Le danger des applications mobiles mal sécurisées

Les smartphones et les tablettes sont devenus d’incontournables canaux de communication et de fidélisation des consommateurs. Or ces applications mobiles constituent de nouvelles cibles pour les pirates informatiques. Les cyberattaques se démultiplient. Après avoir augmenté de 80%, elles devraient croître de façon exponentielle en 2015, selon Zeedsecurity, une entreprise basée à Barcelone spécialisée dans la réalisation d’audits de sécurité numérique. 

Créée en 2011, celle-ci recourt à des outils d’intelligence artificielle et de Big Data dans ses méthodologies d’audit et de vérification des infrastructures numériques. Ce qui permet à ses clients de connaître de manière évolutive l’état de leurs systèmes informatiques. Ces outils peuvent s’avérer stratégiques sachant qu’un serveur d’applications mobiles peut être utilisé pour distribuer des virus et des malwares. « Avec une seule attaque sur un serveur, les hackers ont accès à des bases de données importantes d’utilisateurs dont ils peuvent retirer des informations d’une grande valeur », souligne un responsable de la start-up. 

Surtout, une attaque malveillante sur le serveur d’une application mobile est beaucoup plus grave qu’un piratage de site internet classique. En effet, lorsqu’un utilisateur pense qu’il a été attaqué à travers son App, non seulement il émet un commentaire négatif auprès de ses 10 ou 15 amis les plus proches mais 80% d’entre eux émettent aussi un commentaire viral sur les réseaux sociaux, sur les forums ou dans les espaces d’échange dédiés à la propre App sur le store. Ce marketing viral propage très rapidement une image négative de l’entreprise et de son produit avec les conséquences financières qui en résultent. Selon Zeedsecurity, une application mal sécurisée pourrait générer une perte de 30% du chiffre d’affaires de l’entreprise.

E.K.


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.