Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risques industriels et environnementaux

Docteur P. Thillaud (Orstif) « Les apprentis sont insuffisamment formés à la sécurité »

Interview du docteur Pierre Thillaud, président de la commission consultative de l'Observatoire régional de la santé au travail en Ile de France (Orstif), une association paritaire regroupant les représentants de toutes les organisations d’employeurs et les syndicats de salariés.

Vous avez publié une enquête sur la prévention des risques professionnels dans le monde de l’apprentissage. Quel en était l’objectif ? 

L’enquête avait pour objectif de dresser un état des lieux de la prévention des risques professionnels dans le monde de l’apprentissage en France. Nous voulions savoir quels étaient les messages donnés et quelle connaissance de la sécurité ils en avaient. Cette étude, première du genre en Ile-de-France a été menée auprès des apprentis et des formateurs des Centres de formation d’apprentissage (CFA) franciliens entre le 1er avril 2012 et le 10 avril 2014. Elle montre que les questions de santé et de sécurité au travail sont insuffisamment prises en compte dans l’enseignement des CFA. Or les apprentis sont exposés aux mêmes risques que leurs aînés mais tout en étant plus vulnérables.

Quelle méthodologie avez vous adoptée ? 

Nous avons confié la réalisation de cette enquête à l’entreprise Didacthem qui est spécialisée dans la formation continue et qui connaît bien le milieu de l’apprentissage pour avoir déjà conduit une action pilote de prévention santé au travail auprès de plus de 400 apprentis du CFA de Niort. Pour des questions de représentativité, les enquêteurs se sont focalisés sur trois secteurs, en l’occurrence, la coiffure, la réparation automobile et l’hôtellerie-restauration qui totalisent le plus d’apprentis.

Quels sont les risques inhérents à ces trois activités ? 

Ces trois métiers sont représentatifs des risques encourus par les apprentis. Dans la réparation automobile, il s’agit notamment des blessures dues à des outils mécanisés et manuels, des vapeurs toxiques et des gaz d’échappement. Dans les métiers de la coiffure, citons les allergies, et les TMS tandis que dans l’hôtellerie-restauration, les apprentis encourent des risques de chute, brûlure, coupure et autres blessures.

Quels sont les principaux enseignements de cette étude ? 

29 CFA ont accepté de répondre au questionnaire de Didacthem. Les résultats mettent en évidence que les accidents du travail professionnels des apprentis n’évoluent pas à la baisse, à la différence des salariés de la profession. Autre constat, les causes des accidents sont très similaires à celles de l’ensemble des salariés. A la nuance près que les accidents de trajets frappent davantage les apprentis. Par ailleurs, l’enquête montre qu’au niveau des CFA eux-mêmes, la gestion de la sécurité demande à être améliorée puisque la moitié seulement a réalisé un document unique. En outre, les messages de santé et de sécurité sont insuffisamment pris en compte dans l’enseignement. Au final, les politiques de prévention diffèrent selon les sensibilités, les moyens et les CFA. Par ailleurs, l’étude montre que les employeurs sont insuffisamment impliqués dans ces questions. Cependant, la prévention des risques nécessite d’avoir une synergie des actions.

Sur quoi a porté le second volet de votre étude ? 

Pour aider les CFA à progresser dans leur management des risques, nous avons mis en place dans trois centres pilotes la méthode de prévention des risques « Synergie » développée par l’ l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS). Cette démarche de formation-action se déroule dans les entreprises d’accueil. Après concertation avec leur maître d’apprentissage, les apprentis réalisent un travail d’observation et d’analyse des risques inhérents à leur activité. Pour y parvenir, les apprenants s’appuient sur une méthode et des outils qui leur ont été préalablement présentés au CFA. Les premiers résultats montrent que moyennant quelques ajustements de forme et la création d’outil adaptés, la méthode Synergie est tout à fait compatible avec les référentiels des différents métiers !

Propos recueillis par Eliane Kan

Commentez

Participez à la discussion