Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risques industriels et environnementaux

La vidéosurveillance s'invite dans la gestion urbaine

Entre l'extension de la résolution de leurs caméras jusqu'à 29 mégapixels, leur interconnexion à d'autres systèmes de sécurité et le recours aux drones, les constructeurs élargissent la vidéosurveillance au marketing, à la sécurité civile, à la mobilité urbaine et au développement durable.

Sécuriser la Place de la Concorde, à Paris, avec une seule, voire deux caméras de vidéosurveillance sera bientôt possible. Telle est le rêve qu’entretient Dominique Legrand, président de l’Association nationale de la vidéoprotection (AN2V) : « Les constructeurs se lancent dans la conception de caméras enregistrant en très haute définition, rapporte-t-il. Avec une seule caméra, on obtiendra aussi bien le plan général d’une place que la lecture de la plaque d’immatriculation d’un véhicule en infraction au bout de cette même place. Cela va révolutionner le captage de l’information. » De fait, le constructeur canadien Avigilon affirme que ses caméras HD Pro affichent un niveau de détail de 40 à 50 pixels par pied, soit le niveau requis pour identifier légalement un visage ou une plaque d’immatriculation à respectivement 25, 30, 37 et 50 mètres de distance. Cette performance est due à l’association d’objectifs puissants à des résolutions d’images allant de 8 à 12, 16 et 29 mégapixels. Leur vision large fait qu’elles couvrent une surface importante, une seule Avigilon 29 MP JPEG2000 HD Pro pouvant remplacer jusqu’à 95 caméras VGA. Limité par la nécessité de disposer d’un réseau de transmission des données de très haut niveau, le Canadien dédie pour le moment ses appareils à la surveillance de zones précises, comme les infrastructures critiques, les stades et les ports. Un écosystème adapté. Car, comme le précise Philippe Bénard, chargé de prescription auprès des bureaux d’études pour Axis Communications, « toute caméra à très haute définition a besoin d’un écosystème adapté à son niveau technologique afin de remplir sa mission. Pour une caméra 4K (8 mégapixels de résolution), il faut un capteur de 8 mégapixels rapide et ayant une bonne sensibilité pour transmettre 25 images par seconde. Il faut aussi une carte vidéo capable de décoder de la résolution 4K, un écran d’affichage 4K et un réseau de transmission d’au moins 48 Mbps pour supporter les pics de transmission. Enfin, il faut des capacités de stockage suffisantes. Sans ces périphériques, l’image se dégradera et la caméra sera inutile ». C’est pourquoi Axis Communications a attendu que le marché des périphériques soit prêt avant de présenter sa nouvelle caméra P 1428-E à 8 mégapixels (ou 4K) de résolution au salon Expo-Protection, qui se tiendra à Paris du 4 au 6 novembre 2014 au Parc des expositions de la Porte de Versailles. S’inscrivant dans le milieu de gamme, la P1428-E « remplace deux caméras 1080 Full HD, pour un prix public de 839 euros, contre 929 euros pour une caméra 1080 Full HD, affirme Philippe Bénard. Elle fournit une identification formelle et légale d’une personne située entre 3 et 16 mètres de distance après rapprochement optique et à condition que le cône de visualisation ne dépasse pas 10 mètres de large. On peut isoler une partie de l’image pour plus de précision. Dans cette configuration, elle est idéale pour contrôler l’accès d’un centre commercial, l’entrée d’un gymnase ou réaliser de l’identification logistique. Equipée d’un objectif plus puissant, elle autoriserait l’identification d’une personne à 80 mètres de distance. C’est l’aube d’une ère nouvelle. »

Une révolution par l’interconnexion. Mais tous les offreurs de solutions sécuritaires ne recherchent pas une telle précision. Le fabricant Tyco Fire & Integrated Solutions voit davantage d’avenir dans l’interconnexion des caméras à d’autres systèmes d’alertes dans le cadre d’une action globale cumulant la protection, la détection d’événements et la gestion d’activités.
« Nous sommes dans la protection anti-incendie depuis 1920 et nous réalisons 30% de notre chiffre d’affaires dans la distribution, explique Yann Boutin, directeur marketing de Tyco F&IS. Aujourd’hui, les distributeurs ne veulent plus rentrer dans la technique. Ils veulent des solutions souples de protection directe du magasin qui ne perturbent pas les clients. Cumulant nos marques Sensormatic, dédiée à la protection des articles et la prévention des pertes, et Tyco Retail Solutions, destinée à la surveillance sur IP (Internet Protocol), la gestion de marchandises (Inventory Intelligence) et la gestion de trafic (Traffic Intelligence), nous avons lancé une offre qui propose à la fois la protection et la performance des magasins. »

Marketing et sécurité. « Nous associons des caméras dômes ou Fish-eye à des capteurs infrarouges d’antivol, de contrôles d’accès ou de protection anti-incendie. Des serveurs de gestion et des logiciels de trafic Intelligence d’ExacqVision détectent alors les événements anormaux ou récurrents, les affichent sur un mur d’écrans vidéo et lancent des alertes sur les iPhone ou les iPad des vigiles ou des services marketing », reprend Yann Boutin de Tyco F&IS.
« Les vigiles peuvent intervenir discrètement pour interpeller les fraudeurs, tandis que les gestionnaires du magasin peuvent réapprovisionner leurs rayons en cas d’affluence ou mesurer l’impact de leurs campagnes marketing. Pour réaliser cela, des solutions hybrides sont préférables à des matériels trop sophistiqués
, poursuit le directeur marketing de Tyco F&IS. Un serveur à 2.500 euros, un logiciel de gestion des événements, 4 caméras dômes ou Fish-eye sur IP ou analogiques et quelques capteurs constituent une offre suffisante pour de petits magasins. Nous espérons ainsi obtenir 5% de part du marché européen de la vidéosurveillance dans le secteur de la distribution. »

Drones et caméras. Depuis peu, une autre combinaison prend de l’ampleur et c’est celle d’une caméra de vidéosurveillance couplée à un drone aérien. La Commission nationale informatique et liberté (Cnil) est très attentive à cette technologie qui, comme les lunettes Google Glass, enregistre des personnes à leur insu. Elle a déjà spécifié ses interdictions, comme la prise de vue d’entrées d’immeubles ou d’appartements situés en hauteur.
Actuellement, ce sont surtout les pouvoirs publics qui en ont l’usage. Mais la sécurité civile voit dans les drones des applications tolérées par la Cnil. A savoir la surveillance des incendies de forêt, l’accès à des zones de crise difficilement accessibles à cause d’inondations ou d’accidents industriels. La surveillance diurne ou nocturne de chantiers ou de réseaux étendus comme les voies ferrées sont aussi des applications admissibles. En fait, c’est l’usage de l’information visionnée qui importe.

Smart Cities. C’est pourquoi Dominique Legrand, président de l’AN2V, suggère de remplacer le terme de « vidéosurveillance » par celui de « vidéogestion », en référence aux possibilités qu’offrent désormais les caméras intelligentes couplées à des logiciels de gestion des événements. « Les caméras ne doivent pas être uniquement utiles à la tranquillité publique ou à la sécurité globale mais aussi à la vie quotidienne des citoyens. L’objectif est de mieux gérer la ville », écrit-il dans le rapport des Troisièmes Universités de la sécurité.
Pollution, problèmes de stationnement, embouteillages peuvent ainsi être détectés par des caméras, analysés par des logiciels et transmis aux pouvoirs publics et aux particuliers. L’éclairage des rues peut être abaissé lorsque celles-ci sont désertes et réenclenché intégralement ou par zone lorsque les caméras détectent des piétons. Avec ces idées touchant à l’économie et au développement durable, la notion de Smart Cities prend tout son sens et Dominique Legrand est convaincu que c’est là que se situe un avenir encore plus prometteur pour la vidéosurveillance.

Les caméras ont de l’avenir. Dans cet univers vidéo, toutes les capacités technologiques seront acceptables. De la caméra dôme à 2 mégapixels Full HD SNP-6320 de Samsung, destinée à capter des images dans un éclairage minimal de 0,03 Lux, à la caméra thermique M15D Thermal à 5 mégapixels de Mobotix pour la vidéo nocturne en passant par la gamme EquiP de Honeywell adaptée aussi bien pour le petit commerce que pour la surveillance des villes, tous les types de caméras auront leur utilité dans ces villes intelligentes. Ce ne sont pas les constructeurs qui s’en plaindront.

Michel Grinand

L’image pour gérer le stationnement

Si l’image ne peut aller vers l’homme, l’homme peut aller vers l’image. C’est le principe qu’a appliqué la société Alphanumeric Vision (Orsay, 91), qui a développé une solution de reconnaissance des plaques d’immatriculation des véhicules destinée à la gestion et au contrôle du stationnement. A partir d’une photo ou d’un flux vidéo capté par un smartphone ou une tablette PC, l’application LID Plak Photo analyse l’image et reconnaît automatiquement les numéros de plaques minéralogiques. Elle traite alors l’image et se connecte à une base de données pour rechercher le nom du propriétaire, vérifier si le paiement du stationnement a été effectué ou retrouver un véhicule volé. Le tout ne prend que quelques secondes. Seul bémol, la Commission nationale Informatique et Libertés (Cnil) y voit un risque d’atteinte à la vie privée et devrait éditer des restrictions d’usage. En attendant de gérer cette situation délicate, Alphanumeric Vision espère malgré tout lancer cette solution à l’occasion du salon Expo-Protection 2014.

MG

Avec LID Plak Photo, le numéro d’immatriculation
du véhicule est extrait de la photo et transformé
en un document reconnaissable par une base de données.
l'infraction peut alors être constatée.
© Alphanumeric Vision
Avec LID Plak Photo, le numéro d’immatriculation
du véhicule est extrait de la photo et transformé
en un document reconnaissable par une base de données.
l’infraction peut alors être constatée.
© Alphanumeric Vision

Commentez

Participez à la discussion