Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Santé et qualité de vie au travail

Vaccin Pfizer-BioNTech : des détecteurs de CO2 pour protéger les employés exposés à la neige carbonique

Pour conserver ce vaccin à -70°C, les fabricants vont devoir le stocker dans de la neige carbonique. Or, comme le rappelle Teledyne Gas & Flame Detection, ce matériau peut s’avérer dangereux pour les employés de la chaîne d’approvisionnement du vaccin. Il faut notamment surveiller sa température pour ne pas que le CO2 se transforme en gaz. Détails...

Face à la propagation du Covid-19, les livraisons de vaccin s’accélèrent. En ce qui concerne le vaccin Pfizer-BioNTech, ce dernier impose des contraintes sévères. Et ce, du fait qu’il ne survit qu’à une température de -70°C. Pour son stockage et son transport, sa température se maintient grâce à de la neige carbonique. Or, pour Teledyne Gas & Flame Detection, mieux vaut prendre ses précautions. Récemment, le spécialiste de détection de gaz a publié un communiqué dans lequel il alerte sur les dangers encourus. Il faut savoir qu’en cas de variation de température, le CO2 contenu dans la neige carbonique se transforme. Au risque de provoquer une hypoxie aux employés impliqués dans la chaîne d’approvisionnement du vaccin. Pour y remédier, le fabricant préconise d’installer des solutions de détection du CO2

teledyne-gass-flame-detection-propose-une-gamme-de-detecteurs-pour-surveiller-la-neige-carbonique

Teledyne Gas & Flame Detection propose une gamme de détecteurs pour surveiller le CO2 de la neige carbonique.
© Teledyne Gas & Flame Detection

Un stockage à -70°C

Pour Teledyne Gas & Flame Detection, la détection de gaz pourrait bien jouer un rôle majeur dans le déploiement du vaccin Pfizer-BioNTech. « Ce vaccin doit être stocké et transporté à -70°C dans des conteneurs étanches en raison de sa technologie moléculaire mRNA (ARN messager). Une température aussi basse peut être maintenue grâce à de la neige carbonique ou glace sèche », détaille le spécialiste dans un communiqué.

Un gaz potentiellement dangereux

Il faut savoir que la glace carbonique provient du CO2 liquide sous pression. « La détente du CO2 liquide permet de former de la neige qui est ensuite comprimée pour former la glace carbonique. Cependant, au-delà de -78°C, le CO2 se sublime, c’est-à-dire qu’il devient gazeux et potentiellement dangereux », prévient l’entreprise. Sous cette forme, « le CO2 peut s’avérer asphyxiant et toxique, car il est plus lourd que l’air et il peut remplacer l’oxygène dans le sang, ce qui peut entraîner une hypoxie ». Ce qui signifie que l’apport en oxygène devient insuffisant pour les organes humains. 

De nombreux employés impliqués

En conséquence, ce risque concerne de nombreux travailleurs dans la chaîne logistique du vaccin. Il y a tout d’abord les employés impliqués dans la fabrication du vaccin. Mais il faut aussi compter les opérateurs logistiques ainsi que les travailleurs de la santé. Comme le rappelle le spécialiste, ces employés n’ont pas toujours l’habitude de manipuler de la glace carbonique. 

Des détecteurs pour l’ensemble de la chaîne logistique

Comme le précise Teledyne Gas & Flame Detection, « Le vaccin Pfizer-BioNTech utilise des boîtes de transport spéciales qui contiennent de la glace carbonique et sont équipées de traceurs GPS. Chaque boîte réutilisable permet de conserver jusqu’à 5 000 doses de vaccin à la bonne température pendant 10 jours. En outre, les pays destinataires peuvent choisir de stocker le vaccin dans des fermes de congélation pendant six mois maximum à -70°C.  » D’où l’intérêt d’une solution pour surveiller durant de longues périodes, les fluctuations du CO2. Et dont les détecteurs peuvent s’installer sur toute la chaîne logistique. 

Une solution Easy Duo

A cet égard, le spécialiste propose un certain nombre de solutions dédiées, dont le pack économique Easy Duo. Lequel « associe la centrale numérique ou analogique MX 16, au détecteur de gaz numérique éprouvé OLCT 10N, pour obtenir une solution complète, facile à installer et à utiliser », détaille le communiqué. 

Une détection sur trois échelles

Autre solution, le détecteur de gaz CTX 300, utilise une cellule dédiée à la détection du CO2 sur trois échelles différentes : 0-5 000 ppm, 0-5% volume et 0-100% volume. « Les utilisateurs peuvent associer le détecteur CTX 300 à la centrale MX 16 (une ligne de mesure, un détecteur maximum) ou à la centrale MX 32 (une ou deux lignes de mesure et jusqu’à huit détecteurs maximum) » précise l’entreprise.

Ségolène Kahn

Commentez

Participez à la discussion