Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risques industriels et environnementaux

Alise renforce le succès de la biométrie dans les écoles

Cette PME assied son développement sur des solutions complètes de gestion de la restauration scolaire qui misent sur la biométrie RCM (Reconnaissance du contour de la main).

Dans les établissements d’enseignement secondaire, la cantine reste un poste délicat à gérer : les élèves viennent consommer soit ponctuellement soit avec des forfaits mensuels, voire trimestriels. Il faut aussi vérifier que les parents sont à jour de leurs règlements. Autant de préoccupations qui ont poussé la société Alise basée à Venelles (Bouches-du-Rhône) à intégrer à ses solutions de gestion de la restauration scolaire l’authentification biométrique RCM (Reconnaissance du contour de la main). Aujourd’hui, Alise (4,4 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2013) se réjouit d’avoir dépassé la barre des 500 systèmes RCM installés en France. Une performance qui permet à cette PME créée en 1992 compter parmi les leaders du RCM en milieu scolaire.
Rentable dès 250 convives. La raison de ce succès ? « Au-delà de 250 convives, il est plus rentable pour un établissement scolaire d’adopter un système RCM plutôt qu’un simple système à badge. D’autant que l’écart de prix entre un simple lecteur de cartes magnétiques et un lecteur qui lit à la fois les cartes magnétiques et le contour de la main n’est que de 500 euros, souligne Pierre Benguigui, le dirigeant d’Alise, qui estime une configuration complète entre 5 000 et 15 000 euros, formation comprise. Par ailleurs, à la différence d’une carte magnétique dont le remplacement est payant et occasionne des frais administratifs, les élèves n’oublient pas leur main, ne l’échangent pas contre une autre et ne la perdent pas ! »

Conformes à la Cnil. Concrètement, les solutions RCM d’Alise sont capables de traiter 7 personnes à la minute. Chaque convive tape son code PIN de 1 à 4 chiffres et pose sa main sur un lecteur pour s’authentifier. « À la différence du relevé des empreintes digitales, ce système ne laisse pas de trace en mémoire informatique. Il rend inutile la constitution de fichiers ou l’utilisation de données personnelles à des fins abusives, poursuit Pierre Benguigui dont les installations se conforment ainsi aux recommandations de la Cnil (Commission nationale de l’informatique et des libertés). De plus, chaque installation fait l’objet d’un courrier d’information adressé par le gestionnaire de l’établissement aux parents d’élèves. » En outre, les lecteurs biométriques RCM d’Alise sont systématiquement associés à un lecteur de cartes magnétiques. De quoi gérer le passage des convives exceptionnels ou ne souhaitant pas utiliser la borne biométrique.

Erick Haehnsen

Commentez

Participez à la discussion