Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risques industriels et environnementaux

Vidéosurveillance : enregistreurs numériques Mpeg-4 à double codec de Samsung

La série 5000 de Samsung présentée par Aasset se décline en trois modèles : 4 voies (SHR-5040), 8 voies (SHR-5080) et 16 voies (SHR 5162). Le SHR-5162P, le plus performant de la gamme, dispose de 16 entrées vidéo, 16 entrées alarme et 4 entrées audio, ainsi que 2 sorties vidéo…

La série 5000 de Samsung présentée par Aasset se décline en trois modèles : 4 voies (SHR-5040), 8 voies (SHR-5080) et 16 voies (SHR 5162). Le SHR-5162P, le plus performant de la gamme, dispose de 16 entrées vidéo, 16 entrées alarme et 4 entrées audio, ainsi que 2 sorties vidéo (1 BNC et 1 VGA) actives simultanément pour moniteur LCD et CRT, et interface RS 485 pour piloter les caméras mobiles (PTZ ou dômes). En fonction du contexte, il est possible de définir la qualité d’images parmi deux résolutions : 2 Cif (704 x 288) et Cif (352 x 288). La fréquence d’enregistrement (nombre d’images/seconde) est limitée à 100 images/seconde en CIF, ce qui ramène à 100/16 = 6,25 images/seconde par voie sur un modèle 16 voies. Ces appareils assurent trois fonctions simultanées : multiplexage des images des caméras pour les afficher, encodage pour l’enregistrement et encodage pour la relecture des images. Avec un seul codec l’image est numérisée selon un format de compression commun à l’enregistrement et à toute relecture des images. Or, si le réseau de transmission est limité en bande passante, on est obligé, soit de réduire la fréquence des images transmises, soit de diminuer la résolution des images numérisées, ce qui dégrade d’autant l’enregistrement. Avec deux circuits de numérisation indépendants et chacun son propre paramétrage, un pour l’enregistrement et un second pour la transmission des images, on optimise l’exploitation de l’appareil. Aussi, tous les modèles Samsung de la gamme 5000 intègrent deux codecs qui permettent d’assurer simultanément l’enregistrement et la relecture locale ou distante des images, via un réseau (Ethernet ou autre), avec une compression adaptée à la transmission. Cette séparation des tâches optimise la compression vidéo Mpeg-4 car le processeur dédié peut travailler plus rapidement, ce qui contribue à augmenter la capacité de stockage grâce à une compression plus efficace. La vitesse de 100 images pleines par seconde permet d’enregistrer 4 caméras en CIF (352×288) temps réel (25 im/s) pour un modèle 4 voies, 8 caméras en Cif semi-temps réel (12 im/s) pour un modèle 8 voies et 16 caméras en CIF à 6,25 im/s (100/16) pour le modèle 16 voies.

Commentez

Participez à la discussion