Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Santé et qualité de vie au travail

Le digital au secours des travailleurs isolés

En plus des traditionnels dispositifs d'alarme du travailleur isolé, les fabricants rivalisent d'imagination pour renforcer la sécurité des opérateurs avec des montres, masques respiratoires et chaussures de sécurité connectées.

En cas de chute, blessure profonde ou autre accident grave, chaque seconde gagnée pour alerter et organiser les secours peut sauver une vie. Mais quid des techniciens de maintenance, des professionnels d’entretien ou d’hôtellerie et des chauffeurs routiers qui accomplissent leur activité en solitaire sur des sites isolés.

En France, on dénombre quelques millions de travailleurs dans cette situation: travailleurs isolés. Lorsque ces derniers sont en situation de détresse, il est indispensable qu’ils puissent donner l’alerte et être secouru dans les meilleurs délais, selon l’article R4543-19 du Code du travail.

avec-son-appli-Neovigie-transforme-le-smartphone-en dati

Avec son appli, Neovigie transforme le smartphone en dati. © Neovigie

Une centaine de solutions présentées sur le salon

D’où l’intérêt des solutions de Protection du travailleur isolé (PTI) également appelées Dispositif d’alarme pour travailleur isolé (Dati). Équipés de gyroscope et d’accéléromètre, ces appareils durcis et communicants donnent l’alerte à des destinataires prédéfinis lorsqu’ils détectent une perte de verticalité et d’immobilité du porteur.

Sur le salon Expoprotection qui se tiendra du 15 au 17 novembre à Paris-Porte de Versailles, plus d’une centaine d’exposants proposent ce type de solution. A l’instar de Beepiz, Blackline Safety Europe, DatiPlus, Icom Communication, Industrial Scientific France, Magneta, Neovigie, Nov’In, Sysnav, Waryme. Point commun, leurs solutions se veulent plus ergonomiques que les versions précédentes afin d’en faciliter leur acceptation par les salariés.

Mais aussi plus fiables de manière à limiter les fausses alarmes intempestives. Idem pour les fabricants d’EPI comme Parade Protection ou Airbliss+ qui présentent respectivement des chaussures de sécurité et des demi-marques intelligents.

ce-dati-reconnait-la-maniere-avec-laquelle-il-est-porte-pour-eviter-les-fausses-alarmes

Datiplus Flex reconnait la manière avec laquelle il est porté afin d’éviter les fausses alarmes. © DatiPlus

PTI plus simple à utiliser

Au sein de ce panorama, DatiPlus se distingue avec une solution brevetée qui se veut plus facile d’utilisation que les produits concurrents. En effet, lorsqu’un utilisateur veut modifier la manière de porter son appareil, par exemple dans un brassard, une poche de veste ou à sa ceinture.

Il n’a alors plus à en modifier les paramètres de détection. Et ce, contrairement aux autres produits du marché. Cette avancée va limiter les fausses alarmes et contribuer ainsi à faciliter l’acceptation des Dati par les travailleurs isolés, fait valoir le fabricant qui a présenté sa solution aux Trophées de l’innovation d’Expoprotection.

l-appli-beepiz-transforme-les-smartphones-en-dati

Cette appli enrichit l’alerte transmise pour mieux informer les secours. © Beepiz

Plus de 15 informations transmises

De son côté, le français Beepiz délivre une appli à télécharger sur son smartphone pour le transformer en Dati. Dès lors, une alerte sera transmise en cas de perte de verticalité, immobilité prolongée et chute. Idem si l’utilisateur active la touche SOS ou l’alerte agression. Dans tous les cas, plus de 15 informations essentielles à l’intervention des responsables ou des secours seront transmises.

Entre autres, le type d’alerte, l’identité du travailleur isolé, l’heure, la date et l’historique de l’événement…La localisation de la victime est mise à jour en permanence jusqu’à la clôture de l’accident. Les messages d’alerte donnent la position GPS de la victime quand elle se trouve à l’extérieur. Tandis que lorsque cette dernière se trouve à l’intérieur d’un site, le message d’alerte remonte les coordonnées des balises Bluetooth les plus proches et peut aussi se baser sur la couverture Wifi du bâtiment.

avec-sa-montre-la-victime-peut-communiquer-en-audio-avec-les-secours

Avec sa montre, la victime peut communiquer par la voix avec les secours. © Magneta

Montre connectée

Idem pour Magneta, une entreprise également française qui présente pour sa part une montre connectée renfermant un PTI. Baptisé « Emerit Watch e-WG 100 », cet accessoire envoie automatiquement des alarmes en cas de chute. Par ailleurs, le porteur peut déclencher volontairement une alarme en cas d’agression ou de tout autre situation à risques.

La transmission des alertes et communications passent par le réseau GSM (jusqu’en 4 G) avec une carte Sim ou par Wifi. Par ailleurs, grâce à la fonction VoiP (Voix sur IP), l’agent de télésurveillance qui réceptionne l’alarme peut effectuer une levée de doute audio. De quoi rassurer la victime.

parade-connect-recouvre-huit-modeles-de-chaussures-connectees

Parade Connect recouvre huit modèles mixtes de chaussures connectées. @Parade Protection

Chaussure de sécurité communicante

Autre voie prometteuse pour faciliter l’acceptation du Dati par les salariés, son intégration dans des chaussures de sécurité. A l’instar de Parade Connect. La gamme proposée par le fabricant éponyme, filiale du groupe Eram, comprend huit modèles mixtes intégrant un boîtier de quelques dizaines de grammes. Ce dernier comporte, entre autres, un capteur de présence et un accéléromètre pour détecter les chutes brutales et importantes.

Ce Dati détecte 84 % des chutes importantes et brutales contre 30 % en moyenne. La gamme connectée s’adresse à différents métiers. Dont l’industrie, la logistique, l’agroalimentaire et les métiers d’intervention. Sans oublier bien sûr le BTP.

le-demi-masque-d-airbliss+-integre-du-machine-learning-pour-mieux-identifier-les-chutes

Le demi-masque d’Airbliss+ intègre du Machine Learning pour mieux identifier les signes de fatigue ou de chutes. © Airbliss+

Demi-masque respiratoire intelligent

Prévenir les secours dès la survenue d’un accident constitue une grande avancée en matière de protection des salariés. Mais le hollandais Airbliss+ va un cran plus loin avec sa protection respiratoire, il s’agit d’un demi-masque à filtres, qui détecte les signes avant-coureurs de fatigue ou de chute afin de donner l’alerte. Destiné aux opérateurs travaillant dans des environnements hostiles, le Gibli pèse 200 grammes.

Il embarque, entre autres, une batterie, un ventilateur, des filtres ainsi que des capteurs et un algorithme de Machine Learning qui optimise la manière avec laquelle sont détectés les signes de fatigue ou de chute. Point fort, Gigli peut fonctionner de manière autonome ou créer un réseau Mesh avec les masques alentours. Ainsi, lorsque la couverture réseau est faible, les masques s’interconnectent entre eux afin que celui qui se trouve le plus près d’une passerelle de communication transmettent les données de la victime. Le management peut superviser ses équipes équipées du Gibli grâce à un tableau de bord disponible sur le Cloud.

Éliane Kan

Commentez

Participez à la discussion