Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risques industriels et environnementaux

Adopter les bons gants pour limiter les risques

Dynamique, le secteur du gant apporte chaque année sa moisson de nouveautés. Un véritable casse-tête pour les responsables sécurité sachant qu'un EPI inadapté peut avoir de lourdes conséquences pour les employés blessés.

Les accidents de la main constituent une véritable plaie pour les entreprises car il s’agit de la première cause d’accidents avec arrêt de travail et la première cause d’accidents avec incapacité permanente. Le problème est d’autant plus préoccupant que les statistiques sont en progression et touchent en particulier les jeunes apprentis, les intérimaires et les artisans, les salariés de la grande distribution, le BTP, les menuisiers et les salariés de la restauration. Parmi les principales raisons, l’absence d’une politique de prévention des risques et le manque de formation aux bons gestes susceptibles de limiter les risques de coupures et d’écrasement, qui sont les plus nombreux. Il faut rappeler que la main est constituée d’une trentaine d’os et autant d’articulations, de 24 tendons, de nombreux nerfs, et d’un riche réseau d’artères et de veines, et de petits muscles.
Même minime, une blessure de l’un de ses composants peut entraîner des séquelles définitives, met en garde la Fédération européenne des services d’urgences mains (Fesum). Par exemple, une plaie de 2 mm de profondeur peut entraîner une section d’un tendon, d’un nerf ou d’une articulation et créer un handicap plus ou moins long. Ces plaies minimes, mais graves, sont d’autant plus trompeuses qu’elles n’entraînent pas forcement de douleur ou de saignement important. D’où l’importance de sensibiliser le personnel d’encadrement et les salariés. Outre le déploiement de protection collectives, comme le carénage de machines ou l’utilisation de produits chimiques non toxiques, il est indispensable d’adopter des gants appropriés aux risques encourus.

Quatre grandes familles de gants

Comme le rappelle l’étude de l’IRSST publiée l’an dernier, ces EPI peuvent être classés selon différents critères, par exemple leur usage, leur mode de fabrication, le type de protection offerte, les matériaux qui les composent, leur épaisseur, leur durabilité, etc. Selon leur structure, les gants de protection peuvent être rangés en quatre catégorie, celles des polymères non supportés, des tricotés, des enduits et des cousus.
D’abord les gants en polymère non supporté (obtenus par moulage, trempage, ou matriçage/soudage) intéressent la protection chimique et biologique. Souvent en caoutchouc, ils peuvent embarquer des polymères ou des additifs pour augmenter leurs propriétés mécaniques ou chimiques. A l’opposé, les gants tricotés, sont à la fois souples et respirants et sont recommandés pour prévenir les risques mécaniques. En revanche, ils n’offrent aucune résistance contre les produits chimiques et biologiques ainsi qu’à la perforation et à la piqûre. Les gants tricotés peuvent d’ailleurs être utilisés comme doublure intérieure des gants en polymère afin de limiter les allergies, au latex notamment, ou améliorer la sensation de confort. Les gants tricotés peuvent également servir de support pour la fabrication de gants enduits avec du polymère.

Ces derniers opposent une certaine résistance aux agresseurs chimiques et biologiques ainsi qu’à la perforation et à la piqûre. Pour préserver une certaine respirabilité et offrir une meilleure flexibilité, seule la paume et les doigts peuvent être enduits de sorte à assurer, au niveau du dos de la main, un échange avec l’air ambiant. Par contre, la protection mécanique supplémentaire n’est disponible qu’aux endroits recouverts de polymère et la protection contre les risques chimiques n’est plus assurée.
De leur côté, les gants cousus permettent des constructions plus complexes comportant différents matériaux qui, autrement, ne seraient pas compatibles. Par contre, la présence de ces coutures peut réduire la souplesse des gants ou encore être la cause d’irritation par frottement. Dans certains cas, elles peuvent être le point faible du gant et s’user plus rapidement. Elles peuvent également servir de porte d’entrée à l’infiltration des liquides.
La sélection des gants résulte donc d’un compromis entre les risques à prévenir, les contraintes du poste, le niveau de protection requise, le confort des salariés, et les conditions d’emploi de l’EPI. « Porter un gant peut d’ailleurs générer, au niveau des doigts, des risques supplémentaires comme la perte de dextérité, de préhension, et de flexibilité », prévient Gérard Gaches, directeur du cabinet Quorus (Prévention des risques) et vice-président de Bossons-Futé, une association de médecins du travail et de préventeurs qui préconise de commencer par l’analyse de risques.

Les chiffres noirs des accidents de la main en chiffres
– 1,4 million d’accident dont 620 000 graves se produisent chaque année.
– 2/3 concernent des accidents de la vie courante et un tiers le monde du travail.
– 35 % des accidents de la main (plus de 165 000) ont fait l’objet d’un arrêt de travail.
– 2,2 % des accidents (plus de 10 000) ont entraîné une incapacité permanente partielle.
– 5,5 millions de journées avec arrêt de travail ont été perdues en 2008.
– 12 000 euros : c’est le coût moyen global d’un accident de la main.

Se poser les bonnes questions

La méthode consiste à passer au crible chacun des postes de travail. Si l’opérateur est en contact avec des produits chimiques, il est nécessaire de savoir s’ils sont agressifs pour la peau et quelle est la durée d’exposition à ces produits. Si au contraire l’opérateur manipule des pièces, il faut l’interroger sur la taille de ces objets, savoir s’ils sont froids ou plutôt très chauds, secs ou huileux. Dans tous les cas, il faut savoir si l’opérateur recourt a des outils susceptibles de générer des risques d’écrasements ou de coupures. A ces différents risques correspondent une rafale de normes européennes. Citons l’EN 374 pour la protection chimique et les micro-organismes, EN 388 pour les risques mécaniques (abrasion, coupure, déchirure et perforation), EN 407 contre les risques thermiques, EN 511 contre le froid, ou encore EN 421 contre les rayonnements ionisants et la contamination radioactive. Sans oublier l’EN 1149 contre les risques de décharges électrostatiques et l’EN 12477 pour les gants de protection des soudeurs. Outre ces normes spécifiques, tous les gants doivent répondre de la norme EN 420, qui détermine les caractéristiques générales de l’EPI en terme de taille et longueur du gant, tour de la paume, innocuité, confort et dextérité.

EN388 vs Iso 13997

Chacune de ces normes se déclinent selon différents niveaux de performances. A titre d’exemple, la norme EN 388 (risque mécanique) prévoit des niveaux allant de 0 à 4 pour l’abrasion, la déchirure et la perforation, et de 0 à 5 pour la coupure.
« Pour autant, à niveau égal, deux produits peuvent avoir par exemple des résistances à l’abrasion ou à la coupure différentes en usage réel », souligne de son côté Christine Mathieu, chef de produit chez Mapa. La différence repose sur le type de matériaux utilisés. Certains présentent des résistances à la coupure particulièrement élevées, comme les fibres polyéthylène haute densité utilisées notamment par Ansell, Mapa, Procoves Rostaing, etc. Citons aussi le Hagane Coil, une fibre développée par Showa Best Gloves associant de l’acier inoxydable et du kevlar.
 
Ces gants ayant une résistance à la coupure de niveau 4 ou 5 sont d’ailleurs estampillés de la norme Iso 13997 (norme internationale anticoupure). Contrairement à l’EN 388 qui mesure la résistance dans le temps à une coupure sous faible énergie, l’Iso 13997 indique le poids mis en œuvre sur une lame pour couper le gant en un seul mouvement. Plus le poids (exprimé en newton) est élevé, meilleure est la résistance à la coupure. Ces tests sont intéressants dès lors que les gants sont utilisés pour manipuler des objets coupants et lourds, pour réaliser des travaux en force ou lorsqu’il y a des risques de coupures avec choc. Tandis que les tests EN 388 s’appliquent plutôt pour des prises en main régulières de petites pièces métalliques (ex : tôles légères), sans risque de choc sur un objet coupant. Tels sont les conseils prescrits par Mapa, qui propose d’ailleurs aux utilisateurs de faire des études de poste in situ afin de mieux choisir leurs EPI.

Veiller au confort intérieur du gant

L’apparition de nouvelles matières hautement résistantes et de nouvelles techniques de fabrication permet aux fabricants de superposer des couches afin de répondre à différentes normes en combinant plusieurs protections. A l’instar de ces gants qui combinent la résistance à la chaleur et le Grip qui permet de travailler avec des pièces huileuses sans perdre en productivité, tout en limitant les TMS. Favoriser la préhension de l’objet n’est pas suffisante. Il faut aussi préserver les sensations tactiles de l’opérateur. Il s’agit d’un critère important, lorsque le salarié saisit une pièce, il doit ressentir la forme de l’objet et son volume, les vibrations qui en émanent. Enfin, le salarié portera d’autant mieux ses gants s’ils sont confortables. « Il faut s’assurer de la perméabilité du gant à l’air et à la vapeur d’eau, et contrôler qu’il n’existe pas de coutures inconfortable à l’intérieur du gant et qui pourraient incommoder l’opérateur », conseille Gérard Gâches.

Se protéger des risques chimiques

Les risques chimiques constituent aussi un danger omniprésent pour les opérateurs. Principaux dangers, les brûlures, dermatoses, irritations de la peau, voire même intoxications en cas de contact prolongé. Pas facile pour autant de bien choisir son EPI car à la nature des produits chimiques utilisés doit correspondre un matériau approprié. Parmi les plus répandus utilisés dans la confection des gants, citons le butyle, latex, polychloroprène (néoprène), nitrile, polyalcool de Vinyle (PVA), polychlorure de Vinyle (PVC), les matériaux fluorés (Viton ou Teflon), et les laminés multicouche de polyéthylène.
« Chacun de ces matériaux a des champs d’applications privilégiés », explique Danielle Leroy, ingénieur au sein du département « Expertise et conseil technique » à l’INRS. Par exemple, le latex a une bonne résistance à tous les produits solubles dans l’eau et dilués, mais une mauvaise résistance aux produits huileux, graisseux et aux hydrocarbures. Il peut être à l’origine de manifestations allergiques. Quant aux gants en nitrile, ils ont une bonne résistance chimique vis à vis de nombreux produits (huiles, alcools, produits pétroliers, etc.), mais une faible résistance aux cétones et produits halogénés (chlorés, fluorés, etc.). De son côté, le butyle offre une résistance élevée aux acides forts, cétones, esters, mais a une faible résistance aux hydrocarbures aliphatiques, aromatiques, halogénés. « Avant de choisir un gant, il est nécessaire d’analyser les risques et de tenir compte des contraintes d’utilisation. C’est pourquoi il est important d’impliquer l’utilisateur exposé aux solvants », recommande Danielle Leroy. Même conseil prodigué par Gérard Gaches, qui recommande également à ses clients de faire systématiquement une expérimentation en situation réelle avec leurs salariés et de réaliser des tests de dextérité comme attraper des billes.
« C’est de cette manière que nous finalisons la sélection des produits, mais la meilleure des protections ne sera pas suffisante dès lors que le salarié n’adopte pas les bons gestes, sachant que les problèmes proviennent surtout d’un comportement inadéquat », met en garde le consultant qui édite par ailleurs un logiciel de prévention des risques sur plateforme Web déjà adopté par quelque 5000 utilisateurs appartenant à des grands groupes.

Des outils en ligne pour bien choisir son gant
L’INRS et l’IRSST, son homologue québécois, ont lancé une application en ligne pour présélectionner les gants destinés à la protection chimique. D’autres outils plus généralistes sont aussi proposés.
En matière de protection contre le risque chimique, les entreprises ont désormais à leur libre disposition le logiciel Protecpo, disponible gratuitement sur le site éponyme et destiné à la présélection des matériaux de protection. Recensant plus de 1200 substances, cet outil a été réalisé par l’INRS, en partenariat avec son homologue québécois, l’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail (IRSST). « Ce logiciel interactif permet d’aider les entreprises et les préventeurs à choisir les gants les mieux adaptés en fonction des solvants et des mélanges de solvants utilisés », explique Danielle Leroy, ingénieur au sein du département « Expertise et conseil technique » à l’INRS. L’outil se veut simple et ergonomique. Il suffit de taper le nom chimique d’une substance ou son numéro Cas pour que le logiciel sélectionne le ou les matériaux adaptés.
Pour l’heure, le logiciel propose cinq matériaux (butyle, matériau fluoré, latex, néoprène et nitrile). Point fort, il permet de rentrer une formule chimique. « Il s’agit d’une innovation. Le logiciel utilise un algorithme qui est basé sur une théorie de solubilité tridimensionnelle. Le principe étant “plus le polymère est soluble dans le solvant, moins le matériau est résistant”. »
Cet algorithme a été ensuite validé par comparaison des prédictions faites par Protecpo avec des résultats expérimentaux de la littérature et des résultats de nouveaux tests. En revanche, le logiciel possède certaines limites. Il n’intègre pas, par exemple, les conditions d’utilisation des solvants (durée d’exposition, fréquence).
D’autres outils, plus généralistes, sont aussi disponibles en ligne. Citons celui de l’IRSST et celui de Mapa, qui a déployé un nouveau site pour les professionnels. Le fabricant a interrogé les utilisateurs de ses produits avant de déployer, au niveau mondial, son guide d’utilisation disponible en ligne. Le site regroupe différentes familles de produits (protection chimique, coupure, biologique, etc). Le choix peut être affiné grâce au module de recherche avancée qui propose un tri en fonction des risques rencontrés (liquides, thermiques, mécaniques et risques spécifiques) ou de l’environnement (eau, huileux, etc.). Cerise sur le gâteau, une fois sélectionnés, les produits peuvent être comparés entre eux.

© Eliane Kan/Agence TCA

Commentez

Participez à la discussion