Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Santé et qualité de vie au travail

Le français Capsix-Robotics démocratise les massages en entreprise

Disponible en libre-service, son robot autonome prodigue des massages de manière complètement autonome tout en s’adaptant à la morphologie de chacun.

Le robot prodigue un massage à une personne

A l’aide de sa télécommande, on peut notamment augmenter la pression ou la diminuer. ©

Se faire masser durant les heures de travail n’est pas un privilège limité aux seuls cols blancs. Dans les secteurs du transport, du BTP, de l’industrie et des services, de plus en plus d’employeurs proposent à leurs opérateurs de se faire masser afin de soulager les tensions du dos dues, notamment, aux charges lourdes. Source de bien-être et de détente, le massage promet de se développer en entreprise grâce aux robots autonomes de massage. Dont Iyupro, l’appareil conçu et fabriqué par Capsix-Robotix, une start-up française de sept personnes créée en 2005. Commercialisé depuis juin dernier, son robot autonome a fait l’objet de trois ans de R&D. Résultat, il reproduit tous les gestes des kinésithérapeutes à l’aide de sa main robotique. Fixée à l’extrémité d’un bras articulé du fabricant Kuka, sa paume suit les mouvements du corps et s’adapte aux creux et aux bosses du dos. A l’exception du palpé roulé, le robot dispense des pressions, effleurages, glissés profonds, etc., selon des protocoles de massage pré-établis par des kinésithérapeutes. A commencer par Stéphane Rollet, un des trois cofondateurs de Capsix-Robotics qu’il a créée avec les époux Eyssautier, François (ingénieur en robotique) et Carole (docteure en informatique).

Des algorithmes pour s’adapter à la taille de chacun

Pour que le robot soit autonome, une caméra 3D est installée au-dessus de la table de kiné. Celle-ci recueille l’enveloppe morphologique de la personne à masser. A partir de ces données, des algorithmes vont adapter le modèle générique ainsi que les protocoles de massage prévus par les kinésithérapeutes. A charge pour la personne massée de personnaliser à son gré la puissance de la pression ou la vitesse des effleurements durant la séance qui dure en général de 10 à 15 minutes.

Seulement pour la détente

Disponibles en libre-service, les massages prodigués par Iyupro intéressent les salariés qui recherchent de la détente. « En revanche, le robot ne remplace pas les séances de kinésithérapie lorsque les salariés ont des problèmes de santé », précise Carole Eyssautier, la directrice générale de Capsix-Robotics qui propose son robot en mode locatif, de deux à trois jours minimum à un mois, voire plus selon les besoins de l’entreprise.

Eliane Kan

Commentez

Participez à la discussion