Entrepôts & logistique | « Chez THT, nous avons investi 10 millions d’euros dans la sûreté ces cinq dernières années »

Info.expoprotection – Comment TNT Express France est-elle organisée pour assurer la sûreté de ses 5 000 collaborateurs et des biens qui lui sont confiés ?
Jean-Jacques Richard – « La direction de la sûreté réunit 54 personnes qui assurent et coordonnent les procédures liées à la sûreté des 120 sites logistiques de TNT. Au niveau central, nous avons un centre de contrôle interne qui opère 24 heures sur 24 et sept jours sur sept, un pôle de sûreté aérienne et un pôle de sûreté générale. Le groupe TNT a investi 10 millions d’euros sur cinq ans en France. Ce qui fait de TNT France une des sociétés les plus en pointe en matière de sûreté. Chacun des sites est équipé de vidéosurveillance, de système de contrôle d’accès et de détection anti-intrusion. »
Info.expoprotection – A quels risques êtes-vous confrontés ?
Jean-Jacques Richard – « Les problèmes que nous rencontrons sont de différentes natures. D’abord les vols internes, ensuite les agressions contre nos sites et enfin le vol de fret le long des axes suivis par nos camions, mais aussi durant la livraison. »
Info.expoprotection – Quelles mesures avez-vous prises pour limiter les vols internes et les agressions ?
Jean-Jacques Richard – « Nous avons déployé en trois ans, sur nos 120 sites, un réseau de 720 caméras IP couleurs haute définition grâce auxquelles nous arrivons à distinguer les visages. Ce qui nous a permis de diviser par sept les taux de vols internes. Ces caméras sont reliées à la fois à notre centre de contrôle interne mais aussi à nos minicentres de contrôle. Nos responsables régionaux sûreté peuvent piloter à distance n’importe laquelle de nos caméras dômes, les orienter et faire des focus, comme s’ils étaient sur site pour faire des levées de doute en cas d’alarme. A cet égard, pour limiter au maximum les alarmes intempestives, nous avons installé des détecteurs bivolumétriques (infrarouges et radars), qui savent faire la différence entre le passage d’un chat ou d’un intrus. Quant aux systèmes d’alarmes, ils fonctionnent avec des batteries qui ont une autonomie de soixante-douze heures et sont reliés au réseau électrique. En cas de coupure de courant, nous en sommes avertis et nous procédons à une demande d’intervention auprès de notre sous-traitant qui enverra, en un temps record, ses agents de sécurité. »
Info.expoprotection – Qu’avez-vous prévu en cas d’agression extérieure ?
Jean-Jacques Richard – « Nous avons déployé des centrales d’alarmes silencieuses qui sont dispersées dans des endroits stratégiques du dépôt. En cas de problème, nos collaborateurs ont pour consigne d’appuyer sur un petit bouton relié à une alarme fixe ou portable, qui va remonter par les canaux informatiques jusqu’à notre centre de contrôle interne en moins de cinq secondes. Ce dernier procédera alors à une levée de doute vidéo et prendra contact, si c’est nécessaire, avec le responsable sûreté qui prendra les mesures adéquates. »
Info.expoprotection – Comment sécurisez-vous le transport de fret ?
Jean-Jacques Richard – « Comme nos tracteurs et nos semiremorques, les colis sont équipés de balises GPS qui sont “noyées” dans le chargement et suivies à distance par notre centre de contrôle interne. Cette surveillance nous a permis, lors d’un vol de fret sur l’autoroute, de récupérer la marchandise douze heures après les faits. Nous réfléchissons par ailleurs à mettre des caméras à bord des véhicules qui effectuent des livraisons sur le dernier kilomètre car, depuis deux ou trois ans, il y a une augmentation importante d’agressions des chauffeurs-livreurs. Cette mesure contribuera à les rassurer, sachant qu’ils ont pour consigne de ne surtout rien faire en cas d’agression. D’ailleurs, ils savent que les images vidéo ou les données de géolocalisation ne seront jamais utilisées à d’autres fins que de servir à la sûreté. »


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.