. Et on peut même parler avec les personnes dans l’application. Par exemple pour lui indiquer de prendre tel véhicule dans tel centre avant d’être guidé vers le site d’intervention. »

reception-cartographie-numerique

Les cadres reçoivent sur leur smartphone une cartographie numérique géolocalisant l’événement, des données de description. © Kalisio

De nouveaux développements en vue

Par ailleurs, le Gers ne dispose que de deux SMUR(2). Du coup, certaines zones n’ont pas de couverture d’intervention inférieure à 30 minutes. L’ARS Occitanie (3), le SAMU (4), le Conseil départemental du Gers et le SDIS 32 ont alors signé une convention. Objectif : permettre au SAMU de faire partir des MSP IDS (5) en premier secours, en attendant l’arrivée du SMUR. Bien sûr, ces MSP IDS seront prévenus via Akt’N’Map. « Nous allons poursuivre les développements d’Akt’N’Map, notamment en rajoutant des données, annonce Xavier Pergaud. Après la cartographie libre d’Open Street Map, nous comptons intégrer les données en Open Data. Peut-être celles de la météo et les alertes nucléaires du réseau Teleray de l’IRSN (6). » Une chose est sûre : sans l’Open Source et l’Open Data, le SDIS 47 et le SDIS 32 n’auraient jamais eu les moyens de développer une telle application.

Erick Haehnsen

(1) Service départemental d’incendie et de secours
(2) Service mobile d’urgence et de réanimation
(3) Agence régionale de santé
(4) Service d’aide médicale urgente
(5) Médecins-sapeurs-pompiers Intervenants à la demande du Samu
(6) Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire

Commentez

Participez à la discussion