Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Sûreté et sécurité

Investissements d’Avenir : la seconde phase de l'action ''coeur de filière'' va bénéficier au secteur de la sécurité

Avis aux nouveaux entrants et aux start-up : le gouvernement soutient l’innovation dans les technologies et les usages d’avenir dans le numérique et lance la seconde phase de l’action ''cœur de filière'' dotée de 150 millions d'euros. Dans ce contexte, trois nouveaux appels à projets vont être lancés, dont un qui sera spécifiquement dédié à la sécurité.

Alors qu’Emmanuel Macron est dans la ligne de mire des députés de tous bords avec sa loi « pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques », le ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique pourrait davantage voir la vie en rose avec le programme d’investissement d’avenir. En effet, avec Axelle Lemaire, secrétaire d’Etat chargée du Numérique, et Louis Schweitzer, commissaire général à l’Investissement, il y affirme sa volonté d’investir dans les technologies et les usages du numérique pour doter la France d’entreprises compétitives dans ce secteur. A cette fin, dans le cadre du programme d’investissements d’avenir, ils ont lancé début 2015 la seconde phase de l’action «  »cœur de filière » du numérique, dotée de 150 millions d’euros, et qui s’articule autour de trois nouveaux appels à projets : logiciel embarqué et objets connectés, sécurité, calcul intensif et simulation numérique.
Ces trois domaines demandent des investissements ciblés, notamment en recherche et développement et représentent d’importantes opportunités de création de valeur et de différenciation, pour les acteurs de ces secteurs, notamment les start-ups et les nouveaux entrants. La maîtrise de ces technologies constitue également un élément-clé de compétitivité industrielle pour l’ensemble des filières économiques utilisatrices : automobile, aéronautique, énergie… Par cette action, le Programme des investissements d’avenir permettra en particulier de soutenir les projets proposés dans le cadre des plans numériques de la Nouvelle France Industrielle.
Cette initiative, qui représente plusieurs dizaines de millions d’euros, vise à poursuivre l’effort de plus de 100 millions d’euros déjà mobilisés ces deux dernières années pour soutenir plus de 40 projets innovants rassemblant 180 entreprises de toutes tailles, dans les technologies et dans les usages. Citons, entre autres, la mise en place d’un réseau de communication bas débit pour l’aéronautique ou le développement de tablettes et smartphones sécurisés.
Au-delà des actions  »cœur de filière » programmées pour 150 millions d’euros dès 2013 et déclinées dans ces appels à projets, le gouvernement va consacrer dans les prochains mois une nouvelle enveloppe de 400 millions d’euros en faveur du développement du numérique dans le cadre du programme d’investissements d’avenir. De nouveaux appels seront lancés à ce titre en 2015.

Erick Haehnsen

Pour en savoir plus, cliquez ici.

Exemples de projets soutenus dans le cadre de la première phase de l’action “coeur de filière” du numérique qui devrait s’achever en 2017

– SparkInData (Chef de file : Atos. Partenaires : Geomatys, Geosigweb, Terranis, Aerospace Valley, CNES, Mercator-ocean, EI Purpan, IRIT, BRGM, IGN) : Plateforme visant à fédérer les sources de données d’observation de la Terre pour favoriser l’émergence d’un écosystème riche de nouveaux services et usages. SparkInData fournira un accès aux données d’observation de la Terre (issues de satellites, mais également de capteurs de surveillance du sous-sol et des océans) ainsi qu’un environnement de développement et un catalogue de services innovants pour le bénéfice des acteurs des marchés avals : la sécurité, l’agriculture, l’urbanisme, l’océanographie, climatle , la prévention des risques, santé… Cette plateforme permettra de voir l’émergence d’une place de marché offrant par exemple à un fournisseur de données, d’algorithmes ou de services d’être rémunéré par l’usage de ses produits et services par d’autres utilisateurs.

– Mustang (Chef de file : Airbus. Paretenaires : Sigfox, Sysmeca, CEA-Leti) : Solution de communication hybride sécurisée pour l’échange à faible coût de messages courts entre des objets connectés : traçabilité des marchandises, télémaintenance de machines, communication pour l’Internet des objets (IoT).

– P-RC2 (Chef de file : Akeoplus. Partyenaires : Arcure, BA Systèmes, Sarrazin, CEA-List) : développement de contrôleurs robotiques pour réduire les temps de développement et de mise en service chez les clients. La mise en œuvre des développements logiciels de P-RC2 sera abordée dans le cadre d’applications concrètes à vocation industrielle telles que les capteurs  »détection de personnes » et les cobots mobiles.
Solidcore (Chef de file : Prove & Run. Partenaires : Archos, IS2T, Transatel) : Développement d’une solution de sécurisation des terminaux mobiles du marché grand public pour les rendre aptes à un usage mixte personnel / professionnel sécurisé. La sécurité de ce système sera formellement prouvée et certifiable à un haut niveau.

– Prelude NG (Chef de file : CS-SI. Partenaires : 6cure, Openwide, Oppida, Teclib, Telecom Sud Paris) : Renforcement des avantages de Prelude, solution française de supervision et gestion de la cybersécurité des entreprises (SIEM) notamment sur les aspects suivants : IHM d’assistance à l’exploitation et aux déploiements, rapidité du traitement (Big data), analyse comportementale des systèmes, génération automatique de règles d’analyse, visualisation avancée des menaces (APT), scénarios d’entraînement aux attaques.

– Aramis (Chef de file : Atos Worldgrid. Partenaires : CEA-Leti, Seclab, Université de Grenoble-Alpes) : Le projet Aramis (Architecture robuste pour les automates et matériels des infrastructures sensibles) a pour objectif d’étudier et de réaliser un dispositif informatique de rupture de protocole industriel filtré, intégré au cœur d’une architecture intrinsèquement sûre.

Commentez

Participez à la discussion