Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Santé et qualité de vie au travail

L’Accident, un escape game qui dope la prévention des risques

Pour rendre plus attractifs les Services de Santé au Travail Interentreprises (SSTI), le Service aux Entreprises pour la Santé aux Travail (SEST) a développé un jeu vidéo qui confronte les salariés à un accident. Dans cet univers immersif, les joueurs ont une heure pour dénouer la situation. Top chrono !

Un collègue a disparu soudainement, ne laissant qu’une lettre manuscrite sur la table de son bureau. Autre mystère : la lumière est restée allumée… Que s’est-il donc passé ? Pour dynamiser la prévention des risques auprès des employés, le Service aux Entreprises pour la Santé au Travail (SEST) a inventé un escape game. Confrontés à un accident, les joueurs doivent élucider la scène en s’appuyant sur leurs acquis en matière de connaissance des risques professionnels.

De nombreux risques pris en compte
Comme son nom l’indique, l’Accident est un escape game qui se joue en réel, couplé à un support technologique qui plonge le joueur dans l’univers d’une entreprise et le confronte à un incident. TMS, risque routier, risque électrique, risque chimique… les gamers doivent mobiliser leurs connaissances en analyse des accidents du travail. L’un des synopsis propose, par exemple, d’enquêter sur la disparition d’un collègue, n’ayant laissé qu’une lettre manuscrite pour seul indice sur son bureau. « Fraîchement embauché en qualité de stagiaire, votre 1er jour risque d’être palpitant », ironise l’escape game. Pour résoudre l’affaire, les employés, rassemblés en groupes de quatre à huit personnes, n’ont qu’une heure pour s’en sortir.

Bousculer la prévention des risques
En toile de fond, le SEST estime que les outils pédagogiques classiques mis au point pour la prévention des risques professionnels ne sont pas assez stimulants. Ils ne parviennent pas à capter l’attention des employés. En témoigne une étude, réalisée récemment par l’institut de sondage Odoxa pour le SEST, à propos du regard des actifs français sur la médecine du travail : sur 629 salariés interrogés, 43% regrettent de ne pas être suffisamment bien informés sur la médecine du travail. En cause, le sondage pointe du doigt le manque de pédagogie sur le rôle et le fonctionnement des Services de Santé au Travail Interentreprises (SSTI).

Ségolène Kahn

Commentez

Participez à la discussion

Suivez-nous