Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risques industriels et environnementaux

Interview : « Vidéosurveillance urbaine : retour d’expérience de communes de la région Rhône-Alpes »

Emmanuel Magne, chef du service du Centre de supervision urbaine de la ville de Lyon, nous présente son intervention sur Expoprotection, lors des conférences dédiées à la vidéosurveillance urbaine.

Info.expoprotection.com : Emmanuel Magne, vous allez intervenir lors du salon Expoprotection dans le cadre d’une conférence sur la vidéosurveillance urbaine. Pouvez-vous vous présenter brièvement ?

Emmanuel Magne : « Je suis chef du service du Centre de supervision urbaine de la ville de Lyon depuis février 2005. Je suis plus particulièrement chargé du dispositif de vidéosurveillance et de télésurveillance de la ville. Ce service, qui regroupe 29 personnes, a pour objectifs de développer, maintenir et exploiter les équipements de vidéo et d’assurer la télésurveillance des équipements municipaux. »

 

Info.expoprotection.com : Quelle est la mission de votre service ?

Emmanuel Magne : « Notre mission est de deux ordres. Il y a tout d’abord ce que je qualifierais de mission régalienne et qui recouvre la gestion des outils nécessaires à la vidéosurveilllance des espaces publics. Cela concerne la mise en place des équipements, la rédaction des cahiers des charges, la définition des spécifications techniques, le conseil aux élus, l’exploitation des équipements et la gestion des enregistrements. Il faut, à cette occasion, souligner que les images du direct que nous filmons sont directement envoyées aux services de la police nationale et de la police municipale. Cela m’amène à aborder un autre aspect de notre mission : les images que nous enregistrons sont mises évidemment à disposition de la police nationale dans le cadre de procédures judiciaires. Enfin, nous assurons la maintenance premier niveau de nos équipements ; la maintenance réseau étant sous-traitée. Toujours dans le cadre de cette mission “régalienne” nous devons assurer la télésurveillance, 24 heures sur 24, des équipements municipaux : pour la sécurité incendie, la détection d’intrusion et la télésurveillance technique (ascenseurs). L’intervention est assurée par un prestataire extérieur.
Notre seconde mission est plus marginale. Elle s’inscrit dans le cadre de la protection civile. Nous sommes capables de réceptionner des messages d’alertes, des informations – plan Vigipirate, alertes météo, risques de crue – et de les dispatcher aux personnes et services compétents. »

 

Info.expoprotection.com : Pouvez-vous nous présenter les principaux thèmes de votre intervention ?

Emmanuel Magne : « Mon propos est de faire partager aux personnes assistant à la conférence un retour d’expérience d’une grande collectivité sur la mise en place d’un dispositif de vidéoprotection. Les aider aussi à se poser les bonnes questions… Pourquoi des caméras ? Comment les installer ? Comment les exploiter ? Dans le cadre de cette activité de “conseil”, nous recevons régulièrement la visite de représentants de collectivités françaises ou étrangères qui viennent voir ce qui a été mis en place. »

 

Info.expoprotection.com : À qui s’adresse votre conférence et quel apport pour eux ?

Emmanuel Magne : « Je pense que cette conférence intéressera des élus locaux de grandes ou petites collectivités, des gestionnaires de sécurité, etc. »

Jeudi 4 novembre 2010, de 14 heures à 15 heures

« Vidéosurveillance urbaine : retour d’expérience de communes
de la région Rhône-Alpes »

Comprendre les objectifs et contraintes de mise en place d’un système
de vidéosurveillance pour deux municipalités de tailles différentes
Faire le point sur les aspects organisationnels, techniques et financiers
de ces projets

Commentez

Participez à la discussion