Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Santé et qualité de vie au travail

Détresse psychologique : la plateforme Prevana-RPS scrute le moral des salariés

Mise au point par Anamnese, cette plateforme de suivi des risques psychosociaux (RPS) propose un sondage d’une quarantaine de questions pour se faire une idée de l’état psychologique des employés.

Incertitudes face à l’avenir, chômage partiel, télétravail, difficultés à jongler entre vie privée et professionnelle, sentiment de solitude… Depuis la crise sanitaire, de nombreux salariés sont confrontés à des risques psychosociaux(RPS)  accrus qui peuvent les conduire à éprouver une souffrance au travail. Pour aider les entreprises à mieux prendre conscience de ce phénomène et d’y remédier, la plateforme globale de services e-santé Anamnese a mis au point Prevana-RPS. Cette plateforme de suivi des risques psychosociaux permet de mesurer le moral des collaborateurs grâce à des outils précis.

selon-opinionway-pres-d-un-salarie-sur-deux-souffre-de-detresse-psychologique

Selon Opinion Way, près d’un salarié français sur deux souffre de détresse psychologique depuis la crise sanitaire.
© Simon Abrams / Unsplash

Anticiper les risques

Prevana-RPS s’adresse aux entreprises confrontées au risque de détresse psychologique. Elle a pour but «d’anticiper et de contrer les risques psychosociaux de tous les salariés », indique Anamnese qui précise que cette solution « permet de répondre à certaines obligations de la proposition de loi « Renforcer la prévention en santé au travail » actuellement en examen au Sénat. 

Une questionnaire basé sur le COPSOQ

Pour cela, la plateforme propose aux entreprises des outils pour cartographier les risques, notamment via un questionnaire destiné aux salariés. Fondé sur le Copenhagen Psychosocial Questionnaire (COPSOQ), ce questionnaire « validé scientifiquement» comporte 46 questions abordant des thématiques comme « le stress, l’épuisement professionnel, l’insécurité professionnelle, les exigences émotionnelles, les conflits de famille et au travail, le sens et la satisfaction au travail, les rythmes et l’organisation du travail… », précise Anamnese. 

Un lien à cliquer

Pour s’en servir, il suffit de cliquer sur un lien envoyé par mail ou par SMS à tous les employés. Ce lien permet de se connecter aisément à la plateforme pour accéder au sondage. Une fois le questionnaire rempli, les responsables peuvent ainsi gagner en visibilité sur l’état psychologique global des salariés et mettre en place des actions adaptées. Utilisée dans la durée, la plateforme d’Anamnese permet d’évaluer l’efficacité des mesures mises en place pour améliorer le bien-être psychologique des salariés. L’employeur s’inscrit ainsi dans une démarche d’amélioration continue de suivi et de prévention santé en entreprise. 

Des données anonymes

Pour ne pas pénaliser les collaborateurs en souffrance, la plateforme s’est conformée aux critères du Règlement général sur la protection des données personnelles en Europe (RGPD) et de l’Hébergement des données de santé (HDS). Ce qui signifie que les données sont anonymes pour la direction. Seuls les services de santé au travail ou les services de psychologues ont accès aux données médicales individuelles et peuvent, si nécessaire, engager des actions immédiates pour les cas jugés prioritaires et orienter vers un accompagnement personnalisé. Quant à la direction de l’entreprise au au services RH, ils ne peuvent consulter que les « données macro anonymisées ».

Une plateforme adaptée à l’évolution réglementaire

En toile de fond, cette plateforme s’inscrit dans le cadre de l’évolution réglementaire induite par la proposition de loi « pour renforcer la prévention en santé au travail », adoptée à l’Assemblée Nationale le 17 février dernier et actuellement en examen au Sénat. Dans ce cadre, Anamnese précise que « les missions des services de santé au travail (SST), qui deviendront les services de prévention et de santé au travail (SPST), seront bientôt étendues ». Ce qui obligera les entreprises à s’impliquer davantage dans le suivi de la santé mentale des salariés. 

Près de la moitié des salariés en détresse

Pour rappel, une étude OpinionWay a tiré la sonnette d’alarme en mai dernier sur l’état psychologique des salariés français. Selon l’institut de sondage, 44 % des travailleurs souffrent de détresse psychologique et 2 millions de salariés présentent un risque de burn-out. En cause, la crise sanitaire a provoqué de nouveaux facteurs de stress comme des liens sociaux distendus dus au télétravail, des perspectives économiques inquiétantes ou encore des nouvelles formes d’organisation du travail qui rendent plus difficiles à détecter les signaux de détresse psychologique.

Ségolène Kahn

1 commentaire

Participez à la discussion

  1. Jerome BOURREAU

    - il y a 3 semaines

    Merci pour cette description. Pour plus d’info : anamnese.Care/rps-entreprise