Workwear : Techniche étoffe sa gamme rafraîchissante

A l’approche de l’été et d’un éventuel épisode de canicule, certains chantiers peuvent vite se transformer en fournaise. Pour anticiper la période estivale, c’est donc le branle-bas de combat chez les fabricants de workwear, qui imaginent des gammes adaptées aux fortes chaleurs. En témoigne la nouvelle collection de vêtements professionnels et d’accessoires signée Techniche, capable de procurer de la fraîcheur durant 5 à 10 heures. Les vestes, débardeurs, bandanas, casquettes ou encore protège-nuque qui composent cette ligne ont été pensés pour permettre aux collaborateurs de travailler sous des températures très élevées.

Restitution de l’eau par évaporation
Pour parvenir à ce résultat, le fabricant a conçu ses vêtements selon des technologies spécifiques. A commencer par le tissu rafraîchissant Hyperkewl capable d’absorber, de stocker puis de restituer l’eau par un processus d’évaporation. En d’autres termes, pour bénéficier des propriétés de ce tissu, il suffit de mouiller le vêtement qui va rester humide tout au long de la journée. Cette technique se décline également pour la gamme Drykewl, qui fonctionne de la même manière à la différence près qu’il n’est pas nécessaire d’immerger le vêtement, seul l’insert Hyperkewl qui l’accompagne doit être humidifié.

Matériau à changement de phase
Autre tissu intéressant, le Coolpax, qui a été conçu selon un matériau à changement de phase. Dédié aux environnements confinés (tunnels, usines, fonderies…), ce tissu contient un liquide riche en carbone qui gèle à 14°C. Une température qui se maintientdurant 2 à 3 heures. Enfin, la veste rafraîchissante H20 est dotée d’une serviette, Cool Towel Pro. Ce tissu constitué de polyacétate de vinyle (PVA), est un matériau absorbant qui restitue l’eau par évaporation et la maintient gelée.

Haute-visibilité et résistance au feu
Outre les propriétés rafraîchissantes de ces équipements, la gamme se décline en plusieurs versions qui ont fait l’objet de tests en laboratoire pour obtenir leurs certifications. A commencer par la protection ultraviolet (norme EN 13758), la haute visibilité (norme EN 20471, classe 2), la résistance au feu (ASTM F1506, NFPA70E HRC/2, NFPA1975, NFPA2112, OSHA 29 CFR 1910.269, EN531) et, enfin, la résistance électrostatique (norme EN 1149).

Ségolène Kahn


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.