Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risques industriels et environnementaux

Etats-Unis | Une police du New Jersey choisit IndigoVision

La police de Harrison, dans le New Jersey, a déployé sur l'ensemble de la ville un système de surveillance sans fil reposant sur la technologie de vidéo sur IP d'IndigoVision afin de renforcer ses capacités d'intervention.

La police de Harrison, dans le New Jersey, a déployé sur l’ensemble de la ville un système de surveillance sans fil reposant sur la technologie de vidéo sur IP d’IndigoVision afin de renforcer ses capacités d’intervention.
Sous le commandement du commissaire Derek Kearns, la police de Harrison a eu recours au système Compstat pour améliorer son efficacité opérationnelle. Compstat est un outil de gestion qui effectue à intervalles réguliers le recueil, le mappage et l’analyse des données relatives aux délits et utilise divers instruments de mesure de l’efficacité policière. L’obtention d’images vidéo d’une qualité admissible sur le plan juridique représente un élément clé de cette stratégie.
Avant cette initiative, la ville de Harrison ne disposait pour surveiller son centre-ville dynamique et en constante expansion que d’une poignée de caméras d’une qualité médiocre ne permettant pas d’enregistrer des images. En 2008, sur les conseils du bureau du procureur du comté d’Hudson, qui avait mis en place une solution d’IndigoVision pour transformer ses processus de surveillance et d’audition, la police de Harrison étudie le concept de vidéo sur IP. Avec l’aide de Pinnacle Wireless, partenaire agréé d’IndigoVision, le service de police teste le système en connectant un dôme analogique existant à un module d’encodage vidéo d’IndigoVision diffusant les images vidéo sur le réseau existant. Tout s’enchaîne ensuite naturellement.
L’une des autres raisons qui ont poussé la police de Harrison à choisir IndigoVision réside dans sa capacité à effectuer des enregistrements audio haute fidélité en synchronisation parfaite avec la vidéo, tout en offrant des garanties contre la perte d’images. Pour être admissibles sur le plan juridique, les images vidéo enregistrées en salle d’audition puis utilisées lors des procès ne peuvent souffrir de la moindre ambiguïté. En cas de décalage entre la vidéo et la bande-son ou de perte d’images, des doutes pourraient survenir lors du visionnage des séquences.

Commentez

Participez à la discussion