Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risques industriels et environnementaux

Vols sur les chantiers : l’heure est à la mobilisation

Sous l’égide de la Fédération française du bâtiment (FFB), l’opération « Ras-le-Vol » passe à l’action. Après avoir constaté l’ampleur énorme du phénomène, la filière formalise l’organisation pour lutter contre ce fléau. Des chantiers pilotes vont prochainement expérimenter de nouvelles centrales de sécurité qui introduisent la RFID dans la sécurité des objets.

Engins de chantier (pelleteuses, tractopelles, niveleuses, grues…), camions, voitures, outils, matériaux (métaux dont le cuivre, ciment, carrelage), éléments de construction (coffrets électriques, portes, fenêtres, serrures)… Chaque année, les déclarations de vol sur les chantiers de construction pèsent 1 à 2 milliards d’euros. Subi par les entreprises du bâtiment, ce véritable pillage représente 1 à 2 % du chiffre d’affaires annuel du secteur ! Une entreprise sur deux a été victime d’au moins un vol significatif de plus de 10 000  euros dans l’année, rapporte une étude de 2008, menée par la FFB auprès de 3 000  sociétés adhérentes. Ce sont 77 % d’entre elles qui avaient signalé avoir été victimes d’un ou plusieurs larcins dans l’année écoulée. Et encore, ce n’est que la partie émergée de l’iceberg : « A peine 20 % de nos clients s’assurent contre le vol sur chantier », reconnaît Yves Cabane, responsable adjoint aux dommages aux biens au SMABTP, le principal assureur du secteur du bâtiment et des travaux publics. Bien que difficiles à estimer, les pertes réelles seraient donc beaucoup plus élevées.

Après avoir tiré la sonnette d’alarme en 2008, la FFB a mis en place, en partenariat avec le ministère de l’Intérieur, l’opération « Ras-le-Vol » afin de lutter plus efficacement contre les vols sur chantier. Au menu du protocole : une formation à la sécurité, la mise sur pied dans chaque département de « référents sécurité » issus de la police ou de la gendarmerie. En parallèle, la FFB a signé une convention avec FilRFID, la fédération francophone des industriels et acteurs de la RFID (puces électroniques sans contact), dont certains industriels membres ont élaboré des solutions innovantes de protection à base de technologies RFID. Résultat, une série de chantiers pilotes s’apprête à tester ces prototypes en liaison avec des systèmes de vidéoprotection, des sociétés de télésurveillance et des assureurs.

Un déficit d’assurance

Mais aujourd’hui, lorsqu’elles s’assurent, les entreprises portent leur effort en priorité (dans 70 % des cas) sur les grands engins de chantiers car leur valeur est très élevée : de 10 000 euros  pour une minipelleteuse, 100 000  euros pour une tractopelle, 400 000  euros pour une niveleuse. En tous lieux, ces assurances couvrent tous les risques (dommages, bris de machine, panne mécanique, vol…) moyennant une prime annuelle de 1 800  à 2 500  euros par engin. « Les 30 % d’engins restants, donc non assurés, sont jugés trop vieux. Les entreprises estiment que le jeu n’en vaut pas la chandelle », reprend Yves Cabane.

Ajoutons que, pour les forces de police, il est difficile d’identifier les engins volés. En effet, ceux-ci ne disposent ni de carte grise comme pour les voitures, camions et remorques, ni de numéro de série standardisé. Ainsi Komatsu, par exemple, n’a pas la même nomenclature d’identification que Liebherr ou Caterpillar. Certes, ces engins embarquent des ordinateurs de bord, au départ conçus pour la maintenance prédictive, qui sont généralement couplés à un GPS. Ce dernier est alors susceptible d’aider les forces de police à localiser l’engin en cas de vol. Cependant, les malfaiteurs savent souvent neutraliser le GPS grâce à un brouilleur d’ondes. Il ne leur reste plus qu’à monter l’engin sur un porte-char et à traverser sans problème toutes les frontières jusqu’en Europe centrale et orientale où ils sont revenus. « Cet été, en Ukraine, j’ai même vu des engins qui portaient encore leurs plaques minéralogiques françaises ! » s’exclame Jean-Philippe Verger, vice-président de FilRFID.

« Quant aux matériaux et éléments destinés à être incorporés dans la construction, ils sont assurés dans à peine 20 % des cas », poursuit Yves Cabane. Bien sûr, il existe des assurances tous risques chantier (TRC) qui couvrent les dommages subis par tous les intervenants au chantier durant la période de construction de l’ouvrage : incendie, intempéries, vandalisme ou vol de marchandises. « Ces assurances ne sont pas obligatoires mais environ un chantier sur deux est ainsi assuré. Surtout en rénovation lourde », estime Yves Cabane. En revanche, si le chantier est assuré, les outils de ses sous-traitants ne le sont pas. D’autant qu’il n’existe pas de système d’identification pour les perceuses, disqueuses, compresseurs et autres groupes électrogènes. Du coup, les artisans ne les assurent pas. « Ils finissent même par les considérer comme des “ consommables ” ! » résume Yves Cabane.

Des mesures de prévention simples à prendre

Reste que, dans le sillage de l’opération Ras-le-Vol, il y a des mesures organisationnelles de base à prendre tout de suite pour sécuriser un chantier : désigner une personne en charge des mesures de sûreté, délimiter clairement la zone du chantier et la clôturer avec des palissades de sorte à ne pas laisser à la vue des passants les outils et matériels inutilisés, limiter et contrôler les voies d’entrée et sortie du chantier quitte, parfois, à installer un contrôle d’accès. Bien sûr, en fin de journée, il faut ranger les matériels et outils (ne pas les laisser traîner) et les stocker dans un espace de stockage sécurisé (locaux ou conteneurs fermés à clé). « Il faut aussi éviter de se faire livrer trop longtemps à l’avance ainsi que les veilles de fête ou de week-end », ajoute François Asselin, vice-président de la FFB et président de la commission des marchés. « Ces mesures relèvent du pur bon sens. » Dans la foulée, il est recommandé de positionner les véhicules et engins coûteux de façon à rendre difficile leur enlèvement. Par exemple, en imbriquant plusieurs engins les uns dans les autres. De même, il est conseillé de ne jamais laisser les clés sur les engins, les machines et les véhicules ainsi que d’activer tous les systèmes antivol mis à disposition, d’enregistrer les marques, numéros de série et principales caractéristiques des matériels les plus coûteux et de marquer les équipements. A cet égard, la FFB propose à ses adhérents un outil d’enregistrement de leurs matériels.

520 000  vols par an

Selon l’enquête de la FFB menée auprès de 3 000  entreprises, 56 % des vols sur chantier sont des vols simples. Mais 43 % d’entre eux sont commis avec effraction et 1 % avec violence ou séquestration. Précisons que la quasi-totalité des départements français est touchée. Quant aux départements les plus « chauds », ils se situent à proximité des frontières ou sur les bassins à niveau d’activité. Ajoutons que deux tiers des vols relèvent de la pure opportunité – les particuliers trouvant « normal » de se servir sur un chantier – et qu’un tiers des vols provient d’actions régulières et répétées de bandes organisées et spécialisées.

Le vol d’engins de chantier alimente le trafic de pièces détachées et relève d’une délinquance itinérante d’envergure internationale. Les experts des compagnies d’assurance estiment à près de 520 000  le nombre de vols de matériels et d’engins de chantier chaque année. De son côté, le magazine Courrier international (20/09/2011) rapporte que le vol d’engins et matériaux coûte 1,6  million d’euros par semaine en France.

Sur le front des matériaux, une étude de 2008 menée par l’Union sociale pour l’habitat d’Ile-de-France (Aorif) révèle que le cuivre a représenté 60 % du total des métaux volés au premier semestre de 2006, contre 28 % l’année précédente. Cette tendance s’est poursuivie car le cours du cuivre s’est envolé à 6 046  euros au 1er  janvier 2012, avec un pic historique à 10 000  euros le 3 février 2011.

Systématiser la protection

Pour les chantiers à plus haut risque, outre la clôture de palissades et les barrières fermées avec des chaînes et des cadenas, la FFB préconise un éclairage général la nuit, qui se déclenche par un détecteur de présence ainsi qu’une centrale d’anti-intrusion avec alarme sonore ou lumineuse, voire un système de vidéoprotection en collaboration avec une société de télésurveillance associée et, le cas échéant, avec une société de sécurité privée de gardiennage. L’idée fait son chemin : lors d’une réunion encadrée par la FFB le 4 septembre, la profession a mis en évidence l’intérêt d’organiser de façon systématique la démarche de mise en sûreté des chantiers. L’idée est simple : durant les réunions de préparation du chantier, le maître d’ouvrage, le maître d’œuvre et les principaux sous-traitants en profiteraient pour établir un diagnostic de sûreté. « Aujourd’hui, on parle très peu de sûreté dans ces réunions. Mais nous voudrions que ce soit systématisé. Il y a parfois des choses très simples à mettre en œuvre de façon collective », résume François Asselin. « Si la sûreté s’annonce plus complexe, le référent sécurité du département sera susceptible de venir en appui de l’équipe du chantier afin d’apporter son conseil. »

600  euros pour le voleur, 20 000  euros de perte pour l’entreprise

Combien coûte un vol ? Voici un simple exemple avec le câble d’une grue. Selon une étude de l’Aorif, ce vol peut entraîner une perte de 20 000  euros pour l’entreprise victime alors que le voleur n’en tirera qu’un bénéfice moyen de 600  euros ! En effet, le remplacement du câble revient à 6 000  euros. De son côté, la mise à l’arrêt du chantier pendant deux jours coûte, quant à elle,

8 000  euros. Il faut aussi compter 1 000  euros pour la validation du nouveau fonctionnement de la grue par un organisme certificateur et 5 000  euros

pour la pénalité de retard et la mise en place d’un gardiennage.

La RFID veut sécuriser les chantiers

Reste que, pour l’heure il est difficile de sécuriser les chantiers avec des systèmes électroniques conçus pour des bâtiments fixes. D’où l’idée de sécuriser les objets (engins, équipements, outils, matériaux, éléments de construction…) grâce à des « tags » électroniques, appelés aussi « marqueurs », qui communiquent avec une centrale de sécurité. « L’artisan fixe un tag sur un objet. Dès que celui-ci bouge ou dès qu’il est arraché, il transmet un signal à la centrale mobile qui communique par GPRS vers un télésurveilleur, l’artisan ou le chef de chantier », explique Bernard Jeanne-Beylot, consultant spécialisé en traçabilité et identification automatique chez JB Thèque. Au sein du FilRFID, plusieurs industriels ont décidé de relever le défi. A commencer par Lagassée Technologies, qui a sorti une offre en 2010. Mais après sa liquidation judiciaire et sa reprise cette année par Eolan, cette société n’est plus – pour l’instant – dans la course. Deux autres fabricants, KBS et Servtel, s’apprêtent à sortir cette année des offres similaires sous la forme d’une valise contenant la centrale mobile communicante et une quinzaine de tags. Ces derniers sont qualifiés de tags actifs car ils sont dotés d’une batterie, offrant une autonomie d’un à trois ans selon les conditions climatiques, de capteurs pour mesurer la pression, la température, les chocs, les déplacements, les mouvements… « Outre le modem GPRS pour dialoguer avec la société de télésurveillance, la centrale mobile dispose de son propre GPS pour qu’elle soit localisée en temps réel sur le chantier et d’un scanner de tags actifs qui scrute en permanence la présence des tags et leurs éventuels mouvements », détaille Jean-Philippe Verger, du FilRFID. « Si on déplace la centrale, si on essaie de la brouiller ou de la détruire, le processus de dialogue contant avec le télésurveilleur génère une alarme. »

Bien qu’elles respectent le cahier des charges de la FFB et du FilRFID, ces offres se distinguent au niveau des modes de communication de la centrale. « Notre RfBox offre le GPRS, le GSM et la communication par satellite car si l’un des canaux est aveuglé, la centrale passera par un autre », précise Gilles Sussest, DG de Servtel, qui propose une application de gestion de la centrale et des tags en mode service logiciel hébergé sur le SaaS et accessible sur smartphone. De son côté, KBS ne mise pas sur la communication par satellite mais expérimente les réseaux radio basse vitesse, qui sont en train d’être implantés dans les villes afin de concurrencer les opérateurs téléphoniques. « Bordeaux en est déjà équipée. L’avantage, c’est qu’ils ne sont vraiment pas chers », souligne Christian Kovacik, P-dg de KBS qui, à l’instar de son confrère, propose une plateforme SaaS pour configurer son réseau de centrale et de tags avec un smartphone et être prévenu des alarmes.

Autre progrès intéressant, réalisé sous la houlette du FilRFID, le développement d’un protocole de communication qui permet de passer de l’univers de la RFID à l’univers Internet Protocol (IP). « Ce protocole sera utilisé par tous les futurs fabricants de valises. Il est très précieux car il remonte les alarmes de terrain provenant des tags RFID vers tous les logiciels de télésurveillance », se réjouit Didier Hulot, chargé du développement commercial chez le télésurveilleur Afone qui fait partie d’un chantier test devant démarrer cet automne à Bondy (Seine-Saint-Denis) avec KBS et Servtel.

« En revanche, la valise ne peut pas encore déclencher les caméras de télésurveillance pour faciliter la levée de doute permettant de dépêcher les équipes des forces de l’ordre sur le chantier. »

Le marquage par l’ADN moléculaire

La jeune société Olnica fournit une solution originale de marquage pour les engins et les outils des entreprises du BTP. Le système se déroule en deux temps. Tout d’abord, Olnica fournit des sprays contenant un produit invisible à l’œil nu caractérisé par une formule chimique unique par client. C’est l’aspect « ADN moléculaire ». Ensuite, le client appose sur ses outils et engins des étiquettes adhésives avertissant le malfaiteur que l’objet est « marqué ». Grâce à ce système, lorsque les forces de police mettent la main sur des matériels signalés comme volés, il suffit à Olnica d’analyser le produit pour préciser auquel de ses clients ils appartiennent.

© Erick Haehnsen/TCA-innov24

Commentez

Participez à la discussion

Suivez-nous