Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risques industriels et environnementaux

Grande distribution : la démarque inconnue en régression

Le vol à l’étalage ou en interne, les erreurs des fournisseurs, le crime organisé ou les pertes administratives ont coûté en 2013 plus de 96,8 milliards d’euros aux grands distributeurs dans le monde. En France, la démarque inconnue représente 4,4 milliards d’euros, en légère baisse par rapport à l’année précédente (1,4 %).

Checkpoint Systems, le groupe spécialisé dans les solutions antivol de marchandises (prévention des pertes et visibilité), basé en France à Saint-Quentin-en-Yvelines (78), a commandé une étude sur la démarque inconnue dans le secteur de la grande distribution. Le groupe renouvelle cette opération chaque année depuis 10 ans. Réalisée conjointement par le cabinet d’analyse américain The Smart Cube et par son homologue Ernie Deyle, expert de la prévention des pertes, l’étude a été conduite dans 24 pays. Elle s’intéresse à 222 distributeurs, dont le chiffre d’affaires global représentait 560 milliards d’euros en 2013. « Nos clients nous réclament ce baromètre annuel dans lequel figure des indicateurs quantitatifs et des éclairages sur la répartition de la démarque inconnue, explique Patrice Bahuaud, directeur général France de Checkpoint Systems (CA France 2014 : 40 millions d’euros). L’idée principale c’est de savoir quels types de produits sont les plus volés et quels secteurs sont les plus touchés. » 

Les résultats sont encourageants. En effet, en moyenne, la grande distribution enregistre une démarque inconnue inférieure à 1% de son chiffre d’affaires. Comparé à d’autres secteurs, comme le textile ou l’électronique (2 ou 3%), ce taux est relativement bas. Spécifiquement en France, la démarque inconnue provient à 58,5 % du vol à l’étalage. Moins fréquent, le vol en interne, réalisé par des employés malhonnêtes, représente 16,7 % des pertes. Notons que l’importance de ce dernier larcin est quasiment au même niveau que les pertes administratives (16,8 %). De leurs coté, les erreurs des fournisseurs figurent pour 8 % du déficit.

Quantifier et sensibiliser. Dans le monde, la démarque inconnue consomme au total 1,29 % du chiffre d’affaires des distributeurs. Selon l’étude, elle est en baisse significative (4,8 %). « Depuis quatre ans, la démarque inconnue était stagnante, voire en légère progression. C’est la première année que nous observons une régression, souligne le dirigeant. La démarque inconnue coûte cher aux grands distributeurs, surtout dans un contexte de croissance atone ou de décroissance dans certains secteurs. Les enseignes en ont pris conscience et ont mis en place des procédés internes pour la mesurer, informer et sensibiliser les collaborateurs. » 

La baisse du poids de la démarque inconnue est notamment liée à une augmentation des investissements en matière de prévention des pertes et à la mise en place de programmes de protection à la source. Désormais, les distributeurs travaillent avec les fournisseurs afin d’intégrer des traceurs sur certaines catégories de produits dès leur fabrication, grâce par exemple à un système de tags RFID. « Pour faire perdurer le recul de la démarque inconnue, il faut protéger davantage de marchandises. À l’instar des alcools, du maquillage et des produits alimentaires haut de gamme », conclut Patrice Bahuaud. 

© Caroline Albenois

Commentez

Participez à la discussion