Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Sûreté et sécurité

Vers un passeport sanitaire européen d’ici deux à trois mois

Le Parlement européen se dit prêt à voter la généralisation d’un passeport vaccinal qui permettra aux vacanciers de se déplacer durant la saison estivale.

Alors que plus de 12 % de la population européenne a déjà reçu une dose de vaccin, selon le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, la tournure des choses se précise pour la possibilité de voyager cet été. Lundi dernier, le Parlement européen a ainsi annoncé sa volonté de généraliser le passeport sanitaire. Avec un vote prévu pour début juin. Disponible en version numérique ou papier, ce dispositif inclura un QR code permettant de garantir l’absence d’infection au SARS-CoV-2.

a-defaut-de-vaccin-le-passeport-pourra-egalement-attester-de-la-realisation-d-un-test-pcr

À défaut de vaccin, le passeport sanitaire pourra également attester que son titulaire a réalisé un test PCR. © Prasesh Shiwakoti / Unsplash

Un passeport sanitaire début juin

Il s’agit d’une procédure d’urgence durant laquelle « le Parlement européen pourra voter la mise en place d’un passeport sanitaire dès juin », a déclaré l’eurodéputé en charge du dossier, cité par La Tribune. Au sein de l’Hémicycle à Strasbourg, « le Parlement européen sera prêt à entériner le passeport sanitaire européen au cours de sa session plénière du 7 au 10 juin», a déclaré lundi, le président de la commission parlementaire chargée du dossier.

Un certificat numérique

De fait, la Commission européenne à l’origine de ce « certificat vert numérique estime une entrée en vigueur « d’ici à juin ». Ce document aura pour but de faciliter les déplacements des Européens durant la période estivale. Ce document attestera que son titulaire a été vacciné contre la Covid-19, qu’il a passé un test PCR négatif ou qu’il est immunisé après avoir été infecté. Pour rappel, 10 millions de personnes ont été vaccinées en France, d’après le ministre de la Santé, Olivier Véran.

Une adoption début juin

« Nous avons fixé une échéance pour que nous puissions l’adopter lors de la session plénière du 7 au 10 juin », a déclaré l’eurodéputé espagnol Juan Fernando Lopez Aguilar (groupe socialistes et démocrates) qui mènera les négociations avec le Conseil sur ce texte.

La nécessaire protection des données personnelles

En ce qui concerne la question de la protection des données personnelles, Juan Fernando Lopez Aguilar a abordé ce sujet durant une conférence de presse en ligne. Nécessaire selon lui, la protection des données personnelles devra induire une limitation dans le temps de ce mécanisme et la non-discrimination des personnes n’ayant pas été vaccinées.

Une adoption en mai prochain

A ce sujet, « le Parlement va voter son mandat de négociation et les amendements en avril », a poursuivi l’eurodéputé. Il prévoit une adoption du texte en mai par la commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures qu’il préside. Et donc, un vote du Parlement en plénière en juin. Une fois adopté par le Conseil et publié au Journal officiel de l’UE, le règlement pourrait entrer en vigueur.

Ségolène Kahn

Commentez

Participez à la discussion