Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risques industriels et environnementaux

L’École des mines sort son dictionnaire des risques psychosociaux

Ces risques coûtent très cher à la Société. En revanche, ils font appel à des notions souvent récentes et mal connues. D’où l’intérêt de cet ouvre collectif réalisé par 251 contributeurs.

Sous l’égide de Philippe Zawieja, chercheur associé au Centre de recherche sur les risques et les crises (CRRC) de Mines ParisTech (l’École des mines), et de Franck Guarnieri, directeur du CRRC et directeur de la rédaction de la revue Cultures de sécurité, ce premier dictionnaire part d’un constat établi en 2010 par l’INRS (Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des maladies professionnelles et des accidents du travail : en France, le coût des risques psychosociaux (soins, absentéisme, cessation prématurée d’activité, décès prématuré…) est estimé à une fourchette allant de 1,9 à 3 milliards d’euros par an. Une fortune.

En effet, stress, suicide, harcèlement, épuisement professionnel, workaholism… au-delà de la souffrance qu’elles désignent, ces notions souvent récentes demandent à mieux être comprises aussi dans leur ensemble que prises isolément. Et c’est tout l’enjeu de ce dictionnaire, pionnier dans son genre. Le lecteur y trouvera 314 entrées, rédigées par 251 contributeurs ainsi que tous les champs disciplinaires qui s’intéressent à la souffrance au travail : psychologie du travail et des organisations, psychologie sociale et psychosociologie, psychanalyse, psychopathologie et psychiatrie, ergonomie, sociologie du travail et des organisations, médecine du travail, droit du travail et de la sécurité sociale, sciences de gestion, philosophie…

L’ouvrage détaille également les principaux concepts, notions, approches, méthodes, théories, outils qui sont utilisés non seulement dans l’étude des risques psychosociaux mais aussi dans certaines professions emblématiques (infirmières, travailleurs sociaux, agriculteurs, vétérinaires, éboueurs, policiers, entrepreneurs de travaux forestiers, employés des centres d’appel…).

E.H.

Commentez

Participez à la discussion