Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Santé et qualité de vie au travail

Immobilier d'entreprise : l'heure est au bien-être au travail

Attirer et retenir les employés, augmenter leur productivité, passent désormais devant la maîtrise des coûts, selon une enquête de CBRE, un cabinet international de conseil en immobilier d'entreprise.

Selon la dernière étude de CBRE, un cabinet conseil international en immobilier d’entreprise, intitulée European Occupier Survey, les entreprises seraient en train de changer leur fusil d’épaule en accordant une priorité accrue aux besoins des employés dans leurs décisions commerciales et immobilières. Est-ce pour autant la fin des Open Space bruyant et impersonnels ? Pas sûr. Néanmoins, les choses évoluent.
Réalisée pour la cinquième année consécutive, cette étude interroge des décisionnaires en immobilier de groupes mondiaux, comptabilisant un total d’environ 200 million de m², tous pays confondus, sur un large éventail de questions afin de comprendre leurs objectifs et leurs défis. Les participants représentent des groupes ayant leur siège social majoritairement en Europe de l’ouest ou en Amérique du nord, œuvrant dans des secteurs très différents. Comme la banque et la finance, les services aux entreprises, les technologies et les télécommunications.

Eviter le clash avec les salariés. L’importance des besoins du personnel pour une stratégie efficace en matière de lieu de travail est de plus en plus à l’ordre du jour. Cette évolution représente un réel changement par rapport au début de la crise économique, où le contrôle des coûts était devenu l’élément stratégique. Mais cette stratégie a entraîné un risque de division entre l’entreprise et ses employés. Aujourd’hui, un tiers des participants (33 %) reconnaissent que ces facteurs ne peuvent être gérés séparément ; ceux-ci citent la pénurie de main d’œuvre compétente comme un défi commercial majeur (soit 21 % de plus que l’an dernier). En outre, l’importance donnée aux salariés est un facteur dans la prise de décision des entreprises en matière de localisation. Par exemple, environ la moitié (46 %) des répondants ont cité la présence de talents comme un facteur essentiel dans le choix de localisation, contre 30 % pour les coûts salariaux comme étant le critère majeur. Ces deux résultats se situent à 10 % au-dessus de leur niveau de l’an dernier.

La qualité de vie pour attirer les talents. Au final, l’intérêt à adopter des stratégies axées sur le lieu de travail n’a fait que prendre de l’importance. Deux tiers des participants (67 %) ont indiqué que leur stratégie en matière de lieu de travail était essentiellement portée par le besoin d’attirer et de retenir les compétences. Cette opinion représente une hausse de 20 % par rapport à l’an dernier (48 %) et prend la 1ère place des priorités stratégiques, devant le contrôle des coûts, maintenant relégué en 3ème place. La deuxième motivation la plus partagée pour mettre en place une stratégie du lieu de travail est le désir d’augmenter la productivité (46 % cette année contre 37 % l’an dernier). En outre, les emplacements bénéficiant de la proximité de commerces et offrant un espace de vie de qualité avec un accès aux transports sont de plus en plus recherchés par les entreprises, 65 % d’entre elles indiquant que ces facteurs jouent un rôle crucial dans leur choix, et notamment pour attirer les jeunes générations. Ces positions démontrent l’importance croissante accordée à la satisfaction du personnel et de son impact sur les décisions des entreprises.

Erick Haehnsen

Commentez

Participez à la discussion