Deux innovations de Liebherr primées cette année

L’année 2015 a plutôt bien démarré pour le constructeur d’engins de chantier Liebherr. Ce groupe international (près de 40.000 salariés en 2013) s’est vu distingué par un jury de professionnels du BTP qui a salué deux de ses dernières innovations. Il s’agit en l’occurrence d’un ascenseur intégré à l’intérieur du mât d’une grue et d’un système qui garantit la stabilité des pelleteuses de démolition. Tous deux ont été primés lors de la remise des prix de l’innovation organisés en prévision d’Intermat, le salon des industries de construction et des matériaux qui se tiendra fin avril.

Eviter le renversement. Le jury a retenu notamment les innovations visant à améliorer la sécurité et l’amélioration des conditions de travail des opérateurs travaillant sur les chantiers. A l’exemple du système LDC (Liebherr Demolition Control) proposé par Liebherr. Ce système d’aide à la décision réduit au maximum la probabilité d’une erreur humaine pouvant altérer la stabilité de la pelleteuse. Rappelons que le renversement de ce type d’engins est relativement fréquent sur les chantiers… Des risques que le LDC va contribuer à diminuer en affichant sur un écran couleur tactile la position des outils de démolition et l’inclinaison de la pelleteuse. Surtout, l’opérateur sera informé en temps réel des mouvements qui lui sont autorisés.

Autre innovation primée, l’ascenseur monte-grutier baptisé « Liup ». A la différence des ascenseurs qui équipent obligatoirement les grues de plus de 60 mètres, cet équipement est installé non pas à l’extérieur du mât mais pré-intégré dans la mâture. Ce qui évite les coûteuses opérations de montage et de démontage. Par ailleurs, l’ascenseur comporte une batterie qui se recharge durant la descente.
En test sur trois chantiers, l’ascenseur monte-grutier sera commercialisé cette année. Gageons que cet exemple inspirera d’autres constructeurs sachant que, en 2017, les grues de plus de 30 mètres devront elles aussi être équipées d’ascenseur. L’enjeu étant d’améliorer les conditions de travail des grutiers qui pourront désormais se dégourdir les jambes et se désaltérer plus souvent qu’aujourd’hui.

Eliane Kan


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.