Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Santé et qualité de vie au travail

Diagnostiquer sans contact le Covid-19

L’équipementier automobile Valeo a mis au point une borne qui pourrait bien remplacer les tests par écouvillon nasal. Équipée de caméras et de radars, elle est capable de diagnostiquer le Covid-19 avec une fiabilité de 94%.

À l’occasion du salon Consumer Electronics Show (CES) qui s’est tenu du 5 au 8 janvier à Las Vegas, le français Valeo a présenté une borne de détection du Covid-19. En compilant différents capteurs radars et caméras, sa nouvelle borne est capable en deux minutes d’identifier les symptômes du SARS-CoV-2. Et ce, sans nécessiter de contact avec la personne soumise au test. De quoi éliminer les désagréments de l’écouvillon nasal, tout en protégeant le personnel soignant missionné pour les tests. 

cette-borne-diagnopstique-le-covid-en-deux-minutes

En deux minutes, cette borne est capable de diagnostiquer sans contact le Covid-19. © Valeo

Plus fiable que les tests antigéniques

Développée avec l’aide plusieurs organismes de santé tels que le Centre hospitalier universitaire de Liège (Belgique), les centres mobiles de détection de la Covid installés à l’Ecole polytechnique et l’AP-HP Henri Mondor de Créteil, cette borne serait capable de détecter 94 % des cas positifs au Covid-19 en moins de deux minutes, assure l’équipementier automobile. Un résultat certes moins fiable qu’un test PCR (100 %) mais toujours plus efficace qu’un test antigénique (85 %).

Des radars et des caméras

Pour fonctionner, rien de plus simple. Il suffit de s’asseoir sur un siège face à un écran. La borne commence par réaliser un diagnostic en posant quelques questions de santé (toux, mal de gorge, nez qui coule). Ensuite, c’est au tour de la technologie de prendre le relais : équipée de radars ainsi que de trois caméras dont une thermique, la borne mesure la température du visiteur, son pouls ou encore son rythme respiratoire. Deux minutes plus tard, elle livre son verdict. En cas de Covid, elle peut également préciser son degré d’urgence sur une échelle de 1 à 5, puis orienter le patient vers un établissement de santé approprié. 

Une homologation d’ici la fin de l’année

Pour l’heure, cette technologie est en attente de tests cliniques en vue d’une homologation des services de santé d’ici la fin de l’année. Pour l’acquérir, il faudra a priori souscrire un abonnement mensuel, sachant que le prix de la machine n’a pas encore été communiqué.

Ségolène Kahn

Commentez

Participez à la discussion