Les PME face aux risques : 70% des dirigeants pensent être armés

Information des dirigeants, accompagnement face aux risques, formation professionnelle continue des salariés… tels sont les différents aspects abordés auprès des dirigeants de PME lors du sondage qui a eu lieu entre le 10 et le 21 mars 2014. Objectif : mieux comprendre et analyser la vision des risques des chefs d’entreprise. Résultat : un tiers des sondés estime que leurs salariés sont exposés aux risques d’accidents et de maladies professionnelles. 70% d’entre eux pensent être armés pour y faire face. A contrario, certains se sentent parfois démunis : dans 11% des cas face aux risques d’accidents, et environ 20% face aux maladies professionnelles et aux risques psychosociaux. Près d’un dirigeant de PME sur cinq (environ 30 000) redoute même un décrochage professionnel de leurs collaborateurs.

Jean-Marc Pignalosa est le directeur développement formation du groupe Apave, (CA : 763.9 M€ en 2012, 10 000 collaborateurs). Pour lui, « ces résultats viennent nous rappeler que la formation est un enjeu clé pour les dirigeants d’entreprise. S’il est très positif de voir que près de 80% des entrepreneurs jugent leurs salariés suffisamment formés, il y a encore du chemin à parcourir pour mieux accompagner les dirigeants et leurs collaborateurs ».

Et l’entreprise ? Concernant l’activité de la PME, aux trois premières places des risques identifiés figurent : les difficultés financières (37%), les risques d’image (33%) et les risques qualité (31%). En queue de peloton, 13% des PME – ce qui représente tout de même plus de 23 000 entreprises – se sentent exposées à des risques sur la sécurité de leurs équipements ou bâtiments, sans doute le domaine où la prévention des risques est la plus anciennement et systématiquement mise en œuvre.

« Premier enseignement fort de ce sondage : les dirigeants de PME sont très conscients des risques encourus à la fois par leur salariés et par leur entreprise. Et force est de constater que, face à ces risques, ils manifestent une approche professionnelle, et se sentent plutôt en maîtrise, ce dont on peut se féliciter », explique Rémi Sohier, directeur général du groupe Apave.

Caroline Albenois


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.