Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risques industriels et environnementaux

Alarmes sonores et visuelles : être vu et entendu

Complément indispensable d’équipements de sécurité tels que les systèmes de détection, les alarmes sonores et visuelles s’intègrent à toutes les configurations...

Commerces, bureaux, hôpitaux, cargos ou ateliers de production, les systèmes de sonorisation et de signalisation visuelle de sécurité sont largement répandus avec, comme finalité, celle de signaler le plus efficacement possible tout danger ou menace potentielle. Mis en œuvre en cas de feu, d’alerte PPI (Plans Particuliers d’Interventions) ou POI (Plans d’Opérations Internes), d’intrusion ou de vol, ces dispositifs vont émettre un signal sonore ou lumineux dès la survenance d’un ou plusieurs évènements à risques : début d’incendie, fuite de gaz, franchissement non autorisé de systèmes de contrôle d’accès,… Des caractéristiques qui font de ces équipements l’une des composantes essentielles de tout système de sécurité. Pour Christophe Bonazzi, Directeur général de la société KM Europ, « l’évolution du marché de la signalisation industrielle reste relativement stable. Il s’agit avant tout d’un marché d’obligations nées des différentes contraintes normatives et réglementaires. En France, le phénomène de désindustrialisation ne permet pas de développement spectaculaire dans le secteur industriel. Idem au niveau des grosses PME. Ces dernières souffrent en effet d’un niveau d’équipement médiocre en comparaison avec les normes applicables. Quant aux sites plus importants, ces derniers étant les plus surveillés, ce sont eux qui sont les mieux équipés en signalisation. En outre, il apparaît que les services de l’Etat tendent à accroître leur pression. Conséquence, un nombre croissant de sites industriels sont amenés à s’équiper en PPI (Plan particulier d’intervention) ou POI (Plan d’Organisation Interne) ».

Le renouvellement des installations en vecteur de développement

Autre facteur d’innovation et donc de développement du secteur selon Cyril de Lestang, les différentes évolutions normatives et techniques. Pour le Directeur de la société ADF Systèmes spécialisés dans les équipements électriques pour atmosphères explosibles et corrosives c’est « l’application des nouvelles normes relatives à la résistance au feu des systèmes de sécurité nous a conduit par exemple à généraliser l’emploi de céramique haute résistance dans la conception de nos modèles. Même logique au niveau des avertisseurs lumineux, avec la généralisation de l’emploi des ampoules LED basse consommation. » Toujours au rang des éléments contribuant à la relative dynamique du secteur, le spécialiste reconnaît que la nécessité d’équiper les détecteurs d’incendie avec des sirènes est un facteur positif supplémentaire. Autre exemple, avec celui de l’essor du marché des haut-parleurs. « En remplaçant leurs avertisseurs traditionnels par ce type d’équipement, les responsables de sites ont la possibilité de varier le type de message (vocal, musical,…). La diffusion en elle-même bénéficie des progrès techniques ce qui permet de garantir une clarté optimale des messages notamment quand ceux-ci sont vocaux » souligne encore Cyril de Lestang. La qualité et la fréquence (Hz) du signal sonore sont en effet à la base de l’efficacité et de la fiabilité de ces systèmes, tout comme la luminescence et l’intensité (joule) pour les signaux visuels. « En matière de sonorisation de sécurité, l’essentiel est de pouvoir diffuser un message parfaitement audible sur l’ensemble du site couvert. Concrètement, le système doit s’adapter à la configuration du site (norme NFS 32001). Si l’environnement sonore est de 80 dB, il est nécessaire d’installer un équipement de niveau sonore supérieur d’au moins 10 dB. De fait, l’approche technique d’un projet est essentielle. Elle permet de mieux comprendre les besoins du client et d’opter pour la solution la mieux adaptée. Là encore, chaque cas est un cas particulier. » Autant de contraintes spécifiques qui impose une analyse au cas par cas des besoins avec des installations spécifiques associant plusieurs catégories d’alarmes et/ou des systèmes combinés (sonore et visuel). des enjeux que les principaux prestataires ont largement intégré à leurs stratégie de recherche et développement. Ces derniers proposent en effet des catalogues produits couvrant l’ensemble des demandes et des besoins potentiels.

 Le son : généralités
Un son est une vibration de l’air produite par toute surface mise en vibration par une propulsion de l’air. Le son se mesure en pression acoustique (décibel) et en fréquence (Hertz) et sa hauteur en grave, médium et aigu. La fréquence (Hz) correspond aux nombres de battements par seconde : 20 Hz son très grave, 437 Hz son médium, 2000 Hz son aigu. L’oreille normale est sensible aux sons compris entre 20 et 20 000 Hz. Le volume sonore se mesure quant à lui en dB (décibel). Une unité de mesure logarithmique. Une différence de 3 dB représente une augmentation du double ou une diminution de moitié de la puissance sonore. Exemple, une sirène de 122 dB est audible jusqu’à une distance de 300 à 400 mètres avec un bruit ambiant de 70 dB alors qu’une sirène de 125 dB sera audible jusqu’à une distance de 300 à 1000 mètres pour un même bruit ambiant (70 dB).

 A propos des signaux de danger : Réglementation et normalisation incendie
Article R232 du Code du Travail
« Le signal sonore d’alarme générale ne doit pas permettre la confusion avec d’autres signalisations utilisées dans l’établissement. il doit être audible de tout point du bâtiment pendant le temps nécessaire à l’évacuation avec une autonomie de cinq minutes ».
Arrêté du 4 novembre 1993
Caractéristique d’un signal acoustique : avoir un niveau sonore nettement supérieur au bruit ambiant de manière à être audible.

Une offre étendue

Pour couvrir l’ensemble des applications en sonorisation et signalisation optique, les fabricants proposent une large gamme de solutions. Gros plan sur les équipements incontournables et les nouveautés produits.

KM Europ
Spécialiste de la signalisation sonore et lumineuse en milieu industriel et pour les collectivités locales, KM Europ propose une gamme conçue et développée en interne ainsi que différentes solutions mises au point par ses partenaires commerciaux. La société développe en premier lieu une large gamme en signalisation ATEX industrielle (chimie, énergie, agro-alimentaire,…) venant en complément des systèmes de détection incendie et de téléphonie. le concepteur décline la plupart des versions disponibles sur le marché : Sirène YO 9 (115 dB) électronique type « projecteur de son », Gamme Yodalex YL 6 combinant une sirène omnidirectionnelle de forte puissance (110 dB) à deux niveaux d’alarmes (32 options de sons) à un feu flash disponibles en 5, 10 ou 20 Joules. Une solution adaptées aux atmosphères gaz ou poussières en zones 1, 2, 21 et 22 (Températures : – 35°C/+60°C). La gamme de sirènes KM Europ intègre également des modèles ETH (sirènes acoustiques) et ETS (sirènes rotatives antidéflagrantes) réalisées en aluminium. Au niveau des sirènes intrinsèques, le modèle YO 4iS (100 dB) et le modèle YO 5iS (105 dB) constituent le cœur de l’offre (certification II 1 G EEX ia IIC T4 ou T5). Plus classiquement, l’opérateur propose enfin des modèles de feu tournant (KM TR EX – 55W) antidéflagrant avec grille de protection, des feux flash LED omnidirectionnel pour zone 0, 1 et 2 (2,5 et 5 J) ainsi qu’une sirène dédié à la prévention des risques permettant une diffusion sur de grandes distances dans le cadre de POI (Plan d’Opération Interne) avec utilisation en usine, chantier, raffinerie, caserne ou carrière à ciel ouvert et possibilité de déclenchement via le réseau France Télécom. La gamme d’avertisseurs sonores KM Europ s’appuie par ailleurs sur des solutions plus traditionnelles destinées à signaler un danger potentiel, un défaut machine, les appels au personnel ou au public. Les avertisseurs répondent à tous les besoins d’applications que ce soit en configuration usines, chantiers navals, mines, aires de grands stockages, process chimique, salles de contrôle, engins spéciaux, instrument de levages mais également en application campings (sonorisation de sécurité), champ de course ou parcours de golf… Toutes les puissances sonores sont disponibles avec une large variété de sons, de technologies (turbines ou électroniques) et différents niveaux de protection IP. Les avertisseurs sonores « multi-sons »Yodalarms sont préconisées pour la signalisation de milieux industriels (puissance de 100 à 120 dB à 1 mètre) : Yodalarm YL2, carillon, Yodalarm YO4 et YO5. Des gammes complétées par une offre spécifique d’avertisseurs lumineux destinés à équiper ateliers, pupitres de commandes, machines outils, engins et véhicules spéciaux ou portes d’accès : feu tournant, feu tournant magnétique, mini flash xénon, feu à éclats,… Là encore, l’offre varie selon la puissance (joule), le niveau de protection IP, le degré d’encombrement, la technologie employée, le type de signal émis (fixe, clignotant, flash) ou les caractéristiques de l’ampoule (incandescente, halogène, led).

ADF Systèmes
Les systèmes de sonorisation de sécuritéADF Systems ont vocation à couvrir « la part grandissante des besoins dans ce domaine grâce à un large choix de hauts – parleurs (de 2 à 30 W) tant en application ATEX qu’en application étanche. » En cas de fort niveau sonore, des avertisseurs lumineux viennent en complément de ces hauts – parleurs. Une liaison téléphonique permet de conserver le contact en cas de nécessite de communication. ADF propose une offre dédiée de systèmes de très forte puissance (+ de 120 dB à 30 m) pour une couverture sonore couvrant plusieurs centaines de mètres et de kilomètres. Au rang des nouveautés, le groupe vient d’ajouter à son catalogue une nouvelle colonne lumineuse ATEX dédiée aux risques gaz et poussières (GD) pour zones 1, 2, 21, 22. Certifiée IIC, cette colonne peut être installée en zone avec présence d’hydrogène. Elle accepte un maximum de quatre indicateurs lumineux. Chaque indicateur peut-être fixe, clignotant (filament 7 Watts ou LED) ou à éclats (xénon de 1 à 3 Joules) selon les besoins et le niveau de visibilité souhaité. Son étanchéité IP67 lui permet aussi d’être utilisé en extérieur et d’être visible à 360°. Autres atouts de cette colonne : sa faible consommation en énergie et sa durée de vie étendue grâce au choix du LED. Autre modèle proposé par ADF Systems, le nouveau combiné sonore et lumineux CU1 et haut parleur DB 20. Le combiné CU1 est antidéflagrant et répond aux directives ATEX pour les zones 1 et 2. Ses capacités sonores et lumineuses (116 dB(A) et 10 Joules), lui permettent de transmettre un signal visuel et auditif de très forte puissance. Son degré de protection IP66 & IP67 le destine aux atmosphères corrosives et aux environnements agressifs des sites chimiques. Enfin, son enveloppe en polyester renforcé pour une absence de corrosion et de maintenance et sa tenue en température de -50°C à +70°C lui permettent une utilisation Onshore et Offshore. Le Haut-parleur DB20 est également certifié ATEX et répond aux directives les plus exigeantes pour les atmosphères explosibles. Il peut ainsi transmettre une information sonore, une voix ou un signal, dans une zone à risque d’explosion. Il est destiné à être utilisé dans des ambiances très corrosives et face à des températures extrêmes. D’une puissance de 8 W, il délivre jusqu’à 112dB (A) et ne nécessite aucun entretien grâce à sa conception. ADF Systèmes équipe ainsi un grand nombre de sites de l’industrie pétrolière et chimique.

AE&T
Chez AE&T, la gamme de combinés Tonaflash TL associe une sirène de forte puissance (de 100, 105, 112 ou 121 dB selon le modèle) à un flash lumineux très visible (de 2 à 5 joules). La gamme couvre un grand nombre d’applications en fonction de la configuration des sites à équiper : bureaux, usines très bruyants, salles de contrôle ou laboratoires. L’indice de protection IP, leur permet également une utilisation en milieu très difficile (référence MCA 72 IP 66 et 67 – 112 dB – 5 J). Toujours dans le domaine des systèmes combinés, la gamme Optason associe Leds haute visibilité ou voyant à incadescence (2 à 7 W) et buzzer de 80 à 90 dB pour ateliers, pupitres, tableaux ou panneaux de contrôle. Plus classiquement, le fabricant d’alarmes et de produits de signalisation couvre l’ensemble des références disponibles sur le marché. Dans le domaine de la signalisation optique avec une gamme de lampes à éclairs, de feux tournants (gyrophares), de voyants ou de colonnes lumineuses. Ces dernières constituent un très bon compromis en cas de nécessité d’une signalisation sonore et visuelle efficace. Equipées de leds (fixes ou clignotants) elles peuvent être équipées d’un buzzer (80 dB). Au niveau de la signalisation sonore, la gamme Tonalarm (sirène de puissance) est composée d’une sirène électronique 121dB (ateliers de grande dimension), d’une sirène 112dB pour ambiance très bruyante (3 sons gérables à distance parmi un choix de 45 sons, une sirène 105dB (petits ateliers, alarme dans les couloirs, les locaux moyens, …) et une de 100 dB idéale pour les bureaux, salles de contrôle, laboratoires ou engins en déplacement. Une autre gamme de sirènes haute résistance et d’une grande puissance sonore sont également proposées : 105 à 121 dB. AE&T distribue par ailleurs trompes et buzzers encastrables pour des applications sur machines, tableaux, engins, automate ou salles de contrôle. Au rang des nouveautés, la nouvelle gamme de sirènes électroniques Siralert est spécialement prévue pour les plans d’urgence PPI/POI. De conception électronique, les Siralert permettent la diffusion de sons ou de messages vocaux à très forte puissance. La V130, nouvelle sirène électronique de très forte puissance peut être montée en grappe ou installée seule (ambiances sonores très bruyantes). La Siralert T140 est une sirène électronique très puissante (133 dB à 1 mètre) pouvant diffuser le son d’alerte national défini par le décret du 11 mai 1990, ou un choix de 32 sons différenciés. Enfin, la gamme de sirènes à moteur est composée de l’AT3 et de l’ AT4. Deux sirènes à turbine omnidirectionnelles très puissantes destinées à diverses applications : usines, collectivités, administrations, armée…
Au-delà de cette présentation, les principaux prestataires proposent des gammes relativement comparables quant à leur contenu.

 Critères de choix d’un avertisseur
Les questions suivantes permettent de déterminer le choix du matériel :
Utilisation de l’appareil – Type de matériels
Portée nécessaire et ambiance sonore – Puissance dB, portée et fréquence
Montage intérieur locaux ou extérieur – Indice de protection IP
Tension d’utilisation – Tension de l’installation

 Indice de protection – IP- ses appareils de signalisation (norme EN 60529)
> Protection contre les corps solides – 1er chiffre
0 : pas de protection
1 : protection contre les corps solides supérieurs à 50 mm
2 : protection contre les corps solides supérieurs à 12,5 mm
3 : protection contre les corps solides supérieurs à 2,5 mm
4 : protection contre les corps supérieurs à 1 mm
5 : protection contre les poussières 6 : protection totale contre les poussières
> Protection contre les corps solides – 2ème chiffre
0 : pas de protection
1 : protection contre les chutes de gouttes d’eau (condensation)
2 : protection contre les chutes d’eau de gouttes d’eau jusqu’à 15° de la verticale
3 : protection contre l’eau de pluie jusqu’à 60° de la verticale
4 : protection contre les projections d’eau de toutes directions
5 : protection contre les jets d’eau de toutes directions à la lance
6 : protection totale contre les projections d’eau assimilables aux paquets de mer
7 : protection contre les effets de l’immersion
8 : protection contre les effets de l’immersion prolongée dans des conditions spécifiées

En savoir plus

Cet article est extrait du Magazine APS – numéro 174 de Octobre 2008.
Pour plus d’information sur nos publications, contactez Juliette Bonk .

Commentez

Participez à la discussion